Navigation – Plan du site
Localisation de l'étude

La pile gallo-romaine de Cinq-Mars-la-Pile (Indre-et-Loire) : réexamen du dossier à la lumière des récentes découvertes

The Gallo-Roman pillar of Cinq-Mars-la-Pile (Indre-et-Loire): reopening of the file in the light of recent discoveries
Emmanuel Marot
Avec la collaboration de Amélie Chédeville

Résumés

Les fouilles menées en 2005 autour de la pile gallo-romaine de Cinq-Mars-la-Pile (Indre-et-Loire) sont intervenues avant un projet de mise en valeur touristique de cet édifice énigmatique, haut de 29,50 m, construit en briques sur opus caementicium et présentant des panneaux à motifs géométriques polychromes sur sa face sud. Toute la terrasse sur laquelle s'implante la pile a été remaniée par les recherches et pillages anciens. En revanche, les investigations plus au nord ont permis de mettre en évidence une terrasse monumentale, un bâtiment semi-excavé et une statue, représentant probablement un captif oriental. Tous ces éléments ont été en fonction, comme la pile, vers la fin du IIe s. ou dans la première moitié du IIIe s. ap. J.-C. D'après les comparaisons faites avec les édifices plus ou moins similaires, il paraît acquis que la pile sert à signaler la tombe d'un notable turon. Les constructions plus au nord semblent également conçues avec la même volonté d'ostentation et pourraient correspondre à un mausolée et à un groupe statuaire illustrant un fait d'armes d'un ancêtre vénérable, probablement un militaire de haut rang.

Haut de page

Texte intégral

Merci à Bruno Dufaÿ, Alain Ferdière, Mélanie Fondrillon, Olivier Marlet et Jacques Seigne pour leurs aides et leurs précieux conseils.

Introduction

“ …En ceste mesmes saison, Fayoles, quart roy de Numidie, envoya du pays de Africque à Grandgousier une jument la plus énorme et la plus monstreuse […], car elle estoit grande comme six oriflans, et avoit les pieds fenduz en doigtz comme le cheval de Jules Cesear, […]. Mais sus tout avoit la queue horrible, car elle estoit, poy plus poy moins, grosse comme la pile Sainct Mars, auprès de Langès, et ainsi quarrée, avecques les brancars ny plus ny moins ennicrochéz que sont les espicz au bled. ” (François Rabelais, Gargantua, XVI).

1On doit probablement à Rabelais la mention la plus ancienne, du moins la plus célèbre, concernant la pile de Cinq-Mars (Rabelais : XVI, 51-52 ; passage repris dans Roach Smith 1855 : 14) : plus que la comparaison esthétique, on retiendra de cet extrait que c’est la dimension de l’édifice qui sert au propos de l’auteur. C’est encore aujourd'hui l'état de conservation exceptionnel du monument qui marque le visiteur et qui a intrigué successivement les différents érudits, antiquaires, archéologues et, malheureusement aussi, quelques pillards : C. Chevalier parle ainsi de “ cet étrange monument, qui fait le désespoir des archéologues, et qui restera toujours (nous le craignons du moins) une énigme indéchiffrable ” (Chevalier 1869 : 420).

2La pile n'est pas un édifice isolé dans la région puisqu'au moins deux autres sont connues à Mazangé (Loir-et-Cher ; Provost 1988b : 123 ; Ferdière 1993b : 224, fig. 7 ; Bêche 1999 : 120-130, fig. 85-88 ; Moretti, Tardy 2002 : 75) et à Marcé-sur-Esves (Indre-et-Loire ; Provost 1988a : 34 ; Bêche 1999 : 120-130, fig. 89-90 ; Moretti, Tardy 2002 : 75).

  • 1  Cette opération constituait également un chantier-école, dans le cadre de la formation archéologiq (...)

3Le projet de mise en valeur touristique des lieux par le Conseil Général d’Indre-et-Loire (propriétaire de l’édifice, classé monument historique depuis 1840) et la commune de Cinq-Mars-la-Pile a été l’occasion de mener des investigations archéologiques sur les abords immédiats de la pile, afin d’évaluer les vestiges en vue de l’aménagement du site et d’en déterminer la nature, la chronologie et surtout la fonction. Cette fouille a été menée en 2005 par le service archéologique départemental d’Indre-et-Loire (SADIL), avec l’appui financier de la commune de Cinq-Mars-la-Pile et le concours logistique et scientifique du Laboratoire Archéologie et Territoires (UMR 6173 CITERES)1.

4Alors que nous espérions valider l’hypothèse de la fonction funéraire de la pile par la découverte de sépultures, la fouille n’a rien révélé de tel mais a enrichi le dossier d’un édifice monumental, directement au nord de la pile, et d’une statue, remarquable à plus d’un titre. On se propose donc ici de faire le point sur ce dossier complexe, en considérant les données anciennes et nouvelles.

Environnement du site, historique de la recherche et conditions d’intervention

Environnement du site

  • 2  Sur l’occupation antique dense (ou très documentée) de ce coteau : Audin 1975 ; 1976.

5La pile (Fig. 1), haute actuellement de 29,50 m, se situe à 1,6 km à l’est du bourg de Cinq-Mars-la-Pile, sur la rive droite de la Loire, à mi-pente du coteau. Ce plateau semble fortement occupé durant l’Antiquité et pourrait correspondre, si on lui adjoint un axe de communication important, à une position topographique recherchée pour l'implantation de villae (Audin 1976 ; Guiot, Couvin, Blanchard 2003 : 78) : on y connaît ainsi la villa de “ Chatigny ” à Fondettes (Provost 1988a : 106), celle de Luynes (s'il ne s'agit pas d'une agglomération secondaire ; Provost 1988a : 108), la villa des “ Béziaux ” (Guiot, Couvin, Blanchard 2003) et celle de “ Tiron ” (Guiot, Raux 2003) à Langeais, ainsi que la nécropole de Saint-Patrice (Lelong 1969 : 211-213 ; Lelong 1999 : 9-56)2.

Fig. 1 : Vue de la pile de Cinq-Mars depuis le sud (1a) et gravures anciennes (1b : La Sauvagère 1770 : pl. XVI ; 1c : Hugo 1836 : 78).

Fig. 1 : Vue de la pile de Cinq-Mars depuis le sud (1a) et gravures anciennes (1b : La Sauvagère 1770 : pl. XVI ; 1c : Hugo 1836 : 78).

6Le monument de Cinq-Mars serait implanté à proximité d’une voie antique, la via andegavensis, reliant Tours-Caesarodunum à Angers-Juliomagus par Langeais-Alingavia, et qui passerait en contrebas de la pile en longeant la Loire (actuelle RN 152 ; Provost 1993 : pl. VIII ; Fig. 2). Les autres hypothèses d'axe de circulation antique sont plus incertaines : une voie passant sur le coteau est ainsi proposée (Bobeau 1898 : 171) et une autre (très conjecturale) se situerait à mi-côte au pied de la pile (La Saussaye 1835 : 51). Ajoutons à ces quelques voies terrestres, peut-être une autre sur la rive gauche et également celle fluviale de la Loire.

7Pour le reste, l’occupation antique à proximité immédiate de la pile et sur la commune de Cinq-Mars pourrait paraître assez dense, mais la majorité des mentions anciennes (Fig. 2) mériterait d’être confrontée à des prospections systématiques pour en déterminer le bien fondé et la nature archéologique. Notons également que, parmi ces lieux-dits, on retrouve des micro-toponymes curieux, probablement en partie hérités de leur voisinage avec l’édifice énigmatique et des légendes que celui-ci a pu engendrer.

Fig. 2 : Occupation et réseau antiques supposés autour de la pile de Cinq-Mars-la-Pile (DAO : E. Marot) ; les lieux-dits “ Moncés ”, “ Les Bois Grateaux ”, “ Les Grégossières ”, “ La Prieuresse ” et “ L’Île César ” sont hors de l’emprise géographique présentée.

Fig. 2 : Occupation et réseau antiques supposés autour de la pile de Cinq-Mars-la-Pile (DAO : E. Marot) ; les lieux-dits “ Moncés ”, “ Les Bois Grateaux ”, “ Les Grégossières ”, “ La Prieuresse ” et “ L’Île César ” sont hors de l’emprise géographique présentée.

8D’après P. Audin (1976 : 88), le village décrit comme “ terra S. Medardi ” en 915 dans une charte de l’abbaye de Saint-Julien-de-Tours se serait d’abord développé autour d’une chapelle à proximité de la pile (hypothèse hasardeuse que partage La Saussaye ; 1835 : 50). Cette chapelle, située probablement au lieu-dit “ La Salle César ” à l’est de la pile, aurait parfois été appelée “ Chapelle de Saint-César ” (La Sauvagère 1770 : 174 ; La Saussaye 1835 : 50 ; Meffre 1845 : 183), ou “ Temple ” et serait construite en moellons et en briques (Bobeau 1898 : 168). Pour certains, cette “ chapelle ” aurait succédé à “ un monument du type fanum ou tout au moins d’une pièce restaurée d’une habitation gallo-romaine ” (Audin 1976 : 89) ; quoi qu’il en soit, l’édifice a été détruit en 1868 par un artisan persuadé qu'il cachait un trésor (Audin 1976 : 89).

9Non loin de la “ Salle César ”, au lieu-dit de “ l’Homme d’Or ” (ou de “ l’Homme dort ”, ou encore “ Champ de l’Homme d’Or ” ; 100 m au nord de la pile), J.-A. Meffre (1845 : 184) et O. Bobeau (1898 : 168) signalent des poteries antiques, des murs et, surtout, des ossements humains, indices qu’ils rattachent alors à un ancien cimetière d’époque romaine. J.-A. Meffre y aurait fait des fouilles, sans succès (ce dont il ne parle pas clairement dans son compte-rendu de 1845 ; Bobeau 1898 : 168 ; Audin 1976 : 89). Sans préjuger de leur nature, les vestiges maçonnés du “ Champ de l’Homme d’Or ” pourraient correspondre aux maçonneries antiques visibles à 150 m au nord-est de la pile (lieu-dit “ Bois le Comte ” ; Marot, Marlet 2005 : 80, annexe VII) ; du matériel antique (tegulae, sigillée) émerge encore dans les parcelles cultivées aux alentours (à l'ouest du bois).

10Au lieu-dit “ Les Masures ”, O. Bobeau a mentionné d’une part la découverte de monnaies gauloises et de constructions rondes en pierre sèche, d’autre part des maçonneries, des tuiles à rebord et de la céramique (Bobeau 1898 : 166).

11Le même auteur signale, au lieu-dit “ Roberges ”, une fontaine qu’il croit antique et qui, “ par un système de conduits souterrains, aurait pu fournir de l’eau, surtout aux habitants de la pile de la Salle César ” (Bobeau 1898 : 166-167). Au lieu-dit “ Les Hautes-Babinières ”, O. Bobeau mentionne encore des substructions et des tuiles à rebord (Bobeau 1898 : 167).

12Les vestiges anciennement mentionnés à “ L’Audrière ” sont plus certainement antiques et consistent en des restes de maçonneries (peut-être des bains selon La Sauvagère), couvrant une grande surface, et à de la céramique gallo-romaine, incluant quelques tessons de sigillée (La Sauvagère 1770 : 173 : Bobeau 1898 : 165-166, qui parle des restes d’une forge ; Audin 1976 : 91). Les sondages archéologiques menés récemment par A.-M. Jouquand (Jouquand et al. 2002) n’y ont cependant rien caractérisé de probant pour l’époque antique mais laisse entrevoir l’existence d’un habitat non éloigné.

13Non loin de là, signalons qu’une autre opération d’archéologie préventive, au lieu-dit “ Les Bois Grateaux ”, n’a révélé aucun vestige (Jouquand 2003).

14Au lieu-dit “ Les Mesnils ” auraient existé de nombreuses constructions accompagnées de monnaies, de vases et de tuiles à rebord (Bobeau 1898 : 165). Aux “ Moncés ”, on aurait également recueilli des fragments de poteries, de tuiles à rebord à proximité de constructions (Audin 1976 : 91), mais également des sépultures, dont certaines sont dites en sarcophages (Bobeau 1898 : 164-165). Dans ce secteur, signalons une concentration de matériel antique au lieu-dit “ Les Blais ”, à proximité d’un lotissement récent (Marot, Marlet 2005 : 174, annexe 7).

15Au lieu-dit “ Les Grégossières ”, en limite de la commune de Langeais, O. Bobeau (1898 : 164-165) mentionne des débris de vases, de tuiles à rebord et d’une forge complète.

16Sous le château, des vestiges gallo-romains sont connus de longue date et l’on y aurait également découvert des monnaies de Postume et de Silanus (Bobeau 1898 : 167 ; Audin 1976 : 89-91 ; Provost 1988a : 150).

17Le seul site connu dans la vallée a été recensé récemment par des travaux d’archéologie préventive, au lieu-dit “ La Prieuresse ” (Ranger, Couvin, Marsollier 2000) : il s’agit d’au moins un bâtiment, associé à des fosses, lié à une activité métallurgique et daté du milieu du Ier s. ap. J.-C.

18Dans ce registre micro-toponymique, signalons enfin “ L’Île César ” sur la Loire, qui rappelle une hypothèse, née après la Renaissance, d'un pont romain faisant face à la pile.

Recherches anciennes

19La curiosité qu’a suscitée la pile de Cinq-Mars a donc rejailli sur les bâtiments ou les lieux-dits alentours, certains devenant “ césariens ”, d’autres étant censés renfermer des trésors. Le cas de la pile est encore plus éloquent.

De quelques fables et de la question d’une inscription

20On ne reviendra pas ici sur toutes les hypothèses proposées depuis le XIIIe s. quant à la datation et à la destination de la pile (pour un inventaire exhaustif : Bêche 1999). Si la plupart des auteurs s’accordent pour y voir une construction romaine, certains l’ont crue gauloise, d'autres du haut Moyen Âge ou du Moyen Âge ; on a pensé qu’elle avait été construite par les Celtes, les Romains (mais avec une inspiration égyptienne puisqu’elle rappelle les obélisques…), les Alains, les Wisigoths…

21À juste titre, semble-t-il, on l'a parfois vue comme un monument funéraire. Les autres fonctions proposées sont plus fantaisistes : ainsi, a-t-elle pu être interprétée, sans argumentation, comme trophée militaire, borne terminale, monument dédié à une divinité, etc. Une légende locale encore tenace y voit un fanal marquant la confluence de la Loire et du Cher, ou du moins une lanterne, comme celle, dit-on, que l’on pourrait voir encore à Rochecorbon sur la rive droite de la Loire.

  • 3  La Saussaye parle, quant à lui (1835 : 47-48), de “ deux tables en fonte qui furent placées à droi (...)

22D’autres hypothèses, alimentées les unes par les autres, sont très accommodantes et se proposent d'éclaircir un point de toponymie locale (sur ces légendes et ces questions de toponymie : Fichet 1965 ; Bordeaux, Seigne 2006 : 140-141). L’une d’entre elles, intéressante à plus d’un titre, mérite d’être citée (en reprenant la très bonne synthèse de P. Bordeaux et J. Seigne, qui ont pu analyser ces différents documents). Ainsi, en 1634, François Baudot rapporte les propos de Guillaume Durant, évêque de Mende à la fin du XIIIe s., lui-même reprenant l’un de ces prédécesseurs du XIIe s. : “ Similem pyramidem fieri fecit Caesar juxta Turonum prope ripam Ligeris et reclusit ibi cineres cujusdam militis amici sui interfecti ” (César fit faire une telle pyramide près de Tours sur la rive de la Loire et il y enferma les cendres d’un soldat son ami qui avait été tué ; Bordeaux, Seigne 2006 : 140). En 1681, l’abbé de Marolles affirme que si la pile se nomme ainsi c’est en l’honneur des faits d’armes de cinq braves ou combattants (Quinque Martes) qui seraient ensevelis sous la pile (propos rapporté par La Saussaye 1835 : 47 ; Fichet 1965 : 134 ; Bordeaux, Seigne 2006 : 141). La légende est enrichie en 1757 par Le Moine, archiviste de la cathédrale de Tours, qui appuie ses propos par une inscription lapidaire (d’après Fichet 1965 : 134) : la pile aurait été élevée à la mémoire de Quintus Marcus, consul romain qui se serait battu au côté de César et qui serait mort sur les rives de la Loire, avec ses cinq fils en combattant les Cénomans. Enfin, en 1784, Beausmenil mentionne et reproduit cette fameuse inscription – tout en doutant de son authenticité – gravée sur une plaque de marbre3 et qui figurerait sur l’une des faces de la pile : “ Similem pyramidem fieri fecit Cesar juxta Turonum rupe ripam Ligeris et reclusit ibi cinerere cujusdam militis amici sui interfecti cum quatuor natis suis. Decimo nono kalendas ante lunam Marti ” (ce que l’on traduit par “ César fit faire une telle pyramide à proximité de Tours sur le coteau de la rive de la Loire et y enferma les cendres d’un soldat son ami, qui a été tué avec ses quatre fils. 19e jour des calendes avant la Lune de Mars ”).

23La légende est belle, certainement trop belle pour expliquer le toponyme actuel de Cinq-Mars-la-Pile. En effet, on sait (Fichet 1965 ; Bordeaux, Seigne 2006 : 141) qu’une partie du nom de la commune ne dérive pas des quinque martes, ni de Quintus Marcus, mais qu’elle le doit à Saint-Médard qui, par transformation successive, deviendra Saint-Mars (sur l’évolution attestée par les textes du nom de la paroisse : Fichet 1965 ; Bordeaux, Seigne 2006 : 141). Quant à l’adjectif numéral qui remplacera le “ saint ”, il n’apparaît au plus tôt qu’en 1550 (Bordeaux, Seigne 2006 : 141) : son origine est douteuse, certains y voyant une mention aux cinq braves (ce que tentent surtout de justifier les différentes légendes précédentes, principalement les plus tardives), d’autres pensant que ceci pourrait faire référence aux cinq pilettes qui ont dû couronner l’édifice pendant un temps (sur ces pilettes, actuellement au nombre de quatre, Bordeaux, Seigne 2006 : 135-139) et qui ont pu, déformant alors dans un nouveau sens le nom de Saint-Mars ou -Marcs, être considérées tardivement comme des “ marques ” ou être simplement associées à la pile, elle-même vue comme une “ marque ”, un repère, une borne (Fichet 1965 : 133).

  • 4  De la même façon que le bloc inscrit actuellement sur le site, qui doit correspondre à une base de (...)

24D’autres points paraissent intéressants dans ces versions successives : le premier tient à l’identification de César (qui d’autres ?...) comme le commanditaire et, plus sérieusement, à sa datation de haute Antiquité, tradition qui remonte donc au moins au XIIe s. (Bordeaux, Seigne 2006 : 141). Le deuxième est la désignation constante de la pile comme “ pyramide ”, alors que le vocable de “ pile ” est connu et utilisé au moins dès le XIe (P. Audin fait mention à une “ ecclesia pila beati Medardi ” en 1012, puis, comme C. Fichet, à un “ prioratus S. Medardi de Pila ” en 1070 ; Fichet 1965 : 132 ; Audin 1976 : 88) : plus qu’une référence à la forme du couronnement de l’édifice, on a peut-être considéré, en utilisant le terme “ similem pyramidem ”, que la désignation était plus glorieuse, voire plus antique, donc plus authentique. Le troisième est l’identification de l’édifice comme un monument funéraire dédié à un ou plusieurs militaires morts au combat : quoi de plus réjouissant en effet pour les auteurs que de restituer une fondation liée au sang et à la mort d’un personnage glorieux par ses actes militaires et important par son statut ! Le dernier point est la mention d’une ou plusieurs dédicaces. Si l’on ne peut pas remettre en cause leur existence (Beausmenil et La Saussaye disent les avoir lus), la curieuse ressemblance de l’inscription avec les propos attribués à Guillaume Durant à la fin du XIIIe s. ainsi que certaines curiosités linguistiques ou épigraphiques (Turonum, rupe, natis et indications calendaires), laissent penser, comme l’avaient déjà fait remarquer La Sauvagère, La Saussaye et Fichet, qu’il s’agit assurément de faux conçus pour appuyer la fable et qu’il faut donc les évacuer du dossier de la pile4. Quoi qu’il en soit, ce ou ces panneaux, de marbre ou de fonte (ce qui est encore moins antique), aurai(ent) aujourd’hui disparu.

Vestiges décrits et investigations anciennes

  • 5  “ Une de ces preuves, ce sont les médailles que l’on y a trouvées, et que l’on y rencontre dans le (...)

25D’après la littérature ancienne, seule la pile a retenu l’attention des différents chercheurs, son environnement immédiat (en particulier les maçonneries au nord) a rarement fait l’objet d’un quelconque intérêt. Du Buisson (1634-1635) mentionne toutefois, sans plus de précision topographique, que “ dans le costeau tout à l’entour, et au-dessus de la pyramide, on trouve force masure et fondements ”. De même, La Sauvagère dessine les murs au nord et les décrit comme les “ ruines d’une vieille muraille ”, restes d’une dépendance antique (La Sauvagère 1770 : 171, pl. XVI, fig. E). Il souligne la présence de toponymes romains à proximité (Salle César, chapelle Saint-César ; cf. supra) et mentionne enfin la découverte, au pied de la pile, de deux monnaies5 (sans doute un as et un sesterce frappés sous Marc-Aurèle, La Sauvagère 1770 : 172 ; Provost 1988a : 112). La Saussaye ne se prononce pas sur la fonction des maçonneries au nord mais leur accorde une datation du Haut Empire et, surtout, en donne une représentation assez fidèle et détaillée (La Saussaye 1835 : fig. IV).

26Durant les fouilles de 1843, J.-A. Meffre signale simplement ces murs, interprétés comme une muraille antique dépendant de la pile (Meffre 1845 : 186).

27Ch. Roach Smith (1855 : 13) voit les maçonneries comme des murs de terrasse habillant la roche, préalablement dégagée en plateformes successives pour implanter la pile.

28En 1909, Gatian de Clérambault (1909 : 61) évoque ces murs, considérant qu’ils entouraient la pile.

29Dans sa synthèse de 1977, P. Audin (1977 : 357-358) distingue les murs directement au nord, qu’il considère comme de soutènement, et les maçonneries découvertes lors des fouilles de 1843 (cf. infra) qui pourraient appartenir à un mur d’enceinte.

  • 6  Si l’on en croit les indications planimétriques, ces découvertes se situent dans une parcelle où n (...)

30Les seules fouilles archéologiques dont on ait connaissance autour de la pile sont celles réalisées en 1843 à la demande de la Société Archéologique de Touraine par J.-A. Meffre. Malheureusement, les résultats de ces investigations sont maigres et mal documentés. On sait simplement que “ les fouilles faites à vingt mètres de la pile, côté ouest, ont constaté une maçonnerie, sous 0,65 m de terre, ayant 5,30 m de longueur sur 2,90 m de largeur, recouverte par une chape extrêmement dure faite avec un mortier de chaux, brique et sable” (Meffre 1845 : 184). Une autre maçonnerie de même facture se situerait à 1,35 m de la précédente en lui étant liée (5,30 x 2 m). D’après l’auteur, “ ces maçonneries sont bien de la même époque que la pile, mais rien n’indique quelle pouvait être leur destination ” (Meffre 1845 : 184). Sans plus d’arguments, on ne peut que se fier à l’intuition de l’inventeur ; on peut surtout regretter l’absence de plans localisant avec précision l’aire de fouille et l’emplacement exact des découvertes6.

31Durant la même campagne, “ d’autres fouilles sont pratiquées sous la pile, à sa face méridionale” pour reconnaître les fondations du monument. Les méthodes sont peu orthodoxes puisque les ouvriers, après avoir dégagé le substrat calcaire, l’entaillent par une tranchée de 0,65 m de largeur sur 1 m de profondeur, dans le but de l’approfondir jusqu’au centre de la pile et ce, sous les fondations. Les ouvriers mettent alors au jour une excavation plus ancienne, puisqu’il est dit que, lors de ce sondage dans la pile, “ un éboulement se manifesta et fit retirer précipitamment l’ouvrier chargé de la fouille lorsqu’elle avait atteint 1,35 m de profondeur. Les déblais de cet éboulement et les fouilles faites à la face occidentale firent reconnaître une énorme excavation sous cette Pile ” (Meffre 1845 : 185). Ce trou, long de 3,40 m, large de 3,10 m et haut de 2 m (la pile ne faisant que 5,80 m de côté à sa base), n’a alors révélé aucun aménagement particulier et ressemble fort à un pillage antérieur pratiqué depuis la face ouest (Meffre 1845 : pl. 1). Puisque cette excavation n’est pas signalée dans les écrits depuis trois siècles (soit depuis le XVIIs.), J.-A. Meffre affirme, à juste titre, qu'elle doit remonter à fort longtemps.

32Plus récemment, on rappellera que le travail le plus abouti effectué sur la pile est celui de M. Bêche (1999), qui, dans un mémoire universitaire, propose un état des connaissances sur cet édifice. Il faut également citer J. Seigne et P. Bordeaux, qui ont longuement étudié le monument et ont récemment publié un article sur le sujet (Bordeaux, Seigne 2006), en particulier sur des questions d’ordre architectural dont on fera l’économie de l’analyse ici.

  • 7  Des visiteurs nous ont informés que l’abbé Juiteau (prêtre de la paroisse ?) aurait réalisé, au XX(...)

33Il faut retenir de cet état de la recherche que les données matérielles permettant de comprendre la pile et son environnement direct sont maigres. Les rares vestiges environnants connus ou dégagés en 1843 ne sont pas clairement interprétables (ni précisément datés) et rien ne permet de dire qu’ils appartiennent au même ensemble architectural que la pile. Les seuls objets que nous savons avoir été recueillis sur le site sont les deux monnaies mentionnées par La Sauvagère7.

Conditions d’intervention

34La fouille, d'une durée d'un mois, avait pour objectif de sonder les deux terrasses accidentées où se situent les vestiges antiques : celle où prend place la pile, mais également la terrasse supérieure retenue par les maçonneries visibles, dernière aire jusqu’ici non explorée (Fig. 3). Au total, ce sont près de 200 m² qui ont été ouverts durant cette campagne, soit une surface réduite déterminée par les autorisations d’accès aux parcelles, la topographie accidentée (et par conséquent la sécurité des fouilleurs et des vestiges) et la gestion des déblais (qu'il était impossible d'évacuer). Ces deux aires d’investigation, réparties entre terrasse inférieure (celle de la pile) et terrasse supérieure (au nord des maçonneries) devaient permettre d’appréhender les potentiels vestiges archéologiques en relation avec la pile, les relations stratigraphiques entre l’édifice et les maçonneries au nord, la nature de ces dernières et la topographie originelle des lieux, en pratiquant sur la terrasse supérieure une tranchée nord-sud entre les arbres (que la commune de Cinq-Mars souhaitait en partie conserver en vue de la mise en valeur ultérieure du site) et un sondage plus large à l'angle intérieur des deux maçonneries encore visibles.

Fig. 3 : Plan de l’emprise de la fouille 2005 (DAO : O. Marlet).

Fig. 3 : Plan de l’emprise de la fouille 2005 (DAO : O. Marlet).

35Le secteur directement au sud de la pile, totalement remanié, n’a pas été sondé : en effet, en janvier 1995, l’effondrement d’une cavité et l’apparition d’un trou béant au pied de la face sud de la pile ont engendré des travaux de comblement (remblais), de sondages (sondages carottés avec inclinaison vers l’intérieur de la pile et sondages pressiométriques ; Gandolfi 1995 ; Boitier 1996) et de consolidation de la pile (comblement de certaines cavités, injections sous très faible pression dans des sondages de 15 m de profondeur pour ancrer la pile au substrat rocheux ; Société… 1997).

Description des nouvelles données archéologiques

  • 8  À la suite des travaux de 1995 et 1996, plusieurs caves en contrebas ont été condamnées et comblée (...)

36Les vestiges découverts lors de cette campagne vont du Haut Empire à l’époque contemporaine (Fig. 4). Aucune trace d’occupation antérieure à l’époque romaine n’a été découverte sur l’aire de fouille. De même, l’hypothèse d’une première occupation dans des cavités connues ou supposées à proximité est ici purement conjecturale8. En revanche, la présence de matériel, probablement résiduel, dans les remblais de construction de la terrasse supérieure, signifie bien l’existence à proximité de structures antérieures, peut-être plus haut sur le plateau.

37La présentation des données se consacrera ici principalement aux structures antiques et s’effectuera en distinguant les deux terrasses.

Fig. 4 : Plan phasé des vestiges (DAO : O. Marlet).

Fig. 4 : Plan phasé des vestiges (DAO : O. Marlet).

Topographie originelle

38Le contexte géologique du site est constitué d'argiles à silex sénoniennes, de perrons de l’Éocène inférieur et, enfin, de tuffeau jaune du Turonien supérieur.

39Grâce aux remarques de J.-J. Macaire et d’I. Gay-Ovejero, géologues au GéEAC (“ Géologie des Environnements Aquatiques Continentaux ” ; UPRES-EA 2100), ainsi qu'à l’intervention d’A. Laurent (LAT ; prospection géotechnique à l'aide d'un pénétromètre dynamique léger, Marot, Marlet 2005 : annexe VI, 167-172), il a été possible de restituer, en partie, la topographie ancienne des lieux. On pourrait imaginer que la topographie originelle des deux terrasses s’apparente à celle qu’on peut encore observer sur la parcelle directement à l’est de la pile (Fig. 3), c’est-à-dire une pente douce, sans rupture brusque du terrain. Cependant, et même si l’on admet que l’érosion naturelle et/ou le colluvionnement ont transformé l’aspect de la parcelle orientale, il apparaît que le toit actuel des argiles à silex sur la terrasse supérieure est beaucoup plus haut que le toit de la parcelle orientale (65,00 contre 62,00 m NGF). Il semble également que le substrat rocheux marque bien une avancée au sud dans le terrain exploré. On peut donc restituer le terrain originel en pente, mais surplombant naturellement le paysage environnant. Cette particularité topographique a été mise à profit pour l’installation des différents édifices.

Terrasse monumentale et bâtiment semi-excavé au nord

40La construction de la terrasse artificielle au nord de la pile s’est appuyée sur la topographie du lieu à l’est, tout en la remaniant profondément à l’ouest pour accentuer l’avancée naturelle du lieu. Les premiers travaux antiques ont consisté en un remodelage important du terrain : sans doute les constructeurs ont-ils taillé le rocher à pic au nord (derrière ce qui sera M.03 ; Fig. 4 et 5), peut-être aplani la terrasse inférieure (même si le niveau actuellement horizontal du substrat sur la terrasse basse n’est probablement pas antique) et ainsi accentué l’avancée naturelle du rocher qui sera ensuite chemisé par les murs de soutènement de la structure 2.

Fig. 5 : Vue des murs de soutènement de la terrasse supérieure depuis le sud-ouest.

Fig. 5 : Vue des murs de soutènement de la terrasse supérieure depuis le sud-ouest.

Terrasse monumentale (Str. 2)

41De cette terrasse, trois maçonneries chaînées d’un même ensemble (M.01, 02 et 03) ont été reconnues (Fig. 5 et 6). Le mur est de cette structure ne l’a pas été, compte tenu de l’exiguïté de la zone ouverte et d’impératifs logistiques. Toutefois, et puisqu'aucun micro-relief n’est visible dans la parcelle plus à l’est, on peut proposer que le dénivelé important vers l’est et qui se suit linéairement jusqu’au nord sur le plateau est en partie la trace fossile de ce mur oriental (Fig. 3). Une observation récente faite sur le terrain à la suite de travaux d’aménagement longeant ce micro-relief a révélé que celui-ci correspond bien, sur au moins trois à quatre mètres (depuis le prolongement de M.02 à l’est), à une maçonnerie nord-sud présentant les mêmes caractéristiques que les trois autres.

Fig. 6 : Plan des structures 2 et 3 (DAO : O. Marlet).

Fig. 6 : Plan des structures 2 et 3 (DAO : O. Marlet).

42En revanche, on ne dispose d'aucun indice de mur de clôture au nord de cet édifice, soit qu'il ait été ici ouvert, soit qu'il s'agissait d'une clôture en matériaux légers, soit, plus vraisemblablement, que ce mur ait disparu ou qu’il prend place un peu plus au nord de la zone fouillée.

43M.03 se situe au nord-ouest, contre la paroi rocheuse, et présente une orientation est-ouest. Il est chaîné à M.01 à l’est mais n’est conservé vers l’ouest que sur 1,90 m de longueur et 4,00 m de hauteur (fondation incluse). Il n’a pas été observé sur le reste de la fouille vers l’ouest (ni fondation, ni traces de mortier sur le rocher). En revanche, les restes d’une maçonnerie très abîmée existent dans son exact prolongement dans la parcelle plus à l’ouest ; s'il s'agit du même mur, il aurait une longueur d’au moins 12 m. Dans leurs représentations, La Sauvagère (1770 : pl. XVI ; Fig. 1c) et La Saussaye (1835 : fig. 4) restituent cette maçonnerie en élévation (même hauteur que le mur nord-sud) contre le coteau sur une longueur conséquente, entre six et dix mètres. En 1977, P. Audin (1977 : 355) en donne une image plus proche de ce que nous avons vu. Sa destruction devrait se situer durant le XIXe s., peut-être avant 1843, puisque d’une part les fouilles de J.-A. Meffre n’évoquent pas cette maçonnerie et que d’autre part les colluvions de la terrasse inférieure, qui sont postérieures à ces fouilles, ne présentent pas d’éléments de démolition en abondance. Quoi qu’il en soit, ce mur a bien existé, certainement sur une hauteur d’au moins quatre mètres et peut-être même sur toute la longueur du coteau, jusqu’au micro-relief visible 30 m plus loin vers l’ouest (Fig. 3).

44Actuellement, la fondation de M.03 (Fig. 7) repose directement sur le substrat rocheux. Haute de 0,52 m, elle est constituée de silex très grossièrement équarris. Le parement de l’élévation, conservée sur 0,55 m de hauteur, débute vers 63,10 m NGF : il est exclusivement constitué de petits moellons réguliers de tuffeau jaune, appareillés en assises régulières. Le mortier blanc est à base de chaux et de sable ligérien. Les joints sont trop abîmés pour savoir s’ils ont été tirés au fer. Le restant de l’élévation visible n’est que l’arrachement de M.03, avec son blocage de silex et calcaire liés au mortier blanc. Trois terres cuites architecturales sont également visibles, mais sont isolées et n’appartiennent vraisemblablement pas à des arases. Le chaînage avec M.01 est renforcé par des blocs plus massifs : l’un d'eux se distingue d’ailleurs nettement par sa taille et également par des traces de travail sur sa face inférieure (probablement un remploi, seul élément qui pourrait donc provenir d’une construction antérieure, sans que celle-ci ne soit à situer sous la construction actuelle). La largeur estimée de ce mur pourrait être d’environ 1 m.

Fig. 7 : Élévation externe de M.03 et canalisation M.18 (7a) ; élévation interne à l'angle de M.01/M.03 (7b) (DAO : O. Marlet).

Fig. 7 : Élévation externe de M.03 et canalisation M.18 (7a) ; élévation interne à l'angle de M.01/M.03 (7b) (DAO : O. Marlet).

45Le sondage pratiqué sur la terrasse supérieure, à l’angle de M.03 et M.01, a permis de mettre au jour le fond d’une canalisation en tegulae (sur un lit de mortier blanc identique à M.03), M.18 (Fig. 6 et 7). Elle longe M.03 au nord et se compose d’au moins cinq tegulae de petit module, avec une pente importante (40 %). Elle est détruite à l’ouest au même niveau que l’arrachement actuel de M.03. À l’est, la bouche de la canalisation se situe au niveau supérieur de la première assise d’élévation de M.01, soit à 66,25 m NGF, ce qui nous donne l’altitude minimale du sol de la terrasse supérieure à cet endroit. D’un point de vue architectural et dans la compréhension fonctionnelle de cette canalisation, l’absence de couverture est ici gênante, autant que celle d’une autre maçonnerie parallèle à M.03, qui formerait l’autre parement de cette canalisation. Même si cela demeure problématique, on suppose par défaut que cette canalisation servait à évacuer les eaux de la terrasse supérieure, à les canaliser le long de M.03 et à les rejeter vers la terrasse basse. Selon cette hypothèse, et compte tenu du pendage de cette canalisation (s’il reste constant), cette canalisation ne devait pas se poursuivre tout le long de M.03, mais, pouvait en rejoindre une autre nord-sud et ressortir vers la terrasse inférieure en traversant M.03. Toutefois, force est d’admettre ici que cet élément, au pendage important, est très délicat à comprendre.

46M.01, d’axe nord-sud, est perpendiculaire au coteau et à M.03 et rejoint M.02 au sud, soit une longueur de 9,60 m. Son état de conservation semble être le même qu’au XIXe s., puisque son profil actuel est identique à celui déjà observé et dessiné en 1835 (La Saussaye 1835 : fig. 4) ou en 1869 (Chevalier 1869 : 423). Son mode de construction est globalement le même que celui de M.03 (Fig. 8) : fondation en silex, élévation à assises régulières en petits moellons équarris de tuffeau jaune (débutant dans la partie centrale de M.01 à 62,75 m NGF), mortier blanc de chaux à base de sable ligérien. À la différence de M.03, aucune tuile n’est présente. Le parement extérieur est très abîmé et a souffert de l’érosion naturelle et d’une végétation abondante.

Fig. 8 : Élévation, vue et détail de M.01 (DAO : O. Marlet).

Fig. 8 : Élévation, vue et détail de M.01 (DAO : O. Marlet).

47On note sur le parement extérieur de ce mur l’absence de trous de boulins. En outre, ce parement présente la particularité d'être doté de pilastres et retraits réguliers, peu profonds et chaînés à l’ensemble (Fig. 8) : un premier renfoncement se situe à environ 2 m de l’angle M.03/M.01 : ce retrait de la maçonnerie n’est profond que de 0,12 m (mesure prise sur une surface érodée) et s’étend vers le sud sur 1,50 m. L’appareillage n’est pas différent du reste du mur, si ce n’est la présence de moellons plus longs aux chaînages d’angles. Un pilastre vient ensuite plus au sud (profondeur : 0,14 m ; largeur : 0,58 m), suivi d’un nouveau retrait large d’1,50 m et profond de 0,14 m. Le tiers sud de M.01 est malheureusement très érodé. Toutefois, à la suite du précédent grand retrait, on a pu observer des traces d’arrachage qui pourraient correspondre au négatif d’un autre pilastre. En reportant les modules des parties en retrait et des pilastres, on peut proposer que le tiers sud de M.01 suive le même rythme architectural. Fonctionnellement, on ne peut parler de niches pour ces retraits de maçonneries, d’une part parce que leur profondeur n’est pas suffisante (0,14 m sur surface érodée), d’autre part et surtout parce qu’ils ne sont visibles qu’à partir de 0,90 m au-dessus du ressaut de fondation, la partie inférieure présentant un léger fruit qui rejoint le parement extérieur de la fondation visible sur le restant du mur (Fig. 8). Même s’ils sont peu larges et peu épais, ces pilastres ont pu servir à renforcer M.01, tout en formant des éléments décoratifs qui viennent scander la façade.

48Au nord, à la jonction de M.03, la distinction entre le mode de construction de la fondation (silex) et celui de l’élévation (moellons en tuffeau jaune) n’est pas aussi systématique qu’ailleurs (Fig. 8) : de gros blocs de silex remontent en pente abrupte depuis le bord nord du premier renflement pour atteindre 64,50 m NGF à l’angle M.03/M.01, bien plus haut que le début de l’appareil de l’élévation de M.03 (63,10 m NGF). On peut penser que ces blocs, au même titre que celui visible plus haut à la jonction de M.01/M.03, participent au renforcement de cet angle. Ce même dispositif est également visible à l’angle de M.01 et M.02. Pour autant, il n'a pas suffi puisque l'on distingue un très net arrachement au sud de M.01 et le glissement de l’angle M.01/M.02 vers le sud.

49M.02, d’axe est-ouest, se situe à l’extrémité sud de M.01 (Fig. 6 et 9). Même s'il est globalement très altéré, sa hauteur maximale conservée atteint 2,10 m. Il a été dégagé sur 7,20 m et s’interrompt brusquement à l’est. L’absence de ce mur à cet endroit (aggravée par l’implantation plus tardive de F.16) ne paraît pas justifier la présence ici d’une ouverture. En effet, son bord est ressemble plus à un arrachement qu’à un véritable piédroit maçonné. Ainsi, il paraît probable que M.02 se poursuivait jusqu’à l’affleurement rocheux à l’est (distant d’1,70 m), où des traces de mortier blanc et quelques moellons sont encore visibles. Ce micro-relief, taillé à la verticale sur sa face sud dans le prolongement de M.02, a donc été intégré à la construction de cet ensemble architectural. Même si, pour des raisons de sécurité, on n'a pas pu fouiller à l’aplomb de F.16, on peut penser que M.02 a été ici entièrement emporté par l’érosion et qu’il s’est effondré sur la terrasse basse.

Fig. 9 : Élévation de M.02 (DAO : O. Marlet).

Fig. 9 : Élévation de M.02 (DAO : O. Marlet).

50Son mode de construction est identique aux deux maçonneries précédentes. Comme pour M.01 et M.03, la fondation, large d’1,15 m, s’appuie actuellement sur le substrat rocheux. Toutefois, la tranchée effectuée au nord de M.02 a montré que, de ce côté, la fondation de ce mur est creusée dans le substrat calcaire (Fig. 10) : sur la petite surface observée, cette tranchée de fondation est peu profonde, plus importante à l’ouest (vers M.02 ; 0,17 cm de profondeur) qu’à l’est (0,07 cm). Cette tranchée existait-elle sur la face sud de M.02 ? Rien ne permet de l'avancer de façon péremptoire. On peut ainsi imaginer que le substrat rocheux, ici en pente douce, a simplement été taillé au nord pour asseoir de façon horizontale la fondation de M.02. En outre, cette tranchée de fondation a pu être creusée à partir de sols aujourd’hui disparus, sans que le substrat n’ait été à nu lors de cette édification.

Fig. 10 : Coupes nord-sud de la terrasse supérieure (DAO : O. Marlet).

Fig. 10 : Coupes nord-sud de la terrasse supérieure (DAO : O. Marlet).

51Le début de l’élévation n’a été clairement identifié qu’à l’est de M.02, à 62,20 m NGF. Il tend à remonter au centre puis à l’ouest, avec une première assise d’élévation qui n’est donc pas parfaitement horizontale. L’élévation est trop peu conservée pour savoir si elle présente, comme M.01, une alternance de pilastres et de panneau en retrait, ce que l’on peut toutefois envisager.

52Les parements internes de M.01 et M.02 n’ont été observés que très ponctuellement. Dans le sondage à l’angle de M.01/M.03, la construction est renforcée par des blocs de calcaire équarris (Fig. 7b). L’élévation observée au-dessus du ressaut de fondation présente une construction soignée, identique au parement externe, à assises régulières et moellons équarris de tuffeau jaune, incluant également deux tegulae superposées en renfort d’angle. Le ressaut de fondation de M.01 et sa première assise d’élévation se situent à 66,10 m NGF. Cette fondation de M.01 se situe ici contre un niveau argilo-limoneux (US 2003), avec des moellons de calcaire et surtout des pierres siliceuses, stérile en matériel et que J.-J. Macaire et I. Gay-Ovejero ont également interprété comme le substrat naturel. Cette observation géologique et la différence d’altitude entre la fondation du parement extérieur et celle du parement intérieur de M.01 permettent d’affirmer que ce mur, comme M.03, ne fait ici que chemiser un talus naturel. En ce sens, les travaux de terrassement qui ont précédé l’installation de cette structure ont taillé le coteau à l’aplomb sur un axe nord-sud derrière le futur M.03, tout en laissant une avancée de roche et de sédiment naturel vers le sud et en modelant également à l’aplomb la face ouest de cette avancée. Cette même face a ensuite été habillée en partie basse par le mur M.01.

53Il n’en va pas de même dans l’autre fenêtre d’observation de ce parement, ouverte au sud de M.01. En effet, le parement interne est ici peu soigné, avec une alternance de moellons de calcaire et de silex grossièrement taillés et des joints au mortier débordant : tout indique ici qu’il ne s’agit pas d’une architecture d’élévation. On retrouve là un nouveau ressaut dans la construction, vers 63,67 m (Fig. 11), ce qui laisse penser que la fondation de M.01 est construite en palier du nord au sud, en chemisant le talus naturel et en suivant sa déclivité vers le sud.

Fig. 11 : Coupes ouest-est des deux terrasses (DAO : O. Marlet). L'US 2003, substrat marneux, a été probablement creusée en sape lors de la construction de la terrasse (cf. Fig. 10), ce qui explique qu'on retrouve des remblais de construction en-dessous (coupe en paliers successifs).

Fig. 11 : Coupes ouest-est des deux terrasses (DAO : O. Marlet). L'US 2003, substrat marneux, a été probablement creusée en sape lors de la construction de la terrasse (cf. Fig. 10), ce qui explique qu'on retrouve des remblais de construction en-dessous (coupe en paliers successifs).

54Le parement interne de M.02 présente le même aspect que celui de M.01. Le ressaut observé pour M.01, se retrouve sur M.02, à une altitude quasi similaire (63,62 m ; Fig. 8).

55L’espace interne délimité par ces maçonneries est en partie comblé de remblais dont le premier rôle intervient lors de la construction des murs de soutènement et qui forment finalement la terrasse supérieure (Fig. 10, 11 et 12). Ces remblais sont de deux types : il s’agit soit de niveaux homogènes de craie blanche pulvérulente, soit des niveaux limoneux avec des inclusions de calcaire et de silex (Fig. 12). Le premier est certainement issu de la taille du coteau (probablement les déchets des travaux de décaissement préalables), le second trouvant son origine dans les niveaux naturels limono-argileux jaunâtres (US 2003). Tous deux contiennent des éléments anthropiques (charbons, terres cuites architecturales, céramique).

Fig. 12 : Vue des remblais de la terrasse supérieure avec, en arrière-plan, le parement interne de M.01, à joints au mortier débordant.

Fig. 12 : Vue des remblais de la terrasse supérieure avec, en arrière-plan, le parement interne de M.01, à joints au mortier débordant.

56L'avancée naturelle observée au nord de la terrasse (US 2003 en formant le toit) se termine, plus au sud, au niveau du milieu de M.01 (Fig. 10) et doit rejoindre l’affleurement rocheux à l’est de M.02. Tout le reste de l’avancée est donc créé artificiellement par un apport massif de remblais qui remplissent le caisson formé par M.01 et M.02 et viennent s’appuyer sur leurs parements grossièrement maçonnés. On peut penser que ces remblais de construction ont été accumulés jusqu’à rejoindre le niveau de circulation qu’on suppose situé au nord à 66,25 m NGF. Si la terrasse est horizontale, ceci signifie que leur épaisseur au sud de la structure devait atteindre 4 m. Ceci implique que cette terrasse est en grande partie altérée et que, ni au nord, ni encore moins au sud, les couches d’occupation, du moins de circulation, de la terrasse ne sont conservées. En effet, les derniers niveaux avérés de remblais de construction (US 2020) sont scellés par des couches de colluvions (US 2015) : il existe donc un important hiatus stratigraphique (occupation et destruction) et probablement chronologique (même si aucun élément datant n’a été recueilli dans l'US 2015).

57Aucun trou de boulin n’étant visible sur l’élévation des murs (en particulier M.01), on peut raisonnablement penser que ces murs sont montés depuis l’intérieur, en apportant ces remblais au fur et à mesure de l’élévation du mur et du plan de travail. En ce sens, les quelques surfaces horizontales damées et la présence dans ces remblais, le long de M.02, d’au moins deux niveaux fins et horizontaux de mortier blanc (Fig. 10) doivent correspondre à des niveaux de travail. La distance de 0,65 m entre ces deux niveaux donne une idée de la hauteur du mur monté entre chaque apport de remblais.

  • 9  Toutes ces analyses ont été effectuées au Centre de Datation par le Radiocarbone, UMR 5138, Lyon. (...)

58Le matériel inclus dans ces différents remblais de construction est très peu abondant. Une datation 14C a été effectuée sur un charbon (US 2041)9, donnant un âge calibré entre 94 et 316 ap. J.-C., le maximum de probabilité se situant entre 120 et 260. Concernant la céramique, l’US 2041 a fourni un pot caréné à col tronconique en céramique sombre lustrée (Fig. 13 n° 1), forme abondante dans le Val de Loire et connue entre autres parmi les productions des ateliers de Thésée-Pouillé (Trombetta 1982 : fig. 88, type 3 ; Cadalen-Lesieur 2005 : fig. 11, type VIII-3). La partie supérieure du vase présente un graffito, malheureusement indéchiffrable. La forme est connue à Tours, dans la fouille des abords de la cathédrale, dans des contextes de la seconde moitié du IIe ou du début du IIIe s. ap. (Jouquand et al. 1999 : 75-87, fig. 57 n° 61) ou encore dans le dépotoir du milieu du IIe s. de la fouille de la “ place Anatole France ” (Couvin, Delage 2006 : fig. 26, n° 8-14).

Fig. 13 : Céramiques inclues dans les remblais de construction.

Fig. 13 : Céramiques inclues dans les remblais de construction.

59On la retrouve également sur le site de la villa des “ Béziaux ” à Langeais, dans des contextes de la seconde moitié du IIe s. ap. ou du premier quart du IIIe s. ap. J.-C. (Guiot, Couvin, Blanchard 2003 : 91, fig. 10 n° 6 ; 97, fig. 15 n° 9). L’US 2028 a livré un fragment de céramique métallescente (probablement de Gaule du Centre ; au plus tôt, milieu IIe s. ap. J.-C.) à décor guilloché, deux fragments d’amphore (production bétique de la fin IIe-début IIIe s. ap. J.-C.), des fragments d’autres pots carénés en céramique sombre lustrée et quelques tessons de céramique à engobe blanc. Le seul tesson de sigillée de ces remblais est un bord de Drag. 33/Lezoux 36 (Fig. 13 n° 2), probablement de la phase 6 des ateliers de Lezoux (milieu IIe s. ap. J.-C. ; Bet, Delor 2000 : 463) découvert dans l’US 2027. Au sein de l’US 2020, les productions de céramique commune sombre lustrée sont encore présentes avec un fragment de pot caréné et un bord de jatte/marmite, probablement tripode (Fig. 13 n° 3 ; Trombetta 1982 : fig. 95, type 11.1 ; Cadalen-Lesieur 2005 : fig. 6 n° 2, type IV-1) brûlé et avec des traces d’usure interne. Cette dernière forme est également attestée parmi les productions de Thésée-Pouillé et accompagne fréquemment, sur les sites de consommation, les pots à col tronconique dans des contextes de la seconde moitié du IIe ou du premier quart du IIIe s. ap. (Guiot, Couvin, Blanchard 2003 : 90, fig. 9 n° 1 ; 97, fig. 15 n° 8 ; Raux 2005 : fig. 18 n° 2 ; Couvin, Delage 2006 : fig. 28, n° 1-5). Ces trop rares éléments couvrent donc la seconde moitié du IIe s. et les premières décennies du IIIe s., l’assemblage ainsi formé ne semblant pas solidement ancré dans le IIIe ; ils incitent donc à situer le matériel inclus dans ces remblais de construction de cette terrasse entre 150 et les années 220/230. On peut donc retenir cette fourchette chronologique pour la construction de la structure 2, ou, au contraire, si ce matériel est résiduel et provient d’un dépotoir (ce qu’on ne peut déterminer ici), considérer que cette construction peut être légèrement postérieure chronologiquement à cette fourchette chronologique (150-250 ap. J.-C. ?), ce qui reste en accord avec le maximum de probabilité de la datation 14C.

60Ces trois murs forment donc un même ensemble architectural imposant. La monumentalité tient aux travaux considérables de terrassement, à l’accentuation par ces maçonneries d’un micro-relief naturel, enfin au soin apporté à la construction des parements extérieurs. Ces maçonneries servent d'abord de soutènement aux sédiments naturels ou apportés. En outre, en chemisant le rocher et en présentant un appareil rythmé par une alternance de pilastres et de retraits (au moins pour M.01), elles servent à montrer, depuis la terrasse inférieure, une façade relativement soignée. Enfin, ces trois murs contribuent à créer deux espaces bien distincts : la différence de niveau entre les deux terrasses (en considérant que la terrasse haute est horizontale) est comprise entre 3 m (au nord) et 4 m (au sud). D’après ces observations de terrain, il est clair que les constructeurs ont voulu mettre en valeur la terrasse supérieure, dominant la vallée et en avancée depuis le coteau.

Bâtiment semi-excavé (Str. 3)

61La structure 3 se trouve sur la terrasse supérieure, à 2,85 m du parement interne de M.02 et à 6,34 m de celui de M.01 (Fig. 6 et 14). Il s’agit d’un petit bâtiment rectangulaire, mesurant 3,25 m de largeur et 4 m de longueur. La partie excavée est conservée au nord sur 0,56 m d’élévation et sur 0,20 m au sud. L’érosion naturelle, l’affaissement de M.02 plus au sud et probablement les travaux agricoles ont grandement arasé cette structure et détruit sa moitié sud.

Fig. 14 : Vue de la structure semi-excavée depuis le nord.

Fig. 14 : Vue de la structure semi-excavée depuis le nord.

62Le fond de ce bâtiment a été creusé dans le substrat naturel, ici présent (US 2003/2051). Les fondations des murs ont été réalisées en tranchées étroites, surcreusées par rapport à l’excavation de la structure 3. Aucun ressaut de fondation n’existe sur le parement extérieur du mur qui est grossièrement plaqué au nord contre le creusement, alors qu’il est systématiquement marqué sur les parements intérieurs. Ces fondations sont maçonnées de blocs et cailloutis de silex liés au mortier blanc (mortier identique à celui des murs de la structure 2). Un charbon recueilli dans ces fondations a été daté par analyse radiocarbone entre 182 et 375 ap. J.-C., le maximum de probabilité se situant entre 210 et 340. Le ressaut de fondation intérieur (65,10 m NGF pour M.05) est recouvert de mortier, ce qui masque la base de l’élévation. À l’ouest, ce ressaut se situe à même altitude que le toit des niveaux naturels extérieurs, eux-mêmes recouverts ensuite par des remblais de construction (US 2026), tout à fait similaires à ceux retrouvés plus au sud, au contact de M.02 ou de M.01. Ces niveaux de remblais viennent alors buter contre un parement extérieur vertical, grossièrement recouvert de mortier, de la même façon que les parements intérieurs des murs de la terrasse. Pour ces raisons stratigraphiques, on peut supposer que ce bâtiment a été construit en même temps que les murs de soutènement de la terrasse monumentale.

63Le cas des couches extérieures postérieures, butant contre M.04, est plus ambigu (US 2013, 2016 et 2017). Dénuées de matériel datant, elles se caractérisent par un sédiment sableux brun gris peu compact et par la présence de blocs (peut-être quelques moellons ; pas de mortier), de cailloutis et de terres cuites architecturales en quantité plus importante que dans les remblais de construction antérieurs. S’agit-il également de remblais de construction (mais avec une origine différente des précédents, sans qu’on puisse ici déterminer s’ils s’inscrivent dans la même phase chronologique ou s’ils correspondent à une autre phase de construction) ou alors d’une séquence bien plus tardive, qui correspondrait soit à des remblais de destruction soit à la destruction lente des maçonneries alentours (mais après une phase d’érosion importante de la terrasse supérieure) ? Ce point reste donc sujet à discussion, même si l’absence de mortiers dans ces couches ne va pas forcément dans le sens de la seconde hypothèse.

64Si on se fie à ce qu’on pense être le niveau de circulation de la terrasse supérieure, ce bâtiment était donc enterré d’1,15 m, ce qui signifie, comme on a pu l’observer, que l’élévation extérieure n'existe plus : M.05, mur le mieux conservé, a ainsi une hauteur de seulement 0,56 m et est entièrement fondé dans le substrat naturel (US 2003), ici certainement très arasé.

65L’élévation interne des maçonneries présente un aspect beaucoup moins soigné que ne l’est le parement externe des murs de soutènement de la terrasse supérieure (Fig. 15 et 16). Seuls les angles chaînés sont faits de panneresses rectangulaires de tuffeau jaune. Le reste de l’élévation est composé de moellons grossièrement équarris de silex posés en assises très irrégulières. Un enduit grossier (vraisemblablement non peint), observé en partie basse des murs, devait recouvrir l'intégralité du parement interne.

Fig. 15 : Élévation interne des murs de la structure semi-excavée (DAO : O. Marlet).

Fig. 15 : Élévation interne des murs de la structure semi-excavée (DAO : O. Marlet).

66Dans la maçonnerie du mur nord (Fig. 14-16), une pierre se distingue par son emplacement, sa taille et sa texture : ce bloc de tuffeau jaune à grains grossiers (longueur : 0,48 m) se situe sur le parement interne, au centre de cette maçonnerie. Sa face supérieure se situe à 0,40 m au-dessus du ressaut de fondation et ne présente pas de traces de mortier. Il ne s’agit ni d’un seuil, ni de la base d'une ouverture vers l’extérieur (fenêtre, lucarne) puisque d'une part sa face supérieure se situe à 65,64 m NGF, soit 0,61 m en dessous du niveau de sol externe, et que d'autre part le niveau de substrat marneux est à même hauteur de l'autre côté de M.05. Si sa présence ici n’est pas anecdotique, il s’agit alors peut-être de la base d’une niche, d'un loculus, non ouvert vers l’extérieur.

Fig. 16 : Vue du mur nord (M.05) de la structure semi-excavée.

Fig. 16 : Vue du mur nord (M.05) de la structure semi-excavée.

67La partie sud du bâtiment est moins bien conservée, la dégradation de M.02, mur sud de la terrasse, pouvant en être la cause : sa démolition a dû créer une brèche dans cette terrasse, par laquelle s’est écoulée une partie des remblais de construction, entraînant alors le glissement et le déchaussement du mur sud de la structure 3 et les ruptures visibles dans l’élévation de M.04 et M.10.

68Une incertitude demeure sur la nature du sol de ce bâtiment, d’autant que son intérieur paraît avoir été remanié au sud-est par le creusement de la fosse F.13 après son abandon (et avant sa destruction, F.13 étant comblé par les éléments de démolition de la structure 3). Il peut s’agir d’un sol en terre plus ou moins damée qui se situe au niveau des ressauts de fondation (US 2025) et qui a livré quelques charbons datés par analyse radiocarbone entre 94-316 ap. J.-C., le maximum de probabilité se situant entre 120 et 260. En outre, un fragment de céramique a été découvert sur ce niveau (bord brûlé et usé intérieurement d’une jatte/marmite tripode en commune sombre lustrée (Fig. 17 n° 1), attestée parmi les productions de Thésée-Pouillé (Trombetta 1982 : fig. 95 ; type 11.1 ; Cadalen-Lesieur 2005 : fig. 6 n° 2, type IV-1) mais qui ne suffit pas à fournir une datation précise (II-IIIe s. ?). Des traces de rubéfaction et un couche cendreuse (US 2023 : Fig. 15 et 16) ont été observées à la base de l’élévation de M.05 ainsi qu’au nord de M.10 : ce niveau (daté par le 14C entre 223 et 379 ap. J.-C. ; présence également d’un tesson de céramique commune claire à engobe blanc, type Val de Loire) pourrait être interprété comme les restes d’un plancher incendié. Toutefois, l’absence de ces cendres sur le reste du bâtiment, principalement au sud (même si ce plancher a pu être perturbé par la dégradation lente de cette partie de l’édifice et par la fosse F.13), et, surtout, l'absence de lambourdes soutenant ce plancher et de clous en quantité plus importante à cette altitude ne plaident pas pour cette interprétation. Dès lors, il faut penser que ce niveau cendreux correspond peut-être plus à un élément effondré d’un plancher suspendu ou de la charpente.

Fig. 17 : Céramique de la structure semi-excavée.

Fig. 17 : Céramique de la structure semi-excavée.

69On ne peut pas non plus entièrement négliger l’hypothèse que cette semi-excavation corresponde à un vide sanitaire, ce qui viendrait en partie justifier l’aspect peu soigné de ces parements internes. Dès lors, le sol de ce bâtiment pourrait correspondre à un plancher surélevé, pouvant peut-être se situer à même altitude que le sol extérieur. Ce vide sanitaire serait alors haut d’1,15 m, ce qui paraît important.

70Si l’on considère que l’édifice est réellement semi-excavé et que son sol se situe vers 65,10 m NGF, la question de son accès et de son ouverture sur la terrasse haute n’est pas moins délicate. Aucun élément n’autorise à placer cette entrée à l’est ou à l’ouest : elle ne peut s’envisager raisonnablement qu’au sud, là où malheureusement le mur n’est conservé qu’au niveau du ressaut de la fondation. L’absence partielle de M.02 sur la terrasse basse, à la hauteur de la structure 3, aurait pu suggérer la présence d’un escalier monumental, rejoignant ainsi les deux terrasses. Cependant, cet escalier aurait alors une pente supérieure à 45°. Par ailleurs, s’il fallait restituer des piédroits contre l’arrachement de M.02 et plaqué contre l’affleurement rocheux, cet escalier serait très peu large et n’aurait rien de monumental. En outre, il ne pourrait pas s’élever jusqu’au niveau de la terrasse (puisqu’il faudrait alors imaginer un autre escalier descendant vers le bâtiment semi-excavé). Cet escalier devrait donc rejoindre le niveau de sol du bâtiment excavé (65,10 m NGF) : cette hypothèse signifierait que l’on ne pouvait pas alors accéder au bâtiment semi-excavé depuis la terrasse supérieure, à moins d’imaginer un petit escalier longeant au sud ce bâtiment et rejoignant l’escalier principal. Or aucune trace de cet escalier n’a été observée le long de cette structure.

71On privilégiera donc un accès uniquement depuis la terrasse haute, peut-être par un escalier descendant depuis sa face sud, celle qui fait face à la terrasse inférieure et à la Loire. Cette hypothèse a le mérite d’intégrer une circulation libre et aisée sur la terrasse supérieure et de conserver le caractère enterré visiblement souhaité par les constructeurs. En revanche, elle exclut un accès direct à ce bâtiment depuis la terrasse basse (cet accès a pu se faire en contournant la terrasse, par l'est) et suggère que l’accès se faisait uniquement depuis la terrasse haute, en contournant ce bâtiment, depuis le nord jusqu'au sud (ce qui, avouons-le, est également curieux). Faut-il alors abandonner l’idée d’une semi-excavation au profit d’un simple vide sanitaire, où l’entrée pourrait être imaginée au nord de l’édifice, par un simple accès de plain pied depuis la terrasse supérieure ? Ici encore, les données sont trop lacunaires pour permettre de trancher entre ces deux dernières hypothèses.

72Les briques à poignées découvertes dans la couche de démolition et principalement dans la moitié sud de la structure 3 (remplissage de F.13) pourraient correspondre aux montants et/ou au linteau d’une ouverture au sud. Une pièce de scellement en plomb retrouvée dans la couche de démolition participe peut-être aussi à cette ouverture. D’après les éléments recueillis dans cette couche, l’élévation de la structure 3 était toujours maçonnée en silex avec des angles soignés en panneresses. Les quelques briques à poignées (dont au moins une à bord arrondi) dans cette couche pourraient aussi attester la présence d’une assise sur l’élévation (à mi-hauteur, ou sous le toit, en corniche ; même module que celle de la pile). La couverture du bâtiment était en tegulae (petit module, comparable à celles de la canalisation et à celles de la nécropole de Saint-Patrice ; Lelong 1999 : 25, fig. 22) et imbrices,et probablement à deux pans vers l’est et l’ouest. Le calcul de la surface de l’ensemble des tegulae recueillies dans cette démolition montre que l’excavation n’a piégé que 5,5 m² de toiture, celle-ci étant estimée à plus de 13 m², preuve d’un important arasement.

73Afin de bénéficier d’un nouvel argument de datation pour la construction de ce bâtiment, des analyses archéomagnétiques, réalisées par Ph. Lanos et Ph. Dufresne (2007a), ont été pratiquées sur les tegulae de la couche de démolition, en postulant que toutes, de même module, avaient été fabriquées lors d’une seule fournée et à proximité. La désaimantation thermique a montré l’existence de deux composantes, correspondant d’une part à la fabrication de ces éléments architecturaux, d’autre part à leur seconde chauffe lors de l’incendie du bâtiment. L’étude n’a donc porté que sur la composante principale, celle de la fabrication (Lanos, Dufresne 2007a : 8). Les datations proposées sont ainsi (Lanos, Dufresne 2007a : 10-11) : [106-389], [1046-1324] ou [1364-1514] à 95 % de confiance ; les deux derniers intervalles sont à exclure. Avec un intervalle de confiance réduit à 68 %, on obtient : [142-289], [1127-1263] ou [1413-1486].

74De même, pour pallier l'absence quasi totale d'éléments de datation dans la couche de démolition (pas de céramique), une datation 14C a été effectuée sur un charbon de ces couches d'incendie (US 2021) : elle a fourni un intervalle de confiance de 95 % compris entre 133 et 335 ap. J.-C.

75Le matériel recueilli dans ce bâtiment, que ce soit au niveau du sol supposé ou dans la démolition, est si rare qu'il faut envisager qu’avant sa destruction définitive, ce petit édifice a été “ nettoyé ” et certains éléments récupérés, comme le laisse d’ailleurs penser la fosse F.13 dans l’angle sud-ouest. La conséquence majeure de cette récupération est qu'on ne peut malheureusement émettre aucune hypothèse sur la destination de ce bâtiment.

76Le même constat prévaut pour l’espace extérieur, celui de la terrasse haute, où toutes les couches d’occupation et de destruction sont absentes, emportées par l’érosion. Au-delà de la fonction de cet espace, il n'est pas plus possible d’en restituer l’élévation : si l’on peut penser que les murs de soutènement présentaient, sur leur face externe, une alternance de pilastres et de retraits, si l’on peut proposer qu’ils se prolongeaient, tels des parapets, d’environ 0,50 à 1 m au-dessus du niveau de circulation externe et étaient protégés soit par des tuiles, soit par de véritables chaperons en pierre (comme ceux qui couronnent les murs de la nécropole de Saint-Patrice : Lelong 1999 : fig. 2, photo II), tout ceci reste très hypothétique (aucune mention de grand appareil découvert sur le site) et d’autres problèmes demeurent également irrésolus (horizontalité de la terrasse, évacuation des eaux…). Quant à savoir si cette terrasse comportait des aménagements plus légers, tel un appentis qui pourrait prendre place contre M.02 (et qui pourrait expliquer que la structure 3 ne semble pas centrée sur cette terrasse), couvrant tout ou partie de l’espace allant jusqu’au bâtiment rectangulaire, nous n’en avons aucune preuve matérielle. Tout au plus peut-on raisonnablement penser qu’il existe, ou a existé, une structure maçonnée au nord ayant clôturé la terrasse haute et ayant surtout contenu les sédiments colluviés venant de l'amont. Tout au moins ne doit-on pas exclure que les maçonneries découvertes en 2005 ne sont qu’une partie d’un ensemble architectural plus vaste, malheureusement en grande partie érodé.

La statue

77Outre ce petit bâtiment excavé, non mentionné dans les recherches antérieures, l’autre découverte de cette campagne de fouilles est celle d’une statue retrouvée sur le niveau d'arasement de la terrasse supérieure. Ici encore, les questions sont nombreuses, tant sur la position et la provenance de cette statue que sur son identification ou sur sa signification.

Contexte de découverte et discussion sur la provenance

  • 10  L’élargissement de la zone d’investigation autour de cette découverte n’a révélé aucun autre bloc (...)

78La mise au jour de cette statue (F.08) est relativement heureuse puisqu’elle ne se situait qu’à 0,25 m sous le sol actuel (Fig. 6, 11 et 18) à 0,50 m du parement interne de M.0110. Un gros bloc rectangulaire (L : 0,47 ; l. : 0,27 ; H : 0,20), découvert non en place à proximité de cette sculpture, comporte des traces de piquetage sur une face et des retouches au ciseau sur une autre. Il est toutefois trop petit pour y voir la base de la statue (il ne s'agit d'ailleurs pas de la même nature de pierre) ou encore pour y reconnaître un dé de portique appuyé contre M.01 (dont il est distant d’1,58 m), d’autant qu’il se situe plus bas que le niveau de circulation présumé de la terrasse haute.

Fig. 18 : Vue de la statue lors de sa découverte ; en arrière plan, le parement interne de M.01.

Fig. 18 : Vue de la statue lors de sa découverte ; en arrière plan, le parement interne de M.01.
  • 11  Des cartes postales anciennes, conservées à la Bibliothèque Municipale de Tours, montrent claireme (...)

79La statue a été découverte face contre terre, tête détachée du buste au nord. Paradoxalement, c’est l’enfouissement prolongé de la pierre qui est autant à l’origine de ses altérations que de sa préservation : alors que la face est exceptionnellement bien conservée, le dos a manifestement subi des chocs, consécutifs aux travaux agricoles11, conjugués à une action érosive des eaux d’infiltration. Ce bloc sculpté reposait sur la dernière couche reconnue de remblai de construction de la terrasse haute (US 2020) et était directement recouvert par une couche très différente (US 2015 ; sédiment sableux brun/clair, peu homogène, contenant seulement quelques fragments de terres cuites architecturales), interprétée comme une phase d’abandon et/ou de colluvionnement (aucun élément de datation) : elle a donc été “ déposée ” alors que la terrasse était déjà grandement érodée. Si elle avait été contenue dans les remblais de construction, on imagine mal l’érosion ne pas l’avoir entièrement emportée (ceci peut être le cas pour les parties manquantes). Faut-il considérer, comme on l'a un temps imaginé (Marot, Marlet 2005 : 49) qu’elle ait pu chuter d’une niche ou de l’arase de M.01 à proximité : c’est fort peu probable, compte tenu de son orientation (nord-sud), du fait que cette statue devait être protégée par un abri (et qu’elle est trop large et profonde pour avoir pris place sur l’arase de M.01) et, surtout, compte tenu de sa position en stratigraphie (à moins d’imaginer qu’elle ait survécu à la destruction de cet édifice, qu’elle se soit maintenue sur M.01 et qu’elle en ait chu, après une érosion déjà très avancée de la terrasse…). De même, il paraît plus que douteux qu’elle ait pris place à l’intérieur du bâtiment semi-excavé (aucune trace ou négatif de support au sol) et qu’elle en ait été sortie puis rejetée à l’extérieur. On peut aussi rejeter le fait qu’elle ait glissé (du moins sur une grande distance), puisqu'elle ne porte pas de traces franches d’érosion sur sa face. Force est donc d’admettre qu'on ne connaît pas son emplacement originel. Pour autant, il paraît difficile d’imaginer qu’elle vienne de très loin (apportée par exemple par un épierrement des champs environnants). Le plus vraisemblable, même si ceci demeure toujours hypothétique, est qu’elle provienne d’un peu plus haut, au nord, appuyée ou protégée par une structure non découverte ou disparue, et que, après être tombée, on l’ait peut-être légèrement déplacée jusqu’à sa position de découverte. On ne peut donc assurer qu’elle se rattache à l’ensemble architectural ici découvert, même si ceci nous paraît très probable.

Étude de la sculpture (A. Chédeville)

80L'examen après exhumation (Fig. 19) montre une œuvre particulièrement fragmentaire et lacunaire. Elle a manifestement été brisée avant et pendant son enfouissement : la tête est brisée au niveau de la base du cou, la quasi-totalité du dos est mutilée et il ne reste des reliefs sculptés du revers que la retombée du vêtement, au niveau de l'épaule et de l'omoplate droites. Toute la partie inférieure du corps a disparu. De même, le bras et l’épaule gauche sont manquants, ainsi que l’avant du bras droit, qui est fracturé au niveau du coude.

Fig. 19 : Statue après son exhumation (photographiée légèrement de côté).

Fig. 19 : Statue après son exhumation (photographiée légèrement de côté).

81La restauration de la sculpture, menée dans le cadre d'un mémoire de diplôme en conservation-restauration des œuvres sculptées (Chédeville 2008), à l'École supérieure des beaux-arts de Tours, a été l'occasion d'en mener une étude plus approfondie (Fig. 20).

Fig. 20 : Statue après nettoyage et restauration (Cl. : A. Chédeville).

Fig. 20 : Statue après nettoyage et restauration (Cl. : A. Chédeville).
  • 12  Laboratoire GéAC, UFR de Sciences et Techniques, Université François Rabelais, Tours.
  • 13  UFR de Médecine, Université François Rabelais, Tours. MEB ZEISS DSM 982 GEMINI. Sonde EDS NORAN, l (...)

82En premier lieu, l'observation du matériau constitutif, au microscope électronique à balayage (M.E.B), couplée à une analyse par spectrométrie par dispersion d'énergie, réalisées par J.-G. Bréheret12, à l'UFR de Médecine de Tours13, a confirmé l'emploi d'un tuffeau jaune du Turonien supérieur. Il s'agit, sans aucun doute possible, du même tuffeau que celui qui a servi à la construction du parement des murs de soutènement adjacents.

83En second lieu, les interventions menées lors de cette restauration ont permis de restituer à cette œuvre fragmentaire une unité, qui en améliore la lisibilité. Ainsi, de nombreux détails de la physionomie, jusqu'alors masqués, ont été révélés (Fig. 20a). Le personnage est coiffé d’un bonnet phrygien et vêtu d’une tunique cintrée arrivant à mi-cuisse. Une chlamyde, portée en biais, est attachée sur l’épaule droite par une fibule circulaire bombée, et retombe en formant des plis en V étagés. Le prolongement des plis de la chlamyde sur l’épaule droite semble indiquer que le dos était sculpté. Il faut donc considérer la sculpture comme une ronde-bosse plutôt que comme un haut-relief. Un “ anneau ” de section rectangulaire, placé sous la barbe à la base du cou, évoque un col légèrement “ roulé ”, ou un collier. Enfin, un plissé, au niveau du genou droit, indique que les jambes étaient couvertes d’un pantalon, tenue caractéristique des peuples orientaux. On peut observer, sur les bordures de la chlamyde et de la tunique, un sillon creusé pour suggérer une couture du vêtement, ou un ourlet, ou encore pour souligner un décor peint aujourd'hui disparu. Ce type de vêtement décoré n'est pas sans évoquer celle d'un porteur d’offrandes, habillé “ à la mode parthe ”, sculpté sur une stèle funéraire en calcaire du Musée de Palmyre (Moi, Zénobie… 2001 : 345).

84Le bras droit de la sculpture ébauche un mouvement vers l'arrière (Fig. 20b), et l'arrondi du coude, placé sur l'extérieur, suggère que l'avant-bras, aujourd'hui manquant, devait être plié dans le dos. L'orientation générale des plis des vêtements nous informe que le personnage était soit debout, soit agenouillé. Il apparaît qu'il ne pouvait pas avoir la jambe droite pliée et appuyée sur un quelconque objet.

85La tête est tournée à droite et inclinée vers l'épaule. Le visage est encadré d’une chevelure et d’une barbe abondantes et bouclées. Travaillées en torsades, les boucles sont disposées symétriquement, les deux mèches médianes de la barbe étant jumelées. Chaque boucle a été façonnée autour d’un cylindre creusé de sillons marquants les mèches (Fig. 20d et f). L'expression du visage est grave, mais les traits particulièrement marqués lui donnent un aspect mélancolique. Le front est bas, bombé et creusé en son milieu d’une ride. Les arcades sourcilières sont assez prononcées et les paupières légèrement tombantes. L’orbite est profondément creusée et le sillon de la paupière supérieure est accentué, donnant l’effet d’yeux particulièrement enfoncés. L’iris est évidé et la pupille partiellement forée, laissant une légère saillie accrochant la lumière (Fig. 20e). La pupille est située haut sur l’œil, accentuant le regard qui est dirigé vers la droite. La bouche, entrouverte et étroite, est surmontée d’une moustache qui laisse apparaître des lèvres charnues. Enfin, le nez est manquant, mais il subsiste une partie de l’aile droite.

86On observe, sur les zones qui étaient protégées des ruissellements (visage, boucles de la chevelure et de la barbe, plis du vêtement), les reliquats d’un revêtement à base de chaux (Fig. 20d). De très fines stries observées dans l’épaisseur de la couche indiquent l’utilisation d’un pinceau pour son application. Il est probable qu'il recouvrait l'intégralité de la surface, et que sa fonction devait être de dissimuler les traces d’outils et de rendre plus homogène la surface grenue du tuffeau. On peut également imaginer qu’il évoquait un matériau plus noble comme le marbre, voire être le support d’une polychromie. Aucune trace de couleur n’a cependant pu être décelée sur cette statue : sans doute a-t-elle été effacée par les ruissellements et les frottements. La présence d'un enduit et d'une probable polychromie n'est pas exceptionnelle ni surprenante, le revêtement des sculptures, à vocation esthétique ou protectrice, étant pratique courante durant l’Antiquité (Goubert 1995 : 56-57). Quant à la polychromie, souvent ocre jaune ou rouge, il n'est pas rare, d'après S. Deyts, qu'elle ait entièrement disparu, étant donnée la fragilité de ces couleurs.

87Le sculpteur a façonné son personnage, légèrement plus petit que nature, en taille directe, dans un bloc en délit, c'est-à-dire de manière à ce que les lits de carrière soient disposés verticalement. Bien qu'il présente l'inconvénient majeur de rendre la pierre plus vulnérable aux intempéries, le principe de la taille en délit est courant dans le cas de la statuaire. Il s'explique par la nature du matériau exploité : en effet, le tuffeau jaune présente des strates hétérogènes et de fine épaisseur. Il est donc plus aisé de débiter un bloc de grande taille, destiné à la sculpture, parallèlement au lit de carrière, plutôt que perpendiculairement. Le bloc est d'autre part plus homogène. En revanche, il est fragile : l'eau ruisselle et érode les parties les plus tendres. Bien que le revêtement de chaux ait pu permettre de protéger la pierre des précipitations, son épaisseur n'était en aucun cas suffisante pour empêcher sa dégradation à plus ou moins long terme. Puisqu’une exposition directe aux intempéries aurait accéléré considérablement sa détérioration (qui par ailleurs aurait été plus homogène entre la face et le revers), il paraît acquis que la sculpture devait être à l’abri des précipitations, sans doute protégée par une structure (niche, portique, bâtiment).

88Après remontage, la sculpture mesure 1,10 m de hauteur sur 0,47 m de large, pour une profondeur de 0,25 m. Elle pèse actuellement 62 kg. En admettant que le personnage eut été debout, on peut envisager que la statue, avec sa base, devait mesurer environ 1,80 m, et peser une centaine de kilos. Certes, l’absence des membres empêche de savoir si elle a été travaillée dans un bloc monolithique, mais tout porte à le croire : en effet, la fragilité du tuffeau jaune, calcaire tendre et friable, ne permet pas d’envisager des bras rapportés, et fixés au corps par des goujons métalliques scellés au plomb. En outre, les fragments restants du bras droit indiquent clairement que celui-ci était proche du buste. Il apparaît donc que la statue devait être relativement “ ramassée ”, par nécessité technique. Cette contrainte pourrait d'ailleurs apporter un certain crédit à l'hypothèse d'une position agenouillée du personnage, jambes solidaires à la base. Dans l'éventualité où, au contraire, le personnage eut adopté la station debout, ces raisons de fragilité du tuffeau impliquent qu'un élément de maintien devait venir renforcer les membres inférieurs, soit entre eux, soit derrière.

89De nombreuses traces observées sur la sculpture témoignent des outils employés pour le façonnage (scie, ciseaux plats et ciseaux-rondelles, gradine à grains d’orge). L’aspect quelque peu systématique des boucles de la barbe et de la chevelure, ainsi que la profondeur des rainures, peuvent évoquer un travail d’ébauche à l’aide d’une petite scie, la sciotte (Fig. 20f). Le façonnage peut avoir été complété par l’utilisation de gouges et/ou de ciseaux-rondelles (ciseaux à tranchant plat, semi-circulaires), comme en témoigne la présence de sillons au creux des boucles de cheveux et de barbe (Fig. 20g), ou encore, sur la bordure de la tunique (Fig. 20h), comme pour suggérer une couture du vêtement, un ourlet ou un décor. Des traces de gradine à grains d’orge, utilisée pour tendre les volumes, sont également visibles sur différents fragments, dans les zones protégées de l’érosion (Fig. 20i). Des cavités plus ou moins profondes au fond de la bouche et sous la lèvre inférieure, indiquent l’utilisation d’un perçoir (ou trépan). C’est sans doute également cet outil qui a servi à marquer la pupille, ainsi que le creux des plis, sous la tunique (Fig. 20e et h). Le manque de tension et la mollesse de certains volumes trahissent la nature de la pierre utilisée : grossière, d’une faible cohésion, elle nécessite de respecter certaines précautions lors du façonnage. Il faut éviter notamment de porter trop de coups sur la surface, qui risqueraient d’entraîner la fissuration du matériau. Le travail du tuffeau se fait donc avec une catégorie d’outils (gradines, ripes et râpes par exemple) qui peut conférer aux lignes un aspect moins “ tendu ” que sur des matériaux durs comme le marbre. Certaines traces visibles à la surface sont à ce titre tout à fait révélatrices : la longueur des sillons laissés par l’outil montre que la pierre n’a pas été systématiquement percutée (les sillons sont dans ce cas beaucoup plus courts), mais aussi râpée (Fig. 20i).

90Finalement, les formes élaborées et la diversité des outils utilisés, témoignent d’un certain raffinement, en dépit du choix d’un matériau plutôt grossier.

  • 14  Auteur d'une thèse sur la statuaire antique représentant les Daces (Velcescu 2000b), que nous avon (...)

91Toujours est-il que ce travail soigné et le souci des détails attestent non seulement l'habileté du sculpteur, sans doute particulièrement initié au travail du tuffeau jaune, mais également la volonté du commanditaire d'imiter la grande statuaire gréco-romaine. Selon L. Velcescu14, cette œuvre présente un aspect quelque peu “ rustique ”, à mi-chemin entre un style romain officiel et un style provincial. Peut-être pouvons-nous alors envisager le travail d'un artisan local, travaillant d'après des standards romains, d'inspiration gréco-orientale, et donc totalement au fait des goûts de son époque.

92Concernant la datation (intrinsèque, sans prendre ici en considération la datation des vestiges environnants), le traitement des détails des yeux, notamment de la pupille, pourrait constituer un indice. En effet, les yeux, sur les bustes de la fin du IIe s., sont traités avec une pupille creusée et un iris plein, marqué par un léger sillon. Le travail des yeux est tout à fait différent sur la statue de Cinq-Mars-la-Pile, puisque l’iris est ici creusé et la pupille en relief, ce qui permettrait de lui attribuer une datation un peu plus tardive que la période antonine, d’abord suggérée, avec réserve (sur un examen photographique de la statue non nettoyée), par R. Turcan. La physionomie “ jupitérienne ”, le traitement technique et stylistique des cheveux et de la barbe, ainsi que le travail des mèches tombant parallèlement sur le front, à la manière de celles d’un Sérapis, ne sont pas sans évoquer les bustes de Septime Sévère (du type III-Sérapis : Le regard de Rome… 1995 : 177, fig. 126 ; Johansen 1995 : 24, 26, fig. 3-4). Cette caractéristique pourrait également être considérée comme un indice stylistique qui permettrait de dater plus précisément l'œuvre au plus tôt entre la fin du IIe s. et le début du IIIe s.

Une divinité ? Un Sabazios ? Un Silvanus ?

  • 15  Simone Deyts (maître de conférences, université de Bourgogne) ; Marie-Françoise Boussac (professeu (...)

93La première hypothèse, fondée sur le physique jovien, le pantalon asiatique, la barbe et le bonnet phrygien, proposait d'interpréter cette statue comme une représentation du dieu thraco-phrygien Sabazios (Marot, Marlet 2005 ; Marot 2006 ; 2008), seule divinité orientale dotée des mêmes caractéristiques (barbe, coiffe et vêtement). Cette identification, à partir d’un premier examen avant nettoyage et restauration de l’œuvre, était alors étayée par les avis de S. Deyts, M.-F. Boussac et R. Turcan15. De même, pour L. Velcescu, le personnage a toutes les qualités pour représenter une divinité (abondance de la chevelure et de la barbe, personnage assez âgé, expression neutre) d’origine thraco-phrygienne, soit un Sabazios, soit un Silvanus.

94Sabazios est apparenté soit à Dionysos-Bacchus, soit à Zeus-Jupiter. Il s’agit d’un dieu souverain dont on craignait le courroux, apparenté en ce sens à Zeus-Jupiter. En revanche, les cérémonies, les mystères de son culte, sont beaucoup plus dionysiaques et ont souvent valu aux sabaziastes une réputation peu flatteuse (Lane 1989 : III, 14 ; Turcan 2004 : 313). Le statut social de ses adorateurs est en partie connu par l’épigraphie et les différentes dédicaces : il s’agit principalement d’hommes et, semble-t-il, de militaires (Lane 1989 : III, 44). Le culte de Sabazios offre une perspective de vie après la mort, si l’on en croit les représentations peintes dans le tombeau du prêtre Vincentius, sur la voie Appienne (Daremberg, Saglio 1877-1919 : t. 4, vol. 2, 930 ; Cumont 1929 : 103 ; Turcan 2004 : 320).

95Sabazios n’avait pas véritablement de temples attitrés, ni en Occident, ni même au Proche-Orient (Lane 1989 : III, 46). Il s’agit plus d’une divinité itinérante, vénérée par “ une clientèle ambulante de pèlerins et de déracinés ” (Turcan 2004 : 316). Le rare sabazeum reconnu, qui a également servi de mithraeum, est celui mis au jour à Ostie (Squarciapino 1962 : 65). Les objets du culte de Sabazios les plus significatifs et les plus répandus sont des mains de bronze, faisant le geste de la benedicto latina (Vermaseren 1983), que les prêtres installaient le temps d’une cérémonie dans des lieux de culte voués à d'autres divinités. Outre des triptyques et des lamelles d'argent (Kaufmann-Heinimann 1998 : 264, pl. 221), les autres représentations de ce culte (stèles, statuettes ou bustes ; Lane 1985) sont beaucoup plus rares.

96La carte de diffusion des preuves du culte sabaziaque (Vermaseren 1983 : I, pl. LXXXI ; Lane 1985 : II, pl. XLI) montre une forte présence en Asie Mineure et en Campanie. À l’ouest de l’Empire romain les représentations sont très rares. En Gaule, on connaît seulement des mains sabaziaques à Rennes, Famars, Sedan, Amiens et Rumst, et des plaques votives à Vichy.

97Le traitement de la barbe et de la chevelure pourrait aussi rappeler certaines statues de Silvanus (en particulier, la tête exposée au musée Montemartini à Rome), divinité tripartite protectrice de la nature sauvage, des champs et des bois. Il était adoré sous trois formes, celle du Silvanus domesticus, du Silvanus agrestis et du Silvanus orientalis (Dorcey 1992 : 14-32). Le premier est plus particulièrement honoré dans la domus, l’habitat et les bâtiments de ferme, au travers de laraires. Le Silvanus agrestis protège l’ager et la silva, les troupeaux, les champs cultivés et la forêt. Enfin, le Silvanus orientalis est le dieu protégeant les limites, les frontières d’un territoire, d’un terroir, qui sont alors signalées par un bosquet sacré (Dorcey 1992 : 22). D’après P. F. Dorcey, le terme “ orientalis ” est ambigu (dérivé soit d’oriri, soit de natalis) et ne se réfère pas à une région mais soit à une signification astronomique, celle du soleil levant du moins de la frontière du territoire où se lève le soleil, soit à l’endroit où “ naît ” la propriété, alors marqué d'un bosquet (Dorcey 1992 : 22-23).

  • 16  Comme L. Velcescu, S. Deyts a également évoqué l’identification possible avec Silvanus, parfois re (...)

98Son culte est bien attesté en Dacie, Pannonie et, bien sûr, à Rome. On le représente le plus souvent accompagné d’un chien, tenant une faucille dans sa main droite et une branche de pin, ou de cyprès dans sa main gauche (voir par exemple, Reinach 1912 : 131 N° 3-4). Rares sont les représentations qui le montrent avec un bonnet phrygien16. De surcroît, il est le plus souvent nu, parfois avec une épaule recouverte d’un vêtement ou d’une peau. Pour ces dernières raisons, et même si le traitement du visage est parfois comparable, cette hypothèse nous paraît douteuse, en tout cas bien moins étayée que celle d’un Sabazios.

99La présence d’un Sabazios à Cinq-Mars serait exceptionnelle. Si l'on considère l'ensemble du corpus de l'iconographie sabaziaste, cette statue constituerait même un unicum, ce qui la rend sujette à discussion en de nombreux points :

100- la présence de divinités orientales en Gaule est déjà, en soi, un fait remarquable ; celle de Sabazios est rarissime ;

101- la nature de la représentation serait singulière ; Sabazios n’est figuré seul que par très peu d’exemplaires, soit en buste (deux exemplaires à Bolsena) soit par des statuettes en pied (Augustapolis en Asie Mineure, Gorsium en Pannonie, une autre en Gaule sans localisation précise) ;

102- la présence d’un Sabazios en campagne et non en milieu urbain, comme il a été le plus souvent reconnu, serait également exceptionnelle ;

103- de toutes les représentations de la divinité, tout support confondu, l’exemplaire de Cinq-Mars-la-Pile serait certainement la plus grande, probablement aussi la plus soignée ;

104- la nature du matériau employé est également à souligner, puisqu’il ne s’agit pas, comme pour les autres, d’une statue en bronze, mais en tuffeau local ;

105- sa taille et son poids impliquent qu’il ne pourrait s'agir ici d’un culte itinérant, à l’inverse de ce que l’on présume ailleurs.

Un captif oriental ?

106À ces quelques singularités de l’œuvre s’ajoutent d’autres, mises en évidence par la restauration effectuée récemment par A. Chédeville (2008), qui doivent nous amener à envisager une autre identification :

107- d’après un fragment isolé qu’il a été possible de rattacher au corps, au moins l’un des bras semble partir en arrière, vers le dos (Fig. 20b), et ne peut donc tenir l’un des attributs classiques d’un Sabazios (pomme de pin, sceptre) ;

108- après nettoyage, le physique n’a plus rien de jovien ni d'altier ; au contraire, il paraît engoncé, l’expression semblant triste, pour ne pas dire plaintive ; le haut du corps semble contraint, l’une des épaules paraît affaissée et la tête est nettement penchée ;

109- enfin, ce qu'on avait interprété avant nettoyage comme le col de la chlamyde est traité avec des arêtes plus vives que le reste du drapé et des sections quasiment rectangulaires (3 cm de largeur ; 1,5 cm d'épaisseur) ; ne faut-il pas alors y voir une sorte de “ collier massif ” ?

  • 17  L’hypothèse d’un captif a été émise récemment, entre autres et peut-être pour la première fois, pa (...)

110En prenant en compte ces nouveaux éléments, l’identification à un Jupiter-Sabazios paraît fragilisée, voire à rejeter. On avance donc ici une hypothèse d’identification, non moins exceptionnelle mais plus adéquate à l’œuvre et à son contexte archéologique, celle d’un captif17 oriental.

  • 18  On en connaît une représentation sur un bloc de Mayence, où on retrouve ainsi deux captifs germain (...)

111L’interprétation comme captif ou prisonnier est déduite de la posture du personnage, de la torsion de son buste, de sa tête tournée vers sa droite, de son expression triste. Le fait qu’au moins une main parte dans le dos va également dans ce sens, puisqu’on peut alors imaginer que les deux étaient enchaînés à la manière des captifs gaulois et hispanique du trophée augustéen de Saint-Bertrand de Comminges (Boube 1996 : 111-115, fig. 85-88 ; 133-135, fig. 117) ou plus largement des différents prisonniers de guerres figurés sur de nombreux monuments (captifs sur le trophée de La Turbie, barbares sur les arcs de Carpentras, d’Orange, de Glanum ; Daces sur la colonne trajanne ; barbares mains dans le dos, debout devant un arbre du monument Adam-Klissi/Tropaeum Trajani, en Roumanie…). Alors qu’on l’imaginait jusqu’ici debout, on ne peut exclure qu’il s’agisse d’un captif entièrement agenouillé, ce qui apporterait quelques solutions aux problèmes structurels de maintien et de solidité de cette statue effectuée dans une pierre relativement friable (cf. supra). Le “ collier massif ”, ici considéré comme une entrave de cou (collare), pourrait aller dans le sens de cette hypothèse ; toutefois, ce type d'entrave n'est que très rarement attesté, à notre connaissance, dans les représentations des captifs18. Sur ce point donc, et en considérant l'iconographie classique, on s'en tiendra à la plus grande prudence, en n'excluant pas qu'il puisse s'agir d'un col, grossièrement traité.

112L’identité culturelle de ce captif est déduite des éléments vestimentaires, à savoir évidemment le bonnet phrygien, la chlamyde attachée à l’épaule droite et le pantalon oriental, qui sont une “ interprétation classique du vêtement thrace comme du vêtement iranien dont sont absentes toutes particularités ethniques plus précises ” (Picard 1957 : 439). La conjonction de ces attributs paraît donc clairement plaider pour désigner un personnage d’une peuplade orientale.

  • 19  Parmi les Daces, le port du bonnet (pileus) est le privilège d'une classe noble, celle des pileati(...)

113Laquelle ? Deux hypothèses semblent ici se dégager en s’appuyant sur l’iconographie connue (malheureusement très inégale suivant le peuple) mais également – démarche on en convient périlleuse – sur la datation présumée sévérienne de cette statuaire. Les abondantes représentations du peuple des Daces offrent les premiers éléments de comparaison. On pense ici, entre autres, bien sûr à la scénographie des deux guerres daciques mise en œuvre sur la colonne trajanne (Reinach 1909 : 331-369 ; Galinier 2007 : 21-27, fig. 5-6, pl. I-LVII) ou encore sur l’arc de Constantin qui remploie de nombreux éléments d’un monument d’époque trajanne (Pensabene 1999 ; Punzi 1999). Le premier édifice a comme intérêt de montrer différentes représentations stéréotypées de peuples orientaux, qu’ils soient alliés ou ennemis de Rome : les Sarmates Roxolans sont ainsi vêtus très différemment de notre statue et portent des cuirasses, les Jazyges sont coiffés d’un bonnet ou d’un casque conique, les archers de Palmyre portent un casque et de longs vêtements plissés non attachés à la taille, les archers de Mésie portent des casques et une tunique de mailles tressées ; quant aux Germains, ils vont à la guerre torse nu et vêtus de braies serrées autour de la taille. En revanche, les Daces sont représentés avec une tenue vestimentaire très similaire à celle de notre statue : on y retrouve le pantalon oriental, la chlamyde et le bonnet asiatique19, même si celui-ci n’est pas rigide et haut comme pour la statue de Cinq-Mars, mais relativement souple et plissé. La même observation peut être faite pour les huit statues de chefs daces vaincus qui décorent l’arc de Constantin, érigé à Rome en 315 (Pensabene 1999 : 34, fig. 24 ; Punzi 1999 : fig. 6 ; voir aussi les bas-reliefs du même arc, Galinier 2007 : pl. LVIII-LIX) : les personnages défaits sont ici représentés debout, avec les vêtements habituels, l’air grave, les deux mains jointes en avant au niveau du ventre. Que ce soit pour ces huit statues ou pour les représentations des personnages sur la colonne de Trajan et en particulier pour les portraits du chef dace Décébale (Velcescu 2000a), le traitement du visage est légèrement différent de la statue de Cinq-Mars-la-Pile : les cheveux ne débordent pas ou que peu du bonnet, la moustache est épaisse et la barbe est traitée comme des mèches entremêlées ; rien à voir avec les “ anglaises ” de notre statue, ce qui, pour S. Deyts ou L. Velcescu constitue la différence majeure avec les représentations classiques des barbares, et des Daces en particulier.

  • 20  Ce traitement des cheveux et de la barbe trouve un parallèle plus éloquent dans les représentation (...)

114Bien que moins nombreux que les Daces dans l’iconographie romaine, les Parthes offrent aussi des attitudes et des physionomies très proches de celles de notre sculpture. En effet, si l’on se fie par exemple à la représentation sur la Porte Noire de Besançon, édifiée sous le règne de Marc-Aurèle vers 172-175 (Lerat, Walter 1990 : 40-55 ; Joan 2003 : 193-196), ou à celles figurées sur l’arc de Leptis Magna (Picard 1957 : 458-459) et sur l’arc de Septime Sévère construit en 203 à Rome (Franchi 1964 : entre autres, pl. VII. 1-3), on retrouve toujours cette tunique plissée, le même pantalon et le bonnet asiatique pour les Parthes, dont les représentations sont presque similaires à celles des Daces et qui “ n’ont rien à voir avec ceux des Parthes du temps, tels que nous les ont fait connaître, par exemple, les peintures de Doura ” (Picard 1957 : 458). Les barbes et les chevelures sont peut-être plus fournies, plus proches de celles de notre personnage, sans toutefois posséder le même traitement en boucles, ce qui demeurera ici un point d’interrogation pour l’identification précise et définitive du personnage (différences de traitement stylistique par un sculpteur ou un atelier gallo-romain ? autre chronologie ? autre personnage20 ?).

115La prudence et, avouons-le, notre connaissance très limitée des domaines de l’Asie Mineure et des représentations sculptées de barbares et de peuples orientaux, devraient nous limiter à envisager ces deux peuples, dace et parthe. Un dernier argument, chronologique, pourrait militer pour l’hypothèse d’un captif parthe. En effet, on pense que le style de la statue la rattache à l’époque sévérienne, du moins à la charnière entre le IIe et le IIIe s., ce qui s’accorde avec les datations archéologiques de la terrasse monumentale. Si l’on admet qu’à cette époque, le peuple dace est entré de longue date dans l’Empire romain (depuis les deux guerres daciques de Trajan de 101-102 et de 105-107), que la Dacie est depuis devenue province impériale en 107 et que son peuple s’intègre rapidement et “ paisiblement ”, exceptions faites de quelques expéditions militaires romaines en 156-157 (Le Glay, Voisin, Le Bohec 1991 : 292-369), on comprendrait mal pourquoi l’on aurait cherché à représenter un membre de ce peuple à la fin du IIe s. ou au début du IIIe, soit quatre ou cinq générations après les combats les plus glorieux et les plus relatés. En ce sens, la mémoire des Parthes paraît plus plausible, puisque ce peuple s’affronte à Rome et lui dispute sa frontière orientale durant tout le IIe s. Les premiers troubles violents ont lieu à la fin du règne de Trajan (114-117) qui obtient, à la suite de cette guerre victorieuse, le titre de Parthicus Maximus tout en renonçant à s’implanter en Assyrie et en Basse-Mésopotamie. Les luttes reprennent avec le règne de Marc-Aurèle et la défaite du légat M. Sedatius Severianus contre le roi Vologère IV en 161. La nouvelle guerre (161-166), menée par Lucius Verus, aboutit à la prise de Ctésiphon, représentée sur la Porte Noire de Besançon. Le règne de Septime Sévère est marqué par deux guerres parthiques : durant la première (191-192), l’empereur combat l’usurpateur Pescennius Niger qui s’est proclamé empereur et est soutenu, entre autres, par les Parthes ; la seconde (197-199) se conclut par la victoire de Rome et l’attribution du titre de Parthicus Maximus (Parthicus Arabicus et Parthicus Adiabenicus ; Franchi 1964 : 20) à l’empereur. Enfin, Caracalla poursuit ces campagnes militaires et affronte les Parthes en 216, date où il remporte le même titre que ses prédécesseurs (Le Glay, Voisin, Le Bohec 1991 : 371-406). Puisque ces faits militaires sont plus récents que les guerres daciques, qu’ils sont par conséquent plus marquants ou du moins plus précis dans les mémoires, et puisque ces Parthes synthétisent alors, peut-être plus qu’un autre, le peuple menaçant le plus farouchement Rome, il nous paraît plus probable de considérer que la statue de Cinq-Mars-la-Pile pourrait représenter un Parthe captif. Pour l’heure, ceci doit demeurer une hypothèse puisqu'elle se heurte aux problèmes posés par une barbe et des cheveux abondants et stylisés.

116S'il s'agit bien d'un prisonnier, la première conséquence de cette nouvelle identification est de considérer que cette statue n’était certainement pas isolée mais appartenait à un groupe statuaire, célébrant une victoire ou un fait d’armes d'un vétéran, s’intégrant à la traditionnelle scénographie des représentations de certains trophées (Picard 1957 ; voir également Reinach 1909 : 442). Dans ce cadre, elle ne tenait peut-être que le rôle de faire-valoir (taille moindre) à d’autres représentations (autres vaincus, le ou les vainqueurs, arbre tropaephore…).

La pile et la terrasse inférieure

Découvertes

117L'exploration de la terrasse basse s’est révélée beaucoup plus décevante. Les seules nouvelles informations concernent la nature de la fondation de la pile sur sa face nord.

118Tout le sédiment accumulé sur cette terrasse est récent et l’ensemble de la terrasse a dû être profondément remanié par les travaux de J.-A. Meffre. L’objectif de ce dernier ayant été de déterminer le motif et la date d’édification du bâtiment, on peut penser qu’il s’est intéressé à toute la terrasse inférieure, jusqu’aux maçonneries découvertes à 20 m à l’ouest. Pour autant, hormis ces dernières structures, il ne signale aucune découverte mobilière, pas plus que la présence de structures en creux ou maçonnées et déplore déjà que d’autres chercheurs avant lui aient cherché à explorer les lieux (Meffre 1845 : 184-185). Enfin, il assure avoir “ fait un mur de soutènement pour arriver facilement à cette pile et déblayer et niveler ses abords ” (Meffre 1845 : 188). En conséquence, plus rien n’est observable de nos jours et aucune structure en creux, qui aurait pu être protégée de ce nivellement (en particulier les sépultures qu'on espérait mettre au jour ici, en relation avec la pile), n’a été découverte. De même, puisque tout est ici remanié, on ne peut rien espérer de la stratigraphie entre la pile et M.02 pour déterminer l’antéro-postériorité de l’un ou l’autre.

119Si l’on se fie à l’altitude de la première assise d’élévation de M.01, il est possible de restituer la surface de la terrasse antique non pas de manière plane mais en pente douce, débutant vers 63,10 m NGF au pied de M.03 et se situant vers 62,75 m NGF au centre de M.01, pour aboutir à 62,20 m NGF à l’est de M.02. Une telle pente a-t-elle pu être occupée densément ? Rien ne permettra de le dire.

120Revenons toutefois ici sur les structures découvertes à l’ouest, en 1843. La première maçonnerie, dont l’orientation n’est pas précisée, se situait sous 0,65 m de terre, longue de 5,30 m et large de 2,90 m, et était “ recouverte d’une chape extrêmement dure faite avec un mortier de chaux, brique et sable” (Meffre 1845 : 184). Une seconde maçonnerie se situerait 1,35 m en contrebas de la précédente et lui serait liée (Meffre 1845 : 184), ce qui est difficilement intelligible. Elle mesurerait également 5,30 m de long pour 2 m de large et serait également recouverte d’une même chape. À 0,80 m en contrebas de cette seconde maçonnerie est situé le rocher.

121Si le mortier à base de chaux et de sable est ici assez commun à toutes les périodes, la présence de briques pilées semblerait toutefois indiquer une datation gallo-romaine. La fonction est encore plus problématique puisqu'on ne dispose pas de l’orientation de ces maçonneries, de leur localisation exacte et de leur relation avec la pile ou les murs M.01 et M.03. Puisqu’elles seraient liées, elles doivent appartenir à un même ensemble. On peut alors s’étonner, si on les associe par leur côté le plus long, que leurs dimensions (5,30 x environ 4,90 m) soient très proches de celle de la pile (environ 5,80 m). S’agit-il de sols, de murs (alors très larges) ? Peut-on les voir comme la plateforme maçonnée supportant le probable groupe statuaire ? Compte tenu du lieu de découverte de la statue, sur la terrasse haute, cette dernière interprétation est très improbable et force est d’admettre que la fonction de ces structures nous échappe.

122Les seules données intéressantes recueillies en 2005, à confronter aux données géotechniques des sondages carottés réalisés en 1996 par la société ANTEA (Boitier 1996), concernent la fondation de la pile, qui a pu être observée sur sa face nord et nord-ouest.

123La pile est fondée dans le substrat taillé. Les fondations sont plaquées directement contre la paroi rocheuse. Le socle de la fondation n’est pas sur un plan horizontal (Boitier 1996 : fig. 6b) : le fond de l’excavation du substrat est en légère pente vers le sud et l’est (angle N-O : 57,63 ; N-E : 57,25 ; S-O : 57,37 ; S-E : 56,90 m NGF) et présente une forte dépression au centre (57,98 et 58,71 m NGF). Ces sondages indiqueraient que la pile ne reposerait pas au sud sur le rocher mais sur des sables, ce qui semble pour le moins curieux.

124Presque toute la partie excavée de la fondation est constituée de calcaire et de silex liés au mortier de tuileau. L’épaisseur de cette maçonnerie est très variable, en palier (plus haut au nord qu’au sud), suivant ainsi la topographie naturelle du coteau, et peut dépasser les 3 m au nord-est, alors qu’elle ne serait que d’1 m sur la face sud.

125Le parement en briques, qui prend la suite de la maçonnerie en pierres, est également en palier, plus bas au sud qu’au nord (angle N-O : 60,26 ; N-E : 60,54 ; S-O : 58,59 ; S-E : 58,68 ; au centre : 58,94 et 59,97 m NGF).

126Sur la face nord, la pile présente un ressaut de fondation en briques, de largeur inégale (11,5 cm de large à l’ouest, 22 cm à l’est), qui n’est pas reproduit sur les autres faces. En revanche, ces dernières ont, à cette même altitude, un léger retrait, marqué par des briques biseautées.

127Curieusement, le ressaut de fondation de la face nord et M.02 ne sont pas parallèles (écart plus marqué à l'est qu'à l'ouest). De plus, l’élévation de la pile ne reproduit pas non plus le même axe que sa fondation et accentue encore ce décalage (Fig. 4).

Datation archéomagnétique

  • 21  Pour information, à 80 % de confiance, [93-173] ou [241-416] ; à 85 % de confiance, [90-182] ou [2 (...)

128On a souhaité effectuer des analyses archéomagnétiques sur la pile, afin d’en affiner la chronologie. Ces travaux et analyses ont été réalisés par Ph. Lanos et Ph. Dufresne (2007b) qui ont prélevé une carotte (2,5 cm de diamètre) sur 88 briques de la partie enterrée de la face Est, sur différentes assises. Dans ce cas particulier, où les briques ne sont pas dans leur structure de fabrication, l’hypothèse a été que ces briques sont issues d’un lot homogène, fabriqué en une même fournée (position de cuisson “ debout ”, sur la face la plus courte de la brique ; avérée par l’analyse), non loin du site (hypothèse de latitude constante ; Lanos, Dufresne 2007b : 4). Il en ressort que les solutions chronologiques fournies par les analyses archéomagnétiques (probabilité donnée par l’inclinaison) pour la construction de la pile sont (Lanos, Dufresne 2007b : 11-12) : [83-446], [1011-1189] ou [1457-1532] à 95 % de confiance ; les deux derniers intervalles, bien trop tardifs, sont ici à exclure ; avec un intervalle de confiance réduit, la première fourchette chronologique peut être scindée en deux, plus réduites, soit [99-161] ou [256-395] à 68 % de confiance21.

Autres vestiges

129Quant aux autres structures, elles sont peu nombreuses et souvent mal caractérisées, faute de matériel (Fig. 4).

130On dira simplement que la fosse F.19 a recoupé la fondation de la pile entre les V-VIe et le Xe s. : on peut penser que le but d’une telle excavation a été, déjà, de creuser sous la pile pour en percer le mystère et en découvrir les supposés trésors.

131La fosse F.16 est interprétée comme la récupération de la fondation de M.02 (au haut Moyen Âge ?) à sa jonction avec l’affleurement rocheux à l’est. Sur la terrasse haute, le haut Moyen Âge (fin IX-Xe s. d'après la céramique) marque le début d’une phase de colluvionnement.

132Cette phase de colluvionnement se poursuit au moins jusque dans la seconde moitié du XIIIe s. (US 2019). Le comblement de la tranchée F.07 (aménagement agricole ?) date du XVIe s.

133Les autres aménagements découverts datent du XIXe s. et du XXe s. Aucun n’a été repéré sur la terrasse supérieure, où l’on retrouve simplement un niveau épais de colluvions modernes ou contemporaines.

134Trois creusements (F.14, F.15 et F.17) doivent être rapportés à la pile : ils sont rectangulaires, peu profonds (inférieurs à 0,20 m) et situés à 0,50 m au nord de la pile. Le fond de leur creusement est plat et paraît piqueté ; les bords sont droits. Tous trois ont un comblement datable du XIXe s. En 1845, J.-A. Meffre affirme avoir fait “ entourer les quatre côtés de la Pile par un échafaudage à paliers, appuyé seulement sur ses parois, mais sans aucun trou de boulins ” (Meffre 1845 : 187) pour accéder au couronnement de l’édifice et l’étudier : F.14, F.15 et F.17 en sont probablement les traces dans le substrat.

135Tous ces encastrements (auxquels on ajoute F.12, de fonction indéterminée) sont comblés et scellés par des niveaux XIXe-XXe s. contenant énormément de briques à poignées antiques, quelques moellons et des fragments de briques contemporaines, ces artefacts devant être les débris issus de la restauration de 1843 de la pile, plus particulièrement de son couronnement.

136M.11 correspond à un simple alignement maçonné de briques contemporaines qui reprend et tente de reconstituer l’angle nord-ouest de la pile.

137Pour les aménagements effectués au pied de la pile au XIXe s., il faut également évoquer les creusements de la fondation sur les faces sud (non vérifié) et ouest réalisés par J.-A. Meffre en 1843.

138Signalons également qu’au XIXe s., toute la terrasse basse a été déblayée (peut-être durant la campagne de 1843), probablement nivelée, puis remblayée ; on y construit M.09, mur qui doit correspondre à une directive de J.-A. Meffre (1845 : 188).

139Enfin, au sud de cette terrasse, une carrière, F.20, entaille le rocher : les traces de barres à mine sur le front de taille indiquent une exploitation durant l’époque contemporaine. Même si le fond de cette carrière n’a pas été atteint, pour des raisons de sécurité, rien ne permet de dire que son exploitation est plus ancienne.

Réexamen du dossier de la pile de Cinq-Mars à la lumière des nouveaux éléments

140Avec les recherches de 2005, le dossier de la pile de Cinq-Mars s’est enrichi de trois nouveaux éléments : une terrasse monumentale (déjà, en partie soupçonnée), un bâtiment semi-excavé et une statue. À défaut d'avoir pu les observer, on ne prendra pas en compte les maçonneries découvertes en 1843 dans cette synthèse. Compte tenu de l’érosion du site, ces quatre éléments sont aussi problématiques les uns que les autres : aucune preuve tangible ne permet, par exemple, d’affirmer que tous appartiennent à un même ensemble, même si ceci nous semble le plus probable.

141On se propose ici de réexaminer toutes les pièces de ce puzzle en s’interrogeant d’abord sur leur datation et leur destination. Au-delà de ces deux questions, il convient, face à la nature des vestiges, de considérer ce qui est donné à voir, en somme de proposer une interprétation actualisée sur la volonté des constructeurs et sur leur statut.

Datation des vestiges

142Le site étant très érodé, la stratigraphie n’est d’aucun recours pour établir, à première vue, une chronologie relative entre ces différents éléments. Tous ont probablement fonctionné ensemble à un moment donné, mais rien ne dit qu’ils ont été construits ou mis en œuvre en même temps.

La pile

143Pendant longtemps, les seuls éléments ayant servi à dater la pile de la seconde moitié du IIe s. ont été les deux monnaies (un as et un sesterce de Marc-Aurèle) que La Sauvagère dit avoir découvertes au pied de la pile (1770 : 172 ; Provost 1988a : 112). Cet argument a ensuite été repris par P. Audin (1977 : 367) et G.-Ch. Picard (1977 : 30-31). Cependant, ces deux objets, qui ont pu être perdus fort longtemps après leur frappe, semblent inadaptés pour établir la datation de l’un et/ou l’autre édifice, leur construction comme leur fréquentation.

144Le style décoratif des douze panneaux qui ornent la face sud de la pile a également pu contribuer à cette datation. Ce jeu de polychromie se fonde sur l’association de moellons de calcaire à des terres cuites architecturales rouges aux formes géométriques, fabriquées précisément pour cet usage. Or plusieurs auteurs considèrent que ce style décoratif ne s’étend pas au-delà de Rome et de ses environs (Crema 1959 : 498 ; Picard 1977 : 30-31) et qu’il apparaîtrait au milieu du IIe s. pour disparaître dès le début du IIIe s. ap. J.-C. (Lugli 1957 : 608). Il est particulièrement attesté à Ostie (Lugli 1957 : 608), où on le connaît dans les niches-laraires de la Caseggiato del Larario (I, IX, 3) et de l’Horrea Epagathiana et Epaphroditiana (I, VIII, 3), deux bâtiments construits, comme la pile, en opus testaceum. En Gaule, on retrouve un décor proche (mais qui n’emploie visiblement que des pierres de couleur et de formes différentes ; opus reticulatum) sur la pile funéraire de Saint-Lary (Lauzun 1898 : 8, fig. 2 ; Sillières, Soukiassian 1993 : fig. 3 ; Soukiassian 2006 : 474-475 ; Lapart, Petit 1993 : 191-192, fig. 79), ou encore sur le mausolée de Roquebrune-Cap-Martin, daté de 100-40 av. J.-C. Toutefois, si l’on en croit la datation admise pour les occurrences les plus abondantes, celles d’Italie, l’emploi de ce décor plaiderait pour une construction de la pile à partir du milieu du IIe s.

145Le rapprochement architectural et fonctionnel avec les piles du sud-ouest de la France pourrait également servir à asseoir la datation de la pile de Cinq-Mars. Les rares piles fouillées ont fourni des éléments plaidant pour une datation à partir de l’époque flavienne (Sillières, Soukiassian 1993 : 304) et peut-être jusqu’au IVe s., datation basse de la pile de Lescar (Bats, Seigne 1972 : 62). Plus récemment, G. Soukiassian (2006 : 477) les situe toutes au Ier s. au plus tard au IIe, en se fondant sur le matériel issu des fouilles des piles de Mirande et de Cassan.

146Le dernier élément pour cette datation réside dans l’analyse archéomagnétique réalisée récemment (Lanos, Dufresne2007b), qui donne une solution chronologique (à 95 % de confiance) entre 83 et 446 ap. J.-C., soit une fourchette chronologique malheureusement très large.

147Tous ces arguments n’autorisent pas à dater précisément la pile : on restera toutefois plus prudent que certains, en considérant qu’elle a certes pu être édifiée dans la seconde moitié du IIe mais aussi dans la première moitié du IIIe s.

La statue

148R. Turcan, sur examen photographique de la statue avant restauration, proposait une datation antonine (tout en nous incitant à la plus grande prudence sur cette hypothèse).

  • 22  Professeur d'histoire de l'art à l'École supérieure des beaux-arts de Tours.

149Selon A. Parlebas22 et A. Chédeville (2008 : 31), le traitement de l’iris creusé au trépan, de la pupille en relief, et celui des boucles de la chevelure et de la barbe plaiderait pour une datation plus tardive, d’époque sévérienne. L. Velcescu suggère également une datation du IIIe s.

150En considérant qu’il puisse s’agir d’un captif oriental, d’un Dace ou d’un Parthe, on peut inscrire l’œuvre au sein du IIe s. ou dans la première moitié du IIIe s. ap. J.-C. ; si l’on s’en tient à l’identification d’un Parthe, cette fourchette doit être resserrée en considérant les principales campagnes parthiques (Marc-Aurèle, Septime Sévère, Caracalla) et un éventuel décalage pour la représentation de cette œuvre, soit entre 160/190 (probablement plutôt 190) et 250 ap. J.-C.

Le monument au nord : terrasse et structure semi-excavée

151D’après la stratigraphie, malheureusement très lacunaire, le plus probable demeure que le bâtiment semi-excavé est bâti en même temps que la terrasse monumentale.

152Les arguments de datation pour la construction des deux édifices peuvent être ainsi récapitulés :

153- parmi les remblais de construction :

  • la céramique, probablement résiduelle, s’inscrit dans une vaste fourchette chronologique, entre 150 et les années 220/230 ;

  • une datation 14C : âge calibré entre 94 et 316 ap. J.-C. et maximum de probabilité entre 120 et 260.

154- la datation de la construction du bâtiment semi-excavé – sans pouvoir déterminer s’il a été remanié – repose principalement sur des datations 14C, sur une analyse archéomagnétique et de très rares tessons de céramiques :

  • une datation 14C sur un charbon des fondations : âge calibré entre 182 et 375 ap. J.-C. et maximum de probabilité entre 210 et 340 ;

  • une datation 14C sur un charbon du niveau damé (occupation ? remblais de construction antérieurs damés ?) : âge calibré entre 94 et 316 ap. J.-C. et maximum de probabilité entre 120 et 260 ; un bord d’une jatte/marmite tripode en commune sombre lustrée des II-IIIe s. ;

  • une datation 14C sur un charbon du niveau cendreux : âge calibré entre 223 et 379 ap. J.-C. ;

  • une datation 14C sur un charbon de la couche de démolition : âge calibré entre 133 et 335 ap. J.-C.

  • une analyse archéomagnétique des tuiles de la toiture fournit, pour l'Antiquité, une datation entre 106 et 389 (142-289 à 68 % de confiance).

155En croisant ces données chronologiques (sans méconnaître toutefois les récentes réserves sur les différentes méthodes de datations en laboratoire, en particulier la dendochronologie sur laquelle est étalonné le 14C pour les périodes historiques ; Seigne 2007 : 9), et en considérant que les deux édifices (terrasse et bâtiment excavé) ont donc été vraisemblablement construits à la même époque, il est possible d’envisager leur édification entre 150 et 260 ap., peut-être même seulement entre 200/220 et 260 ap., soit dans la première moitié du IIIe s. ap. J.-C. La durée d’occupation, la date d’abandon et celle de la destruction de ces deux structures sont inconnues. On sait simplement que des dépôts colluviés, datés de la fin du IXe ou du Xe s. (US 2035), recouvrent au sud l’arase des murs de la structure excavée.

Une chronologie relative est-elle possible ?

156La stratigraphie ne peut répondre à cette question (cf. supra). Le problème est pratiquement insoluble pour la statue.

157Plusieurs indices, en particulier le fait que les deux fondations, de la terrasse supérieure et de la pile, ne sont pas parallèles, font penser que les deux édifices n’ont pas été construits en même temps. En considérant l’emplacement curieux de la pile à mi-pente, on a déjà émis par le passé l’hypothèse qu’elle pouvait être postérieure à la terrasse monumentale et au bâtiment semi-excavé (Marot, Marlet 2005 : 59). A contrario, la présence, dans la couche de démolition de l’édifice semi-excavé, de briques à poignées, en particulier celle à bord arrondi, est un fait notable puisqu’il s’agit des mêmes éléments utilisés pour la pile : pour autant, cet élément, qui associerait chronologiquement la pile et cette structure, nous paraît de faible poids face aux preuves stratigraphiques.

158L’argument pour une postériorité de la pile tient dans son implantation, qui peut sembler aberrante d’un point de vue architectonique : elle a nécessité un travail de terrassement et/ou de fondation très important pour asseoir solidement l’édifice alors qu’une édification sur un plan plus horizontal aurait été plus simple et plus pratique. En outre, l’acheminement des matériaux de constructions est sérieusement compliqué par cette position. Enfin, cet emplacement ne s’accorde pas avec l’une des finalités de la pile, celle d’être vue : elle l’aurait été d’autant plus si elle avait été installée plus haut, sur le plateau.

159Pourquoi alors ne pas avoir construit la pile plus au nord ? Peut-être précisément parce que l’emplacement était déjà consacré à un autre édifice, dont la terrasse monumentale n’est probablement qu’une partie. Pour autant, rien ne permet de dire si la pile a été construite un an, dix ans ou un siècle après la terrasse monumentale. En conséquence, en considérant l’argumentaire précédent sur la datation de la terrasse monumentale et de l’édifice excavé, on propose de rajeunir la date d’édification de la pile en ne la situant désormais plus dans la seconde moitié du IIe s., mais, peut-être au plus tôt dans la première moitié du IIIe s. (en supposant que les structures au nord sont bâties entre 200/220 et 260 ap.). Cette datation pourra sembler tardive au regard de la qualité de construction de la pile : rappelons que la plus grande prudence prévaut ici encore, compte tenu de la fragilité des arguments chronologiques mis en œuvre pour cette hypothèse.

160Faute d’arguments péremptoires pour établir une chronologie relative, on se fondera sur la quasi-certitude que tous ces éléments ont un temps fonctionné ensemble. Le premier argument tient au fait que la pile n’est pas sur le même alignement que la structure semi-excavée, ce qui permet de rendre visible les deux monuments si l’on se place face à eux et si on les observe depuis la vallée. Le second tient aux éléments chronologiques et à la datation présumée de la statue qui n’est donc pas en contradiction avec les solutions de datation proposées pour les différents édifices.

Fonction et destination des édifices

Trois espaces monumentalisés

161Avant même d’évoquer la fonction des édifices, il est important de considérer que les travaux d’aménagement du site, de décaissement, de terrassement et de création d’une avancée monumentale aboutissent, selon la volonté des constructeurs, à une monumentalisation, presque à une théâtralisation des espaces. On en distingue au moins trois, d’autres ayant pu exister plus au nord (Fig. 21). Le premier se situe sur la terrasse inférieure et était peut-être accessible à tous : on y retrouve la pile. La terrasse supérieure constitue le deuxième espace : il domine le précédent de quatre mètres, s’avance et se dégage nettement du coteau et est conçu pour s’imposer à la vue des passants ; puisqu’aucune circulation n’a été mise en évidence entre les deux terrasses, on aurait plutôt tendance à croire qu’il s’agit d’un espace privé, volontairement distingué. Le dernier espace correspond au bâtiment semi-excavé. C’est probablement le plus curieux, avec une destination et un fonctionnement qui demeurent très énigmatiques ; alors qu’il prend place sur la terrasse supérieure monumentalisée, cet édifice serait paradoxalement semi-enterré (et de construction apparemment sommaire ; à moins qu’il ne s’agisse d’un vide sanitaire), ce qui pourrait lui conférer un caractère particulièrement confiné pour qui devait pénétrer à l’intérieur, depuis la terrasse supérieure.

Fig. 21 : Présentation de l’une des hypothèses de restitution des édifices au nord de la pile ; en orange, les parties restituées ; parapet restitué sur une hauteur de 0,50 m ; les murs ouest et est de la terrasse monumentale peuvent s'être prolongés au-delà des propositions figurées ; à défaut de preuves tangibles, l'hypothétique structure au nord de cette terrasse, où a pu prendre place la statue, n'est pas représentée (DAO : O. Marlet).

Fig. 21 : Présentation de l’une des hypothèses de restitution des édifices au nord de la pile ; en orange, les parties restituées ; parapet restitué sur une hauteur de 0,50 m ; les murs ouest et est de la terrasse monumentale peuvent s'être prolongés au-delà des propositions figurées ; à défaut de preuves tangibles, l'hypothétique structure au nord de cette terrasse, où a pu prendre place la statue, n'est pas représentée (DAO : O. Marlet).

La pile pour signaler…

162L’un des espoirs de cette campagne 2005 était de pouvoir vérifier la fonction présumée funéraire de la pile : il n’en est donc rien, puisqu’aucune sépulture et qu’aucun reste humain n’ont été découverts. Ces absences, peut-être en partie dues à l’arasement et au décaissement des terrasses, ne sont cependant pas rédhibitoires pour interpréter la pile comme un monument funéraire, ce qui est admis maintenant depuis quelques décennies.

  • 23  Pour un inventaire des piles en Gaule romaine : Landes 2002 : 28-29.

163Cette interprétation est fondée sur les comparaisons faites avec des édifices analogues dans l’Empire romain et principalement des piles du sud-ouest de la France (Sillières, Soukiassian 1993 ; Soukiassian 2006), du sud-est de la France (Roth-Congès 1993 : 391, fig. 1)23, des piles italiennes (Massabò 2004 : 20-21, 142-145) ou espagnoles (Cancela, Martin-Bueno 1993 : 401-403, fig. 5 ; Cancela, Arellano 2006) et des piliers “ trévires ” (vallée de la Moselle et du Rhin), piles et piliers appartenant à la même famille architecturale, celle des tombes monumentales turriformes (Hatt 1951 : 176-182 ; Clauss 2006) et, plus largement, du type du mausolée (Grenier 1934 : 215 ; Von Hesberg 1992 : entre autres, 93-170).

164La pile de Cinq-Mars rappelle, par sa forme générale et ses dimensions, les piliers funéraires trévires mais s'en distingue largement par sa technique de construction (grand appareil pour les piliers trévires), les matériaux utilisés et le décor. Elle paraît beaucoup plus proche des piles du Sud-Ouest, pour lesquelles on admet qu'il s'agit d’édifices à vocation funéraire (Sillières, Soukiassian 1993 : 300). Ces piles sont en effet construites en blocage et parement de petit appareil, sur un plan rectangulaire ou carré, à deux étages, séparés par une corniche, le second présentant une niche voûtée (rectangulaire ou en cul-de-four) assez vaste pour abriter une statue (Sillières, Soukiassian 1993 : 302). D’après les fouilles menées à Cassan (Gers), ces piles pourraient avoir été recouvertes d’un enduit coloré (ocre rouge ; Soukiassian 2006 : 475). La plupart de ces piles funéraires se situent à la campagne, à l'écart des agglomérations antiques, mais doivent être associées à des villae. Elles sont souvent entourées d'un enclos funéraire, dans lequel (ou autour duquel) plusieurs tombes prennent place (Labrousse 1966 ; 1968 ; Bats, Seigne 1972). Rien ne prouve qu’elles constituent elles-mêmes un tombeau : elles correspondent à l’élément monumentalisé qui en signale la proximité.

165Toutefois, on ne peut s’empêcher de faire remarquer que la pile de Cinq-Mars est un monument singulier, qui se distingue par de très nombreux points des piles du Sud-Ouest, mais également d’Espagne et d’Italie :

166- le groupe des piles du Sud-Ouest (dont celles de Charente-Maritime) forme un ensemble globalement homogène architecturalement et géographiquement ; les piles de Cinq-Mars, de Mazangé (Loir-et-Cher) et de Marcé-sur-Esvres (Indre-et-Loire) se trouvent bien plus au nord, sans qu’on puisse déterminer si elles constituent aussi un groupe homogène ;

167- si, comme ses consœurs du Sud-Ouest, comme la pile d’Albenga en Ligurie (Massabò 2004 : 20-21, 142-145) ou celle de Villablareix (Catalogne, province de Gérone ; Cancela, Arellano 2006 : 215-216, fig. 5), la pile de Cinq-Mars est en petit appareil, elle n’a pas un revêtement de pierres mais de briques cuites ; les briques sont uniquement utilisées dans les piles du Sud-Ouest et en Espagne pour marquer parfois les corniches, la base de pilastres ou la transition entre deux étages ; seule celle de Mazangé, bien que très arasée, pourrait avoir eu trois faces entièrement en briques (Provost 1988b : 123 ; Bêche 1999 :122-123) ; de même, il paraît peu probable que ces briques servent à imiter l’hypothétique enduit ocre rouge qui aurait recouvert les piles du sud-ouest de la France (Soukiassian 2006 : 475) ; au-delà des seules piles, le mode de construction de l’édifice tourangeau n’a pas d’équivalent dans la région, ni même en Gaule (Adam 1984 : 163) ; il s’agit donc d’une architecture singulière et qui trouve probablement son origine en Italie, où les constructions en opus testaceum sont fréquentes, voire majoritaires ;

168- la pile de Cinq-Mars, certes la seule encore intégralement en élévation, se distingue également par ses dimensions, puisqu’elle est de loin la plus haute ; elle culmine à près de 30 m alors que celles qui sont le mieux conservées ne doivent pas dépasser 24 m (pile de Pirelonge, Saint-Romain-de-Benet : Audin 1977 : 359 ; Maurin 1999 : 279) ; les deux autres piles connues en Région Centre (Mazangé et Marcé-sur-Esvres) doivent également être de dimension plus réduite ;

169- contrairement aux piles du sud-ouest de la France ou à celle de Vilablareix en Espagne, celle de Cinq-Mars ne possède pas de niche voûtée au second étage ; celle-ci est peut-être remplacée ici par les panneaux “ mosaïqués ” (Bêche 1999 : 118), motif que l’on retrouverait (mais simplement avec une alternance de pierres de nature différente) sur la pile de Saint-Lary (Lauzun 1898 : 8, fig. 2) ; sa présence hors du Latium constitue donc un cas insolite (Adam 1984 : 163), d’autant qu’il est associé ici à l’opus testaceum ; sa mise en œuvre à Cinq-Mars est elle-même singulière : alors qu’à Ostie, par exemple, ce style décoratif ne fait qu’orner l’intérieur des niches-laraire, c’est ici un élément décoratif à part entière, décliné en douze panneaux (décoration plus proche du macaron polychrome connu à Pompéi ; Adam 1984 : 160, fig. 351) ;

  • 24  Celle d’Albenga domine la côte méditerranéenne et le port antique, ce qui lui a valu, comme à Cinq (...)

170- les rares fouilles réalisées autour des piles du Sud-Ouest ont montré que la plupart était insérée dans un enclos : la pile de Cinq-Mars ne l’est apparemment pas ; les maçonneries plus au nord, qui ont pu être interprétées par le passé comme un enclos, appartiennent bien à un ensemble architectural distinct (elles peuvent former un enclos, mais la pile en est exclue) ; même si la fouille de 2005 ne s’est pas étendue sur le côté sud de la pile, il est peu probable qu’y existe un mur formant enclos avec les autres maçonneries (pas même avec celles découvertes en 1843, qui, d’après leur description ne paraissent pas remplir cette fonction), à moins que l'érosion ait entièrement fait disparaître cet enclos ; l’absence de cette structure peut aussi être due à l’implantation topographique de la pile, à mi-pente ; celles de Mazangé et d’Albenga24, construites respectivement sur le bord d’un coteau ou à mi-pente, ne paraissent pas plus s’inscrire dans un enclos, même si, dans les deux cas, aucune fouille ne permet d’en être certain ;

171- à la grande différence des quelques piles fouillées dans le Sud-Ouest, aucune sépulture n’a été découverte à proximité immédiate de la pile de Cinq-Mars ; la documentation ancienne ne fait pas état de découverte funéraire (pas d’ossements, pas de céramiques ou de verres fondus) ; les mentions funéraires les plus proches sont au lieu-dit de “ l’Homme d’Or ”, à 100 m au nord (Meffre 1845 : 184 ; Bobeau 1898 : 168).

172Même si les différences avec l’architecture des piles du Sud-Ouest sont nombreuses, elles ne peuvent suffire à avancer une interprétation autre que funéraire pour la pile de Cinq-Mars, puisque toutes ces particularités sont attestées par l’archéologie dans d’autres monuments funéraires. Elles peuvent s’expliquer autant par la relative homogénéité des piles aquitaines, résultant d’un phénomène culturel d’imitation et d’émulation locale (Sillières, Soukiassian 1993 : 304), que par l’unicité de l’édifice tourangeau, dont les causes sont à la fois topographiques et également culturelles.

173La pile paraît avoir deux fonctions : la première est funéraire et vise à signaler une tombe (ou une aire sépulcrale rurale) et à signaler la mémoire d’un défunt. Faute de matériel funéraire associé, cette interprétation ne peut être ici avancée que par défaut. On peut aussi envisager que, comme les autres piles, celle de Cinq-Mars n’est pas à proprement parler le tombeau mais marque seulement l’emplacement d’un espace funéraire rural et privé : si l’on ajoute à cela le problème de la topographie du site, ces sépultures sont peut-être plus haut ou situées sur la terrasse haute et ont aujourd’hui disparu. Et quand bien même cette absence serait réelle, peut-on exclure que la pile ne signale qu’une mémoire, en somme qu’elle correspond plus à un cénotaphe qu’à un mausolée ?

174La seconde fonction, comme pour tout monument funéraire romain, est symbolique, purement ostentatoire : au-delà de l’emplacement de sépultures, elle signale l’importance des commanditaires et des destinataires.

  • 25  Plusieurs auteurs ont formulé cette hypothèse. Citons, entre autres, Matty de Latour (1848) qui, a (...)

175Existe-t-il d’autres fonctions, annexes ? On ne peut l’écarter, bien que, encore plus que précédemment, aucun élément in situ ou de comparaison ne permet de l’affirmer. La seule envisageable est celle d’un édifice formant également terminus, marquant la limite d’un terroir25. Il ne peut alors s’agir d’une frontière de cité, la limite occidentale du territoire turon se situant bien au-delà (Hervé 2007 : carte 1). Il s’agirait alors des limites du fundus, comme cela est attesté pour d'autres monuments funéraires ruraux en bordure de voie (Lafon 2002 : 116). Pour autant, ceci ne peut être qu’une fonction secondaire et ne doit en aucun cas être appuyé par la trop fragile hypothèse d’une statue représentant un Silvanus orientalis. De la même façon, rien ne prouve que la pile ait été conçue pour constituer un repère de navigation : il s'agit plus là d'une utilité a posteriori (Lafon 2002 : 117-118), la véritable volonté des constructeurs étant simplement que l'édifice soit visible du plus grand nombre, des passants circulant sur la Loire et sur les voies terrestres dans la vallée ou sur le plateau.

…un mausolée ? Un cénotaphe ?

176La destination des structures plus au nord ne peut être connue par l’analyse des niveaux d’occupation ou de destruction, ou encore par le matériel, tout ayant été emporté par l’érosion.

177L’hypothèse d’un sanctuaire, évoquée par prudence au regard de la présence d’une statue initialement vue comme un Sabazios (Marot, Marlet 2005 : 70-72 ; Marot 2006 ; 2008), paraît aujourd'hui hasardeuse. De même, par le passé, on a pensé que la terrasse monumentale et la structure rectangulaire correspondaient au mausolée d’un sabaziaste (Marot 2006 ; 2008). Pour autant, la réinterprétation proposée de la statue, nous incite à privilégier d’autres hypothèses.

178On l’a dit, s’il s’agit d’un captif comme nous le privilégions désormais, la statue découverte n’est probablement pas isolée mais appartient à un groupe statuaire relatant un fait d’armes du défunt. Elle pourrait alors appartenir à un trophée, non pas de bataille commémorant une victoire sur place mais conçu comme le mémorial d’une gloire passée (Picard 1957 : 134). L’originalité de cet ensemble proviendrait de la dissociation entre cette scénographie victorieuse et le monument funéraire.

179L’image du captif renvoie à des monuments funéraires célèbres présentant sur leur face des scènes illustrant la carrière militaire du défunt et, parfois, ses actes de bravoure. Pensons par exemple au mausolée de Faverolles (Haute-Marne) où le passé militaire du défunt est suggéré par une colonne avec un trophée d’armes (Deyts 2006) ; le même passé de vétéran est affirmé par une frise d'armes sur le monument de Solfuentes (Saragosse ; Cancela, Martin-Bueno 1993 : 402, fig. 3) ; sur le mausolée de Bertrange (Luxembourg ; monument funéraire attribué au fondateur du domaine rural), un relief figure une scène de bataille avec un guerrier barbare, gisant au milieu d’armes et probablement décapité par un officier romain (Krier 2006 : 437-438, fig. 1). Pensons également au monument d'Adam-Klissi (ou Tropaeum Trajani ; Roumanie) qu'on suppose correspondre au tombeau d'un général romain et où les bas-reliefs illustrent des scènes de batailles probablement contre les Daces, de captures (Reinach 1909 : 440) et de trophées avec une série de barbares, mains liées dans le dos, debout devant l'arbre tropaephore (Reinach 1909 : 442). Le mausolée de Glanum/Saint-Rémy-Provence, avec d’une part une scène de bataille probablement césarienne sur l’un des bas-reliefs du premier niveau où la famille du défunt est présente (et aurait, grâce à ce fait militaire, bénéficié de la citoyenneté romaine ; scènes représentées dans Reinach 1909 : 383-386), d’autre part son second niveau tétrapyle, montre aussi le recours des générations postérieures au passé glorieux du défunt, en s’associant à la victoire de Rome sur les Barbares, en somme en commémorant la mémoire de l’ancêtre illustre. G.-Ch. Picard mentionne également plusieurs sarcophages à trophée, dont un découvert sur la voie Collatine, représentant la comparution de vaincus (famille captive, avec le père coiffé d’un bonnet et les mains liés dans le dos) devant un chef héroïsé (Picard 1957 : 429-430).

180Ne peut-il pas en être de même pour la statue de Cinq-Mars-la-Pile ? Les commanditaires n’ont-ils pas cherché à conquérir, asseoir ou réaffirmer leur légitimité en rappelant ici une victoire romaine à laquelle aurait participé l’un de leur membre ? C’est ce que l’on est amené à supposer, en considérant que la statue du captif vient rappeler au cercle familial et affirmer aux passants que cet ancêtre illustre a contribué à renforcer les frontières de Rome en Orient, qu’il s’est battu contre les Barbares et qu’il a donc participé à la consolidation de l'Empire romain.

181Une destination autre que funéraire pour cette statue paraît douteuse, même si on se doit de soulever la question : en effet, ne serait-il pas curieux d’envisager à la campagne (et non en ville) un trophée, un groupe statuaire isolé célébrant une victoire lointaine, sans qu’il n’y ait conjointement la commémoration d’un ancêtre ?

182De même, face à l’absence de sépultures, on peut imaginer que la terrasse et le curieux bâtiment qui la surmonte ne s’inscrivent pas dans cette destination funéraire (terrasse monumentale d’un habitat ?). Toutefois, la pile, au sud, et le groupe statuaire (avec l’hypothèse avancée), qu’on suppose plus au nord, peuvent permettre d’orienter ces structures vers cette même fonction, en les considérant alors comme les éléments d’un mausolée ou d’un cénotaphe. Dans cette hypothèse, la structure 3, la plus énigmatique architecturalement, pourrait avoir été conçue pour abriter le corps du défunt, l’urne cinéraire ou sa représentation (dans le cas d’un cénotaphe), ces deux derniers éléments pouvant loger dans le possible loculus du mur nord. Si l’on y voit un bâtiment réellement semi-excavé, l’ensemble n’est d’ailleurs pas sans rappeler l’édifice funéraire christianisé, certes plus tardif, de la nécropole de Tavers dans le Loiret (Baratin 1985 : 182-185) : plan rectangulaire, semi-excavé, accès par un escalier, niches sur le mur faisant face à l’entrée… Ces “ caveaux ” sont également bien attestés au Haut et Bas Empire, comme par exemple les cryptes souterraines surmontées d’un mausolée en forme de temple en pays trévire (Cüppers 1993 : 87, fig. 1-2) ou la chambre funéraire du mausolée de Rittersdorf (Van Ossel 1993 : fig. 2, n° 6). Dans cette hypothèse, le reste de la terrasse supérieure pourrait alors simplement contribuer à la monumentalisation de la tombe et/ou avoir servi d’enclos funéraire, structure qui fait défaut au pied de la pile.

183La présence ici supposée d’une terrasse monumentale à vocation funéraire et d’un trophée commémorant un acte de bravoure militaire ne paraît donc pas conjecturale : ces deux éléments pourraient finalement être à la mesure de la pile et contribueraient aussi, au-delà de la seule commémoration, au-delà du seul discours historique, à affirmer une symbolique et un discours culturel et politique.

La pile pour affirmer

184On rejoint ici J. Seigne (2006 : 156), considérant que les monuments funéraires n’ont qu’une “ fonctionnalité primaire réduite […] mais un rôle symbolique fort ”. Au terme de ce dossier, il paraît donc nécessaire d’effectuer une relecture de la pile et des autres vestiges, supposés ici funéraires, en déterminant ce que les constructeurs ont voulu donner à voir et ce que les passants ont pu lire.

L’affirmation d’un statut social, d’une culture et d'une histoire

185Au-delà du monument funéraire, la pile peut être lue sous trois angles.

186Le premier objectif des commanditaires est, dans un souci d’émulation locale et d'affirmation vis-à-vis des passants, de manifester leur rang (Sillières, Soukiassian 1993 : 306). En ce sens, la pile de Cinq-Mars peut être lue, à l’instar de tout autre mausolée (Von Hesberg 1992), comme une affirmation, une mise en scène de richesse et de pouvoir (Gros 2004 : 311).

187Le deuxième angle de lecture est culturel et s’intéresse directement au mode de construction de la pile. On a ici affaire à une architecture en briques totalement exotique pour la région, rare en Gaule (Adam 1984 : 163), et qui trouve sans doute son origine en Italie ; en outre, la décoration des panneaux sur la face sud (celle visible depuis la vallée) rappelle des motifs dont l’usage n’est connu principalement qu’à Rome et ses environs (Crema 1959 : 498 ; Lugli 1957 : 608). Tout ici exprime, dans le choix de cette architecture et de cette ornementation, peut-être de même origine, la volonté de la part des constructeurs de revendiquer et d’afficher une culture, celle de Rome. Quant à savoir, si cette affirmation est également une revendication d’origine, force est d’admettre qu’il faudrait certainement d’autres éléments, non ostentatoires, pour pouvoir le déterminer. Au-delà de cette architecture et de son esthétique, l'ordonnancement des panneaux “ mosaïqués ” a-t-il un sens ? L’hypothèse a beaucoup séduit les érudits qui ont proposé des théories improbables et non fondées. Si ce sens existe, il nous échappe.

188La troisième entrée de lecture de l’édifice, en y associant l’hypothèse du captif oriental, peut être politique. Au-delà d’une richesse, au-delà d’une culture, la monumentalisation de l’édifice “ pétrifie ” (Leveau 1985 : 20 ; Ferdière 2004 : 42) l’image, l’importance et le statut des constructeurs, du moins ce qu’ils ont voulu en montrer. Cette démarche correspond en tout point à ce qu’A. Ferdière définit comme “ l’ostentation pérenne du tombeau monumentalisé ” (Ferdière 2004 : 51). La pile de Cinq-Mars et son environnement proche jouent ainsi sur un rapport étroit entre “ l'espace privé et le message public ” (Landes 2002 : 9), ce qui est d’ailleurs tangible, directement sur le site, par la hiérarchisation des espaces, des deux terrasses : la sphère privée concerne ce que nous pensons être la tombe la plus importante d’une aire sépulcrale familiale, sous la forme d’un mausolée ou d’un cénotaphe, en l’honneur d’une famille ou de son ancêtre le plus illustre. En ce sens, il pourrait s’agir ici d’un lieu de culte familial où l’on a rendu hommage aux aïeux et où l’on a affiché l’importance de la gens familia au domaine public. Cet espace est donc conçu comme un “ lieu de mémoire ” (Lamoine 2004 : 444) et affiche le double rôle de tombe et de sanctuaire dédié à l’ancêtre héroïsé.

189Essayons d’aller plus loin dans l’interprétation de la statue découverte, en considérant l’hypothèse de la représentation d'un fait d'armes. Dans ce cas, cette sculpture rappellerait le passé militaire d’un personnage familial : contrairement à d’autres suggestions du même genre, on n’a pas eu recours ici à une simple frise, ou à un trophée d’armes, mais véritablement à l’évocation d’une capture, d’une conquête, et de la soumission du barbare, ce qui laisserait penser que ce vétéran a été particulièrement impliqué dans la bataille, au point de s’autoriser à reproduire une scénographie qui d’habitude est une prérogative impériale ou de très importants gradés (légats, officiers impériaux…). Ainsi, au-delà de la richesse ou de la culture, les constructeurs ont clairement cherché à afficher leur légitimité politique au travers d’une double affirmation : légitimes car l’un de leurs membres est un conquérant, un civilisateur ; légitimes enfin car ils se revendiquent directement de Rome. En conséquence, la pile de Cinq-Mars, le monument au nord et la statue pourraient être interprétés comme les signes manifestes d’ostentation d’une élite, ostentation proche de l’autocélébration. Il ne s’agit pas uniquement d’une simple exhibition de “ signes extérieurs de richesse pour s’autocélébrer ” (Andreau 2004 : 528) mais bien d’une mise en scène d’une culture, d’un passé glorieux et d’un rôle actif dans la politique impériale. En somme, dans cette sphère publique, l’ensemble se rapproche d’une œuvre de propagande adressée aux passants pour revendiquer une légitimité historique et politique.

La question du/des commanditaire(s)

190La pile est-elle dédiée à un seul personnage, à une famille ou à plusieurs générations ? On ne peut le déterminer, mais il semble plus probable d’imaginer que la terrasse monumentale et le groupe statuaire sont érigés pour pérenniser la mémoire d’un grand ancêtre et que la pile (et l’édifice rectangulaire ?) intervient dans un second temps (peut-être quelques années, une, voire deux générations).

191Il s'agit assurément d'un propriétaire foncier, appartenant à l'élite économique de la cité turonne : selon le schéma observé pour les piles du sud-ouest de la France, cette richesse provient, entre autres (Leveau 1985 : 23), de l’exploitation d’un domaine agricole, dont on pense avoir repéré quelques vestiges à 150 m de la pile, plus au nord sur le plateau. Mais là n’est probablement pas la seule origine de sa richesse. Ainsi, l’une des sources de revenus de la famille provient également du fruit de la guerre si l’on suppose que l’ancêtre vénéré devait être un vétéran de haut rang de l'armée romaine : il faut ici envisager un grade élevé, peut-être une élite de l'armée impériale et non un simple légionnaire qui ne pourrait pas se faire construire de tels monuments et surtout ne pourrait pas se revendiquer d’un tel acte de bravoure en Orient. Au-delà de cette mémoire militaire revendiquée, on peut logiquement penser que cette personne vénérée et/ou les membres de la gens familia ont (ou visent) aussi des responsabilités publiques (politiques ou sacerdotales, fonctions également sources de revenus) dans la cité turonne : c’est du moins ce que laissent penser cette affirmation monumentale de leur richesse, de leur passé, de leur culture, en somme de leur légitimité.

192L’identité culturelle est bien plus problématique à déterminer. Dans son article de 1977, G.-Ch. Picard pensait que “ le constructeur du monument connaissait bien Rome et ses environs ; selon toute vraisemblance, il s’agit par conséquent d’un négociant qui avait affaire à Ostie ” (Picard 1977 : 31). Pour autant, face à la monumentalité et à l’ostentation affichées, rien ne permet d’affirmer que le personnage (ou la famille) qui s’est fait construire cet ensemble est véritablement originaire du Latium ou de la Campanie, s’il y a simplement voyagé ou s’il se revendique politiquement et culturellement de Rome.

193Pour conclure et être exhaustif sur ce dossier, évoquons ici le cas des Sedatii, étudié par G.-Ch. Picard (1981). Dans son article, l’auteur utilise la pile de Cinq-Mars pour démontrer les liens commerciaux étroits entre Ostie et la Gaule de l’Ouest (argument que conteste à juste titre Ph. Leveau ; 1985 : 25-26) et pense donc que le commanditaire est un négociant lié au port de Rome. Il verse alors ce point au dossier de M. Sedatius Severianus, personnage d’origine pictonne, peut-être issu d’une riche famille de nautes de la Loire (ce qui est discuté depuis ; Hiernard 2007 : 253) et ayant eu une grande carrière politique : patron de plusieurs corporations à Ostie, un des rares sénateurs issus des Trois Gaules connus au IIe s., questeur de Sicile, tribun de la plèbe, préteur, légat de la légion V Macédonienne en Mésie inférieure, curateur de la voie Flaminienne, gouverneur de la province de Dacie supérieure, consul suffect, consul de la province de Cappadoce (Hiernard 2007 : 237-238). Son origine provinciale, ses relations avec la Loire ou avec Ostie et sa carrière politique et militaire en Orient sont autant de faits troublants ici, en particulier si on estime désormais être en présence d’une statue représentant un captif oriental, dace ou parthe. Peut-on alors relier la pile de Cinq-Mars aux Sedatii ? La pile pourrait-elle être l’œuvre d’un descendant de ce Severianus ayant délibérément choisi les rives de la Loire, en bordure de l’un de ses domaines (dans une cité voisine de celle du berceau familial), en accord avec ses activités commerciales (bien que l’enrichissement de cette famille par le grand commerce fasse débat ; Hiernard 2007 : 253) et rappelant par là-même le prestige de sa lignée ? L’hypothèse est certes séduisante, mais ce serait oublier que l’ancêtre illustre M. Sedatius Severianus est décrit par l’historien Lucien de Samosate comme un piètre militaire (Picard 1981 : note 12 ; Hiernard 2007 : 261-263) : certes, il s’est battu contre les Parthes en 161 mais la défaite fut cuisante et causa son suicide. Est-ce que cette fin tragique et peu glorieuse – peut-être aussi volontairement moquée et aggravée par l’historien antique – aurait ici été omise volontairement, voire déformée au profit de la seule honorabilité de la famille ? Peut-on seulement s’autoriser à relier la pile et les Sedatii ? L’association, séduisante, paraît aventureuse et occulterait d’autres familles de notables, moins bien connues par l’épigraphie que ne l’est cette gens Sedatia. La démarche globale, fondée sur d’autres hypothèses, est donc très périlleuse, de surcroît dans des dossiers aussi complexes que ceux des Sedatii pictons et de la pile turonne : on laissera à d’autres le soin d’étayer ou non ce point conjectural en affirmant, pour notre part, que, faute d’épitaphe ou d’autre dédicace découverte sur le site (et en considérant bien sûr que l’inscription mentionnée jusqu’au XIXs. est un faux), l’identité du (ou des) commanditaire(s) de la pile et des autres vestiges demeure inconnue.

Conclusion

194Le dossier de la pile n’est certainement pas clos. En voici une nouvelle page qui, en réunissant les différents éléments archéologiques, anciens ou récents, douteux ou avérés, propose donc une nouvelle lecture de l’ensemble monumental dans sa globalité. Malgré l’absence de preuves matérielles in situ, la pile de Cinq-Mars doit résolument être vue comme un édifice à vocation funéraire, hypothèse qu’on avance également pour la terrasse monumentale plus au nord (mausolée ?) et pour la statue découverte (captif au sein d’un groupe statuaire ?). Mais là n’est pas sa seule destination : en effet, elle s’intègre à ce que l’on propose de considérer comme un même ensemble architectural construit pour affirmer plus largement l’honorabilité d’une famille. C’est tout d’abord un lieu de mémoire où un cercle familial honore un aïeul vénérable dont on glorifie ce qu'on croit être un haut fait militaire au service de Rome. C’est aussi, évidemment, une mise en scène monumentale pour afficher une puissance économique et sociale et, enfin, pour revendiquer une culture romaine. En conséquence, il s’agit d’une œuvre “ épidictique ” (Picard 1981 : 891) destinée à être vue et lue et qui attesterait, pour la première fois dans la cité turonne, la présence d’une élite, au passé militaire certainement très glorieux, pour la seconde moitié, voire la fin du IIe s. et la première moitié du IIIe s. ap. J.-C.

195Autour de ces différents éléments, il demeure encore beaucoup d’incertitudes. Certaines, d’ordre chronologique, fonctionnel, voire architectural, demeureront et sont la conséquence de l’érosion qui a affecté le site. D’autres devront, à court terme, être levées : en ce sens, on souhaite désormais que les spécialistes de la statuaire antique s’emparent de cette découverte et qu’ils valident l’une ou l’autre des hypothèses d’identification, qu’il s’agisse d’un Jupiter-Sabazios ou, comme on le privilégie, d’un captif oriental.

196Au terme de cette étude, le problème ne paraît plus être tant celui de la pile que, désormais, celui de son environnement, du ou des personnages derrière cet édifice : qui, si ce n’est un très haut personnage, peut s’afficher de la sorte ? Le futur des recherches archéologiques sur ce dossier devra donc également être mené dans ce sens, en tentant par exemple de localiser précisément, et, espérons-le de fouiller, l’habitat en relation avec la pile.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Adam 1984
Adam J.-P. - La construction romaine. Matériaux et techniques, Paris, 367 p.

Andreau 2004
Andreau J. - Conclusions. L’irrésistible célébration des élites municipales, in : Cébeillac-Gervasoni, Lamoine, Trément 2004 : 525-534.

Audin 1975
Audin P. - Voies antiques et habitat gallo-romain entre Tours et Ingrandes-de-Touraine, I. La route d'Angers, BSAT, 37 : 539-550.

Audin 1976
Audin P. - Voies antiques et habitat gallo-romain entre Tours et Ingrandes-de-Touraine, II. L’occupation du sol, BSAT, 38 : 79-98.

Audin 1977
Audin P. - La pile de Cinq-Mars et les piles gallo-romaines, Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest (Anjou, Maine, Touraine), 84, 3 : 351-367.

Baratin 1985
Baratin J.-F. - Les nécropoles de Tavers, IVe-Xe siècles. Memoria et église, in : Périn P., Feffer L.-C. (dir.) - La Neustrie. Les pays au nord de la Loire de Dagobert à Charles le Chauve (VIIe-IXe siècles), catalogue d’exposition, XXIe Colloque historique franco-allemand (Rouen), Institut historique allemand de Paris : 182-185.

Bats, Seigne 1972
Bats M., Seigne J. - La villa gallo-romaine de Saint-Michel à Lescar, Bulletin de la Société des Sciences, Lettres et Arts de Pau, 4e série, VII : 49-62.

Bêche 1999
Bêche M. - La pile de Cinq-Mars, mémoire de maîtrise, Université de Tours, 2 volumes.

Bet, Delor 2000
Bet Ph., Delor A. - La typologie de la sigillée lisse de Lezoux et de la Gaule centrale au Haut-Empire. Révision décennale, SFECAG, Actes du Congrès de Libourne : 461-484.

Bobeau 1898
Bobeau O. - Vestiges de monuments anciens sur la rive droite de la Loire, BSAT, 11, 1897-1898 : 162-173.

Boitier 1996
Boitier D. - Rapport ANTEA. Reconnaissance des fondations de La Pile, Cinq-Mars-la-Pile (Indre-et-Loire), septembre 1996, 14 p., annexes et pl.

Bordeaux, Seigne 2006
Bordeaux P., Seigne J. - Notes de lecture et de relecture : la pile de Cinq-Mars à travers les archives, BSAT, 52 : 135-142.

Boube 1996
Boube E. - Le Trophée augustéen, Collections du musée archéologique départemental de Saint-Bertrand-de-Comminges, 4, Toulouse, 155 p.

Buisson (du) 1634-1635
du Buisson - Voyages en France, 1634-1635, Bibliothèque Municipale de Tours, Manuscrit 1206.

Cadalen-Lesieur 2005
Cadalen-Lesieur J. - La céramique gallo-romaine sur le site de Thésée-Pouillé (Loir-et-Cher), SFECAG, Actes du Congrès de Blois : 205-244.

Cancela, Martin-Bueno 1993
Cancella M.-L., Martin-Bueno M. - Hispanie romaine : architecture funéraire monumentale dans le monde rural, in : Ferdière 1993a : 399-409.

Cancela, Arellano 2006
Cancella M.-L., Arellano R. de - Los monumentos funerarios hispanos, in : Moretti, Tardy 2006 : 205-219.

Cébeillac-Gervasoni, Lamoine, Trément 2004
Cébeillac-Gervasoni, Lamoine L., Trément F. (dir.) - Autocélébration des élites locales dans le monde romain. Contexte, textes, images (IIe s. av. J.-C. – IIIe s. ap. J.-C.), Actes du colloque international des 21-23 novembre 2003, collection Erga, 7, Centre de Recherches sur les Civilisations antiques, Presses Universitaires Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, 570 p.

Chauvot 2008
Chauvot A. - L'image du barbare dans la culture romaine, Les Dossiers d'Archéologie, n° 327, mai-juin 2008 : 32-41.

Chédeville 2008
Chédeville A. - Étude et restauration de Sabazios. Sculpture gallo-romaine en tuffeau, IIe-IIIe (Tours, musée de l’Hôtel Goüin, inv. 2005.029.0001), mémoire de diplôme de conservation-restauration des œuvres sculptées, École supérieure des beaux-arts de Tours, 251 p.

Chevalier 1869
Chevalier C. abbé - Promenades pittoresques en Touraine. (Histoire, légendes, monuments, paysages), Tours : 420-423.

Clauss 2006
Clauss P. - Typologie et genèse du mausolée-tour, in : Moretti, Tardy 2006 : 159-180.

Couvin, Delage 2006
Couvin F., Delage R. - Un dépotoir du IIe siècle à Caesarodunum (Tours, Indre-et-Loire), SFECAG, Actes du Congrès de Pézenas : 381-410.

Crema 1959
Crema L. - L’architettura romana. Enciclopedia Classica, sezione III, Archeologia et Storia dell’Arte Classica, Turin, 688 p.

Cumont 1929
Cumont F. - Les religions orientales dans le paganisme romain, Paris, 339 p.

Cüppers 1993
Cüppers H. - Sépultures et cimetières ruraux en pays trévire, in : Ferdière 1993a : 81-88.

Daremberg, Saglio 1877-1919
Daremberg Ch., Saglio E. - Dictionnaire des Antiquités grecques et romaines d'après les textes et les monuments, contenant l'explication des termes qui se rapportent aux mœurs, aux institutions, à la religion, et en général à la vie publique et privée des anciens, Paris, 8664 p.

Deyts 2006
Deyts S. - La décoration architectonique du mausolée de Faverolles, in : Moretti, Tardy 2006 : 388-394.

Dorcey 1992
Dorcey P. D. - The cult of Silvanus. A study in Roman Folk religion, Columbia Studies in the Classical Tradition, 20, Leiden, E. J. Brill, 193 p., 16 pl.

Ferdière 1993a
Ferdière A. (dir.) - Monde des morts monde des vivants en Gaule rurale, Actes du colloque ARCHEA/AGER (Orléans, 7-9 février 1992), 6e supplément à la RACF, Tours, ARCHEA, 456 p.

Ferdière 1993b
Ferdière A. - Sépultures dans le monde rural gallo-romain, le cas de la Beauce, in : Ferdière 1993a : 209-239.

Ferdière 2004
Ferdière A. - Indigènes et “ romanisés ” à travers la tombe privilégiée en Gaule, Latomus, 63, 1 : 35-57.

Fichet 1965
Fichet C. - De “ Sanctus Medardus ” à “ Cinq-Mars-la-Pile ”, BSAT, 34 : 132-134.

Franchi 1964
Franchi L. - Richerche sull'Arte di Età Severiana in Roma, Seminario di Archeologia e storia dell’arte greca e romana dell’università di Roma, Studi Miscellanei, 4, L’Erma di Bretschneider, Rome, 48 p., 18 pl.

Galinier 2007
Galinier M. - La colonne trajanne et les forums impériaux, Collections de l'École Française de Rome, 382, 303 p.

Gandolfi 1995
Gandolfi J.-M. - Rapport ANTEA. Expertise géotechnique da la “ pile ” gallo-romaine à Cinq-Mars-la-Pile (37), février 1995, 12 p. et annexes.

Gatian de Clérambault 1909
Gatian de Clérambault E. - La pile de Cinq-Mars, BSAT, 17 : 57-67.

Goubert 1995
Goubert C. - Étude et restauration d’un marbre antique remanié représentant Hercule, mémoire de diplôme en conservation-restauration des œuvres sculptées, École supérieure des beaux-arts de Tours, 144 p. et annexes.

Grenier 1934
Grenier A. - Manuel d’archéologie gallo-romaine, t. 2, Paris : 213-234, 296-300.

Gros 2004
Gros P. - La basilique dans la maison des notables, in : Cébeillac-Gervasoni, Lamoine, Trément 2004 : 311-328.
Guiot, Couvin, Blanchard 2003
Guiot T., Couvin F., Blanchard Ph. - Le site antique (Ier-IIIe s.) des “ Béziaux ” à Langeais (Indre-et-Loire), RACF, 42 : 75-119.

Guiot, Raux 2003
Guiot T. et Raux S. - La villa gallo-romaine de “ Tiron ” à Saint-Patrice (Indre-et-Loire), RACF, 42 : 121-167.

Hervé 2007
Hervé C. - De la cité des Turons au diocèse de Tours, in : Atlas Archéologique de Touraine, http://a2t.univ-tours.fr/notice.php?id=16, 2007.

Hiernard 2007
Hiernard J., avec la collaboration de Seigne J. - L’inscription de Poitiers en l’honneur du sénateur Severianus. Trente ans après, Revue Historique du Centre-Ouest (Société des Antiquaires de l’Ouest), 6 : 231-264.

Hugo 1836
Hugo A. - Histoire générale de France depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, I. Histoire de la Gaule de l’an 1600 av. J.-C. à l’an 483 ap. J.-C., Delloye, Paris.

Joan 2003
Joan L. - Carte Archéologique de la Gaule, Le Doubs (25) et le territoire de Belfort (90), Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 559 p.

Johansen 1995
Johansen F. - Catalogue Roman Portraits, III, NY Carlsberg Glyptotek, 300 p.

Jouquand 2003
Jouquand A.-M. - Cinq-Mars-la-Pile, “ Les Bois Grateaux ”, rapport d’opération de diagnostic archéologique (20-24 octobre 2003), INRAP Centre-Île de France, SRA Orléans, 6 p.

Jouquand et al. 1999
Jouquand A.-M., Champagne F., Rodier X., Husi Ph., Wittmann A. - La fouille des “ abords de la cathédrale ” de Tours (Indre-et-Loire) : Antiquité-haut Moyen Âge, RACF, 38 : 7-98.

Jouquand et al. 2002
Jouquand A.-M. et al. - Cinq-Mars-la-Pile, “ L’Audrière ”, rapport d’opération de diagnostic archéologique (24 novembre-5 décembre 2002), INRAP Centre-Ile de France, SRA Orléans, 42 p.

Hatt 1951
Hatt J.-J. - La tombe gallo-romaine, Presses Universitaires de France, Paris, 329 p.

Kaufmann-Heinimann 1998
Kaufmann-Heinimann A. - Götter und Lararien aus Augusta Raurica. Herstellung, Fundzusammenhänge und sakrale Funktion figürlicher Bronzen in einer römischen Stadt. Forschungen in Augst, 26, Augst, Römermuseum Augst.

Krier 2006
Krier J. - Le mausolée de Bertrange et les monuments funéraires du Ier s. ap. J.-C. en région mosellane, in : Moretti, Tardy 2006 : 436-444.

Labrousse 1966
Labrousse M. - Informations archéologiques, circonscription de Midi-Pyrénées, Gallia, 24 : 436.

Labrousse 1968
Labrousse M. - Informations archéologiques, circonscription de Midi-Pyrénées, Gallia, 26 : 543.

Lafon 2002
Lafon X. - La localisation des monuments funéraires, in : Landes2002 : 113-120.

Lamoine 2004
Lamoine L. - Autocélébration, mémoire et histoire des notables des cités de la Gaule, in : Cébeillac-Gervasoni, Lamoine, Trément 2004 : 443-462.

Landes2002
Landes C. (dir.) - La mort des notables en Gaule romaine - Catalogue d'exposition, Musée archéologique Henri Prades (association Imago), Lattes, 256 p.

Lane 1985
Lane E.N. - Corpus Cultus Iovis Sabazii. II. The other monuments and literary evidence, Leiden, 61 p. 41 pl.

Lane 1989
Lane E.N. - Corpus Cultus Iovis Sabazii. III. Conclusions, Leiden, 68 p. 2 pl.

Lanos, Dufresne 2007a
Lanos Ph., Dufresne Ph. - Cinq-Mars-la-Pile (Indre-et-Loire). Bâtiment sur podium. Analyse archéomagnétique, Centre de recherche en Physique Appliquée à l’Archéologie, Institut de Recherches sur les ArchéoMATériaux (IRAMAT), UMR 5060, 12 p.

Lanos, Dufresne 2007b
Lanos Ph., Dufresne Ph. - Cinq-Mars-la-Pile (Indre-et-Loire). La pile - base Est. Analyse archéomagnétique, Centre de recherche en Physique Appliquée à l’Archéologie, Institut de Recherches sur les ArchéoMATériaux (IRAMAT), UMR 5060, 13 p.

Lapart, Petit 1993
Lapart J., Petit C. - Carte Archéologique de la Gaule, Le Gers (32), Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 354 p.

La Saussaye 1835
(de) La Saussaye L. - Dissertation sur la pile de Cinq-Mars, Mémoires de la Société des Antiquaires de France, Paris, 11 : 40-67.

La Sauvagère 1770
Royer de La Sauvagère F. - Recherches sur quelques antiquités des environs de Tours, Paris : 158-180.

Lauzun 1898
Lauzun Ph - Inventaire général des piles gallo-romaines du sud-ouest de la France et plus particulièrement du département du Gers, Bulletin Monumental, 63, 7e série, 3 : 5-68.

Le Glay, Voisin, Le Bohec 1991
Le Glay M., Voisin J.-L., Le Bohec Y. - Histoire romaine, Presses Universitaires de France, Paris, 4e édition 1996, 587 p.

Lelong 1969
Lelong Ch. - Actualité archéologique tourangelle, Caesarodunum, 3 : 207-210.

Lelong 1999
Lelong Ch. - La nécropole gallo-romaine de Saint-Patrice (Indre-et-Loire), canton de Langeais, MSAT, 44 : 9-56.
Le regard de Rome
…1995
Le regard de Rome, portraits romains des musées de Mérida, Toulouse et Tarragona, catalogue d’exposition (31 mars – 18 juin 1995, Musée national d’archéologie de Tarragona ; 7 juillet – 24 septembre 1995 au Musée national d’art romain de Mérida ; 13 octobre – 31 décembre 1995 au musée Saint-Raymond de Toulouse), Mairie de Toulouse/Musée Saint-Raymond, 287 p.

Lerat, Walter 1990
Lerat L., avec la collaboration de Walter H. - Besançon antique, Guides archéologiques de la France, 18, Paris, 144 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Leveau 1985
Leveau Ph. - Introduction, in : Leveau Ph. (dir.) - L’origine des richesses dépensées dans la ville antique, Actes du colloque organisé à Aix-en-Provence par l’UER d’Histoire (11-12 mai 1984), publications de l’Université de Provence : 20-37.
DOI : 10.1007/BF02737731

Lugli 1957
Lugli G. - La tecnica edilizia romana con particolare riguardo a Roma e Lazio, Rome.

Marot, Marlet 2005
Marot E., Marlet O. - La fouille des abords de la pile, Cinq-Mars-la-Pile, Indre-et-Loire (37). Rapport de fouilles du 27 juin au 31 juillet 2005, SRA Centre, Orléans, 178 p.

Marot 2006
Marot E. (avec la collaboration d’O. Marlet) - Les mystères de Sabazios à Cinq-Mars-la-Pile, L’Archéologue/Archéologie nouvelle, n° 83, avril-mai 2006 : 48-49.

Marot 2008
Marot E. - La pile funéraire gallo-romaine de Cinq-Mars-la-Pile, in : Atlas Archéologique de Touraine, http://a2t.univ-tours.fr/notice.php?id=67, 2008.

Massabò 2004
Massabò B. - Albingaunum : itinerari archeologici di Albenga, Gènes, 223 p.

Matty de Latour 1848
Matty de Latour (de) - Lettres à Messieurs les Secrétaires généraux de la 15e Session du Congrès à Tours sur la destination de la pile de Cinq-Mars, Angers, 9 p.

Maurin 1999
Maurin L. - Carte Archéologique de la Gaule, La Charente-Maritime (17-1), Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 363 p.

Meffre 1845
Meffre J.-A. - La pile de Saint-Mars ou de Cinq-Mars, MSAT, 2 : 180-190.
Moi, Zénobie… 2001
Moi, Zénobie reine de Palmyre, catalogue d’exposition de la mairie du Ve arrondissement (Paris, 18 septembre - 16 décembre 2001), sous la direction de J. Charles Gaffiot, H. Lavagne et J.-C. Hofman, Paris, Seuil/Skira, 376 p.

Moretti, Tardy 2002
Moretti J.-C., Tardy D. (coord.) - Inventaire des monuments funéraires de France gallo-romaine, in : Landes 2002 : 25-102.

Moretti, Tardy 2006
Moretti J.-C., Tardy D. (dir.) - L’architecture funéraire monumentale : la Gaule dans l’Empire romain, Actes du colloque de Lattes (11-13 octobre 2001), Éditions du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, Paris, 522 p.

Pensabene 1999
Pensabene P. - Progetto unitario e reimpiego nell'arco di Costantino, in : Pensabene, Panella 1999 : 13-42.

Pensabene, Panella 1999
Pensabene P., Panella C. (dir.) - Arcodi Costantino tra archeologia e archeometria, Università degli Studi di Roma, “ La Sapienza ”, Studia Archaeologica, 100, L’Erma di Bretschneider, Rome, 228 p.

Picard 1957
Picard G.-Ch. - Les trophées romains. Contribution à l’histoire de la religion et de l’art triomphal de Rome, Bibliothèque des Écoles Françaises d’Athènes et de Rome, fascicule 187, Paris, 534 p.

Picard 1977
Picard G.-Ch. - La pile de Cinq-Mars (Indre-et-Loire), Bulletin de la Société Nationale des Antiquaires de France : 28-32.

Picard 1981
Picard G.-Ch. - Ostie et la Gaule de l’Ouest, MEFRA, 93, 2 : 883-915

Provost 1988a
Provost M. - Carte Archéologique de la Gaule, L'Indre-et-Loire (37), Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 141 p.

Provost 1988b
Provost M. - Carte Archéologique de la Gaule, Le Loir-et-Cher (41), Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 141 p.

Provost 1993
Provost M. - Le Val de Loire dans l'Antiquité, 52e supplément à Gallia, Paris, 425 p.

Punzi 1999
Punzi R. - Fonti documentarie per una rilletura delle vicende post-antiche dell’arco di Costantino, in : Pensabene, Panella 1999: 185-228.

Rabelais
Rabelais F. - Oeuvres complètes, texte établi par Jacques Boulenger, revue et commentée par Lucien Scheler, NRF Bibliothèque de la Pléiade, 1955, 1033 p.

Ranger, Couvin, Marsollier 2000
Ranger O., Couvin F., Marsollier B. - Cinq-Mars-la-Pile “La Prieuresse”, rapport de fouille d’évaluation archéologique, 17/07/00 au 30/08/00, AFAN Centre-Île de France, SRA Orléans, 9 p. et fig.

Raux 2005
Raux S. - Approche chrono-typologique de la céramique du IIe s. et du début du IIIe s. ap. J.-C. à Tours, SFECAG, Actes du Congrès de Blois : 177-204.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Reinach 1909
Reinach S. - Répertoire de reliefs grecs et romains, I. Les ensembles, Ernest Leroux, Paris, 493 p.
DOI : 10.2307/624279

Reinach 1912
Reinach S. - Répertoire de reliefs grecs et romains, II. Afrique - Îles britanniques, Ernest Leroux, Paris, 546 p

Roach Smith 1855
Roach Smith Ch. - Notes on some of the Antiquities of France, made during a fortnigth’s excursion during the summer of 1854, Londres, 40 p. et figs.

Roth-Congès 1993
Roth-Congès A. - Les mausolées du sud-est de la Gaule, in : Ferdière 1993a : 389-396.

Seigne 2006
Seigne J. - Les monuments funéraires de Gerasa de la Décapole (Jordanie), in : Moretti, Tardy 2006 : 141-158.

Seigne 2007
Seigne J. (coord.) - Dendrochronologie et datations archéologiques pour la période antique. Compte-rendu de la table-ronde du 23 janvier 2006 à Tours, Les Petits Cahiers d’Anatole, n° 20, janvier 2007, http://citeres.univ-tours.fr/doc/lat/pecada/pecada_20.pdf.

Sillières, Soukiassian 1993
Sillières P., Soukiassian G. - Les piles funéraires gallo-romaines du sud-ouest de la France : état des recherches, in : Ferdière 1993a : 299-306.

Société… 1997
Société Franki France - Cinq-Mars-la-Pile, Travaux de confortement des terrains, 24/06/97, non paginé.

Soukiassian 2006
Soukiassian G. - Les piles funéraires du Sud-Ouest, in : Moretti, Tardy 2006 : 473-477.

Squarciapino 1962
Squarciapino M. F. - I culti orientali ad Ostia, Leiden, 72 p.

Trombetta 1982
Trombetta P.-J. - Thésée-Pouillé : un centre de production céramique au second siècle de notre ère, in : Fouilles et Méthodes archéologiques en Loir-et-Cher. Thésée-la-Romaine et Pouillé, catalogue d’exposition, château de Blois, déc. 1982-janv. 1983 : 105-131.

Turcan 2004
Turcan R. - Les cultes orientaux dans le monde romain, Paris, Les Belles Lettres, 1989, 397 p., 24 pl., réimpression 2004.

Van Ossel 1993
Van Ossel P. - L’occupation des campagnes dans le nord de la Gaule durant l’Antiquité tardive : l’apport des cimetières, in : Ferdière 1993a : 185-196.

Velcescu 2000a
Velcescu L. - “ Reprezentari ” statuare ale regelui Decebal, Dava Internationa n° 1 (automene 2000), Institute of Dacian Civilization, http://www.iatp.md/dava/Velcescu/velcescu.html.

Velcescu 2000b
Velcescu L. - Les barbares (Daces) dans la sculpture antique. Étude d’iconographie antique, thèse de doctorat, École Pratique des Hautes Études, Sorbonne, Paris, 550 p.

Vermaseren 1983
Vermaseren M.J., avec la collaboration de Westra E. et De Boer M.B. - Corpus Cultus Iovis Sabazii. I. The hands, Leiden, 48 p. et 81 pl.

Von Hesberg 1992
Von Hesberg H. - Römische Grabbauten, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, Darmstadt, 286 p.

Wuilleumier 1953
Wuillemier P. - Lyon, métropole des Gaules, collection Le Monde Romain, Les Belles-Lettres, Paris, 117 p., 12 pl.

Haut de page

Annexe

Abréviations :

AGER : Association d’étude du monde rural gallo-romain.

ARCHEA : Association en Région Centre pour l’Histoire et l’Archéologie.

BSAT : Bulletin de la Société Archéologique de Touraine.

MEFRA : Mélanges de l’École Française de Rome - Antiquité.

MSAT : Mémoires de la Société Archéologique de Touraine.

RACF : Revue Archéologique du Centre de la France.

SFECAG : Société Française d’Étude de la Céramique Antique en Gaule.

Haut de page

Notes

1  Cette opération constituait également un chantier-école, dans le cadre de la formation archéologique de l’Université de Tours.

2  Sur l’occupation antique dense (ou très documentée) de ce coteau : Audin 1975 ; 1976.

3  La Saussaye parle, quant à lui (1835 : 47-48), de “ deux tables en fonte qui furent placées à droite et à gauche de la mosaïque isolée qui se voit sur la face de la Pile. […] Sur l’une étaient figurées en relief les têtes des cinq guerriers, et sur l’autre une inscription… ”. Il dit les avoir vues, déposées à la baronnie de Cinq-Mars : l’inscription est la même que celle donnée par Beausmenil, complétée à la fin par “ anno ter millesimo nonagentesimo sexagesimo ” (année 3960 ab Urbe condita, soit 3207 ap. J.-C. !). Beausmenil précise pour sa part : “ Anno quique millesimo noningentesimo cento quadragesimo quinto ” (année 1945 ab Urbe condita, soit 1192 ap. J.-C. !).

4  De la même façon que le bloc inscrit actuellement sur le site, qui doit correspondre à une base de calvaire et qui comporte des inscriptions difficilement compréhensibles et ne se rapportant pas à l’Antiquité.

5  “ Une de ces preuves, ce sont les médailles que l’on y a trouvées, et que l’on y rencontre dans les fouilles des terres. ” (La Sauvagère 1770 : 172) ; dans le reste de l’article, La Sauvagère ne mentionne pas de fouilles, ni aucune autre découverte (maçonnerie, poterie, etc.). Il s’agit peut-être de découvertes de surface.

6  Si l’on en croit les indications planimétriques, ces découvertes se situent dans une parcelle où nous n’avons pas pu, faute d’autorisation des propriétaires, effectuer de sondages devérification. Les parcelles à l'est de la pile n'ont pas été sondées, pour les mêmes raisons.

7  Des visiteurs nous ont informés que l’abbé Juiteau (prêtre de la paroisse ?) aurait réalisé, au XXe s., des recherches auprès de la pile et qu’il aurait recueilli “ une caisse de sigillées ”. Après enquête, l’information semble erronée.

8  À la suite des travaux de 1995 et 1996, plusieurs caves en contrebas ont été condamnées et comblées par injection (ciment et bentonite). Sur la terrasse inférieure, ces injections devaient être faites tous les deux mètres (tel que mentionné dans le rapport Société… 1997). À l’angle de M.01/M.02, c’est plus d’une quinzaine de points d’injections qui ont été mis au jour, ce qui pourrait signifier qu’une cavité importante non connue (ou une faille naturelle) existe à cet endroit : pour autant, rien ne permet de dire si cette cavité est réelle et encore moins si elle a été occupée.

9  Toutes ces analyses ont été effectuées au Centre de Datation par le Radiocarbone, UMR 5138, Lyon. Il s'agit systématiquement d'âge calibré et d'intervalle de confiance à 95 %.

10  L’élargissement de la zone d’investigation autour de cette découverte n’a révélé aucun autre bloc sculpté : il s’agit donc d’un bloc isolé, accidentellement préservé de l’érosion et des labours.

11  Des cartes postales anciennes, conservées à la Bibliothèque Municipale de Tours, montrent clairement que cette terrasse haute a été cultivée en vignes.

12  Laboratoire GéAC, UFR de Sciences et Techniques, Université François Rabelais, Tours.

13  UFR de Médecine, Université François Rabelais, Tours. MEB ZEISS DSM 982 GEMINI. Sonde EDS NORAN, logiciel IDFix.

14  Auteur d'une thèse sur la statuaire antique représentant les Daces (Velcescu 2000b), que nous avons contacté pour l'identification de la statue et qui a accepté de nous faire part de ses différentes impressions. Qu'il en soit ici remercié.

15  Simone Deyts (maître de conférences, université de Bourgogne) ; Marie-Françoise Boussac (professeur, Université Paris X Nanterre, UMR 5189) ; Robert Turcan (membre de l'Institut professeur émérite à La Sorbonne) : qu'ils soient ici remerciés.

16  Comme L. Velcescu, S. Deyts a également évoqué l’identification possible avec Silvanus, parfois représenté coiffé d’un bonnet phrygien. Toutefois, elle précise que ces exemples sont principalement concentrés en Hongrie, avec des représentations assez simples.

17  L’hypothèse d’un captif a été émise récemment, entre autres et peut-être pour la première fois, par Julie Pellegrin-Gérard, conservateur des monuments et musées départementaux d’Indre-et-Loire.

18  On en connaît une représentation sur un bloc de Mayence, où on retrouve ainsi deux captifs germains, mains attachés dans le dos et enchaînés par le cou (Chauvot 2008 : 36). De même, une représentation semblable est attestée sur une plaque “ Campana ” découverte en Italie (exposée au British Museum de Londres ; Reinach 1912 : 288 n°2) : on y retrouve, lors d’une procession triomphale, deux prisonniers daces assis sur un char, entravés au cou (collare ; alors que l’original est sans ambiguïté, la reproduction de S. Reinach n’est pas nette sur la restitution de ces deux objets) d’où partent des chaînes (catulus) que tiennent deux autres personnages.

19  Parmi les Daces, le port du bonnet (pileus) est le privilège d'une classe noble, celle des pileati (par opposition aux comati ; Galinier 2007 : 47). Toutefois, sur cette statue, sa présence n'indique peut-être pas tant une identité sociale qu'une simple identité culturelle, le spectateur gallo-romain n'étant peut-être pas au fait de cette distinction.

20  Ce traitement des cheveux et de la barbe trouve un parallèle plus éloquent dans les représentations des Perses sur l'arc de Galère (Reinach 1909 : 387-394), certes érigé tardivement entre 297 et 305 à Salonique. On peut aussi penser aux deux captifs portés par un éléphant qui accompagnent le triomphe de Bacchus revenant d’une campagne en Inde tels qu’ils sont figurés sur un sarcophage en marbre découvert sur la colline de Fourvière à Lyon (Wuilleumier 1953 : 78-79, pl. IX n°3). Toutefois, les deux personnages sont imberbes et ne paraissent pas porter de bonnet phrygien.

21  Pour information, à 80 % de confiance, [93-173] ou [241-416] ; à 85 % de confiance, [90-182] ou [231-426] ; à 90 % de confiance, [87-196] ou [215-436]…

22  Professeur d'histoire de l'art à l'École supérieure des beaux-arts de Tours.

23  Pour un inventaire des piles en Gaule romaine : Landes 2002 : 28-29.

24  Celle d’Albenga domine la côte méditerranéenne et le port antique, ce qui lui a valu, comme à Cinq-Mars-la-Pile, d’être interprétée comme un phare au XVIe s. ap. J.-C. (Massabò 2004 : 142).

25  Plusieurs auteurs ont formulé cette hypothèse. Citons, entre autres, Matty de Latour (1848) qui, après une démonstration très douteuse, y voit une borne terminale, traduisant alors “ Cinq-Mars ” par “ cinquième frontière ” (depuis Lyon jusqu’à l’Armorique). La Saussaye (1835 : 65), y voit également un édifice à fonction multiple et, le rapprochant des piles de Saint-Romain-de-Benet (Charente-Maritime), considère que ces monuments turriformes correspondent à “ des tombeaux, des fines de territoires ou des monuments religieux consacrés à Mercure ”.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Vue de la pile de Cinq-Mars depuis le sud (1a) et gravures anciennes (1b : La Sauvagère 1770 : pl. XVI ; 1c : Hugo 1836 : 78).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1174/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 2 : Occupation et réseau antiques supposés autour de la pile de Cinq-Mars-la-Pile (DAO : E. Marot) ; les lieux-dits “ Moncés ”, “ Les Bois Grateaux ”, “ Les Grégossières ”, “ La Prieuresse ” et “ L’Île César ” sont hors de l’emprise géographique présentée.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1174/img-2.png
Fichier image/png, 153k
Titre Fig. 3 : Plan de l’emprise de la fouille 2005 (DAO : O. Marlet).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1174/img-3.png
Fichier image/png, 101k
Titre Fig. 4 : Plan phasé des vestiges (DAO : O. Marlet).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1174/img-4.png
Fichier image/png, 127k
Titre Fig. 5 : Vue des murs de soutènement de la terrasse supérieure depuis le sud-ouest.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1174/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 6 : Plan des structures 2 et 3 (DAO : O. Marlet).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1174/img-6.png
Fichier image/png, 93k
Titre Fig. 7 : Élévation externe de M.03 et canalisation M.18 (7a) ; élévation interne à l'angle de M.01/M.03 (7b) (DAO : O. Marlet).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1174/img-7.png
Fichier image/png, 118k
Titre Fig. 8 : Élévation, vue et détail de M.01 (DAO : O. Marlet).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1174/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Fig. 9 : Élévation de M.02 (DAO : O. Marlet).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1174/img-9.png
Fichier image/png, 77k
Titre Fig. 10 : Coupes nord-sud de la terrasse supérieure (DAO : O. Marlet).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1174/img-10.png
Fichier image/png, 82k
Titre Fig. 11 : Coupes ouest-est des deux terrasses (DAO : O. Marlet). L'US 2003, substrat marneux, a été probablement creusée en sape lors de la construction de la terrasse (cf. Fig. 10), ce qui explique qu'on retrouve des remblais de construction en-dessous (coupe en paliers successifs).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1174/img-11.png
Fichier image/png, 45k
Titre Fig. 12 : Vue des remblais de la terrasse supérieure avec, en arrière-plan, le parement interne de M.01, à joints au mortier débordant.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1174/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 13 : Céramiques inclues dans les remblais de construction.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1174/img-13.png
Fichier image/png, 20k
Titre Fig. 14 : Vue de la structure semi-excavée depuis le nord.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1174/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 15 : Élévation interne des murs de la structure semi-excavée (DAO : O. Marlet).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1174/img-15.png
Fichier image/png, 71k
Titre Fig. 16 : Vue du mur nord (M.05) de la structure semi-excavée.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1174/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 17 : Céramique de la structure semi-excavée.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1174/img-17.png
Fichier image/png, 5,7k
Titre Fig. 18 : Vue de la statue lors de sa découverte ; en arrière plan, le parement interne de M.01.
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1174/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 19 : Statue après son exhumation (photographiée légèrement de côté).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1174/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 20 : Statue après nettoyage et restauration (Cl. : A. Chédeville).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1174/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Fig. 21 : Présentation de l’une des hypothèses de restitution des édifices au nord de la pile ; en orange, les parties restituées ; parapet restitué sur une hauteur de 0,50 m ; les murs ouest et est de la terrasse monumentale peuvent s'être prolongés au-delà des propositions figurées ; à défaut de preuves tangibles, l'hypothétique structure au nord de cette terrasse, où a pu prendre place la statue, n'est pas représentée (DAO : O. Marlet).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1174/img-21.png
Fichier image/png, 127k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Marot, « La pile gallo-romaine de Cinq-Mars-la-Pile (Indre-et-Loire) : réexamen du dossier à la lumière des récentes découvertes », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 47 | 2008, mis en ligne le 30 avril 2009, consulté le 01 novembre 2014. URL : http://racf.revues.org/1174

Haut de page

Auteur

Emmanuel Marot

UMR 6173 CITERES Laboratoire Archéologie et Territoires ; titulaire de l’autorisation de fouilles, contractuel au Conseil Général d’Indre-et-Loire durant les fouilles.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page