Navigation – Plan du site
Localisation de l'étude

Analyse spatiale et statistique de l’âge du Fer en France. L’exemple de la “ BaseFer ”

Spatial and statistical analysis of the Iron Age in France. The example of 'basefer'
Christophe Batardy, Olivier Buchsenschutz, Katherine Gruel et Marc Levéry

Résumés

Le développement des systèmes d'information géographique (SIG) permet d'introduire dans les bases de données archéologiques la localisation des données. Il est possible alors d'obtenir des cartes de répartition qu'il s'agit ensuite d'interpréter en s’appuyant sur des analyses statistiques et spatiales. Cartes et statistiques mettent en évidence l'état de la recherche, les conditions de conservation des sites, et au-delà des phénomènes historiques ou culturels.
À travers un programme de recherche sur l'âge du Fer en France (Basefer) une base de données globale a été constituée pour l'espace métropolitain. Cet article propose un certain nombre d'analyses sur les critères descriptifs généraux d’un corpus de 11 000 sites (les départements côtiers de la Méditerranée ne sont pas traités dans ce test). Le contrôle et le développement des rubriques plus fines seront réalisés avec une équipe élargie, avant une mise en réseau de la base.

Haut de page

Texte intégral

1Nombreux sont les chercheurs qui créent des bases de données en histoire, en archéologie. Mais depuis de nombreuses années, l'utilisation des statistiques dans les sciences historiques semble passée de mode au point de considérer que les chiffres ne font pas l'histoire (ATHIS, programme). Or, sans un minimum d'analyse statistique les bases de données restent documentaires.

2Le développement des systèmes d'information géographique (SIG) permet d'introduire dans ces bases de données la dimension spatiale par la localisation des données. Il est possible, à partir de là, d'obtenir des cartes de répartition qu'il s'agit ensuite d'interpréter afin que ces “ images produites ” ne servent pas seulement d'illustration. La géostatistique est donc à l'ordre du jour.

3Si l'on considère que l'espace produit par la mise en carte des données archéologiques n'est pas le fruit du hasard, on recherchera les causalités mises en évidence par les différences de répartition. Ces causalités sont de trois ordres, et peuvent bien entendu se cumuler : l'état de la recherche, les conditions de conservation, les phénomènes historiques.

4À travers un programme de recherche sur l'âge du Fer en France une base de données a été constituée pour l'espace métropolitain. Il s'agit d'une base générale, ne rentrant pas dans le détail de la caractérisation du site, et évolutive, parce qu'elle est sans cesse modifiée par les différents collaborateurs. Le fait de se limiter à l'hexagone est un choix arbitraire qui restreint les interprétations historiques qu’on peut proposer à partir de la base, mais qui en revanche garantit la cohérence de la récolte et de l’organisation des données.

5À travers l'analyse géostatistique de cette base de données, nous allons essayer d'émettre un certain nombre d'hypothèses expliquant les différences de répartition des sites selon les différents critères renseignés. Nous nous restreindrons dans cet article aux catégories les plus générales, les analyses plus fines demandant encore des contrôles.

6Nous espérons que les hypothèses émises ici provoqueront des discussions, sur les biais qui les affectent, comme sur les évidences historiques qu’elles confirment ou qu’elles révèlent. Bref, nous vous invitons à venir jouer avec cette base, tout en la complétant et en la corrigeant.

1. La base “ BaseFer ”

1.1. Le programme

7Les sites de la base “ BaseFer ” ont été référencés au centroïde de la commune, précision suffisante, car cette base vise à donner une idée générale sur l’état des connaissances. Il se limite à des analyses sur la répartition des gisements à l’échelle du pays, des régions, à la limite des départements. De la même façon les attributs qui caractérisent les gisements visent à les classer dans de grandes séries, selon la nature et le nombre des structures, les types de mobilier qu’elles contiennent, et leur datation selon une approche typo-chronologique.

8Ces données ont été codées sur un fichier File Maker. L’ensemble a été ensuite intégré dans un SIG (ARCGIS). Les 10 départements côtiers de la Méditerranée n’ont pas été pour le moment intégrés dans la base (Alpes-Maritimes, Pyrénées-Orientales, Bouches-du-Rhône, Hérault, Gad, Var, Vaucluse, Aude, Haute-Corse et Corse du Sud). En effet, la nature des données et des inventaires archéologiques pour ces départements demande un travail particulier que nous n’avons pas encore eu le temps d’effectuer.

9Ces données ont été analysées et saisies au laboratoire “ Archéologie d’Orient et d’Occident ” (Marc Levery pour la plupart des analyses, Julia Genechesi, Claire Benard, Maïté Delasasseigne, Nadège Frémont pour la saisie), d’après les publications et les travaux universitaires disponibles.

10Avant de proposer à des correspondants spécialistes soit d’une région, soit d’un thème, de vérifier ces fiches et de contribuer à cette entreprise, nous présentons ici quelques statistiques et quelques analyses spatiales sur les critères les plus généraux. Il nous a semblé utile en effet de montrer dès maintenant l’image de la répartition des sites de l’âge du Fer à travers cette enquête généraliste, à la fois pour dresser un bilan des connaissances et pour bien préciser les objectifs d’une étude à cette échelle.

1.2. Nature et limites du corpus

11Le fichier compte au 1er janvier 2008 11 377 “ sites ”. On appelle ici “ site ” un gisement archéologique défini par une fonction donnée pendant une période plus ou moins longue, mais continue. Ce n’est pas dans cette base qu’on cherchera des renseignements précis sur des sites complexes : ceux-ci sont découpés pour être comparables aux sites simples, ou éventuellement résumés sous un vocable synthétique, “ nécropole tumulaire ” ou “ oppidum ” par exemple. Il n’y a pas non plus de hiérarchie entre les gisements : certains des descripteurs signalent qu’il s’agit d’une nécropole ou d’une sépulture isolée, d’un habitat isolé ou groupé, mais il n’y a pas ici de corrélation ou de quantification directement exploitable. Les fiches d’enregistrement conservent des données plus détaillées, ou les références pour les retrouver, mais une exploitation détaillée sur un sujet précis supposerait un complément d’information et sortirait rapidement du cadre généraliste de cette enquête.

1.3. Les sources

12Les données qui ont été dépouillées sont essentiellement des articles et des synthèses publiés, des travaux universitaires en cours ou plus souvent achevés, exceptionnellement des rapports ou des BSR (Bilans Scientifiques Régionaux). Les différents volumes de la Carte Archéologique de la Gaule ont fait l’objet d’un dépouillement systématique, surtout les volumes récents qui font une large part à l’âge du Fer. Les fouilles de sauvetage sont en général ignorées de cette base quand elles n’ont pas encore fait l’objet d’une publication. Il sera indispensable de les ajouter, et intéressant de voir si les tendances esquissées ici se confirment ou non, une fois introduites ces nouvelles données.

13Ainsi ce fichier se distingue radicalement des bases du Ministère de la Culture, des services régionaux ou départementaux de l’archéologie. Il est beaucoup moins précis, à la fois sur le plan topographique et sur la description des données. En revanche il a l’avantage de réunir les publications anciennes aux plus récentes, et de permettre une analyse statistique et cartographique cohérente de l’ensemble du territoire. Les identifications des structures ou du mobilier sont synthétiques, elles adoptent les identifications, les terminologies, les classifications des thèses les plus récentes. Nous espérons que cette base permettra de suivre l’évolution générale des recherches sur l’âge du Fer en intégrant peu à peu les nouveaux résultats, et qu’elle fournira une toile de fond pour des études plus précises sur un sujet particulier. Il sera indispensable de les ajouter, et intéressant de voir alors si les tendances esquissées ici se confirment ou non.

1.4. La codification

14Les rubriques de codage ont fait l’objet de nombreuses discussions. Il s’agissait de trouver des descripteurs suffisamment précis pour que la réponse obtenue soit exploitable, sur les plans statistique et cartographique, tout en tenant compte de sources disparates, récentes ou anciennes, dont le vocabulaire évolue au cours du temps. Un descripteur efficace est cité au moins une cinquantaine de fois, au plus quelques milliers de fois pour les descripteurs les plus généraux. Nous avons choisi de nous adapter au corpus plutôt que d’imposer une grille rigide en discordance avec la réalité. À titre d’exemple, nous avons décidé avec Ch. Jouannet de distinguer clairement cette base des enquêtes détaillées et précises des “ cartes archéologiques ” à grande échelle. Nous avons suivi les recommandations de P. Meniel quand il a proposé d’arrêter la description des vestiges osseux à “ présence/absence d’os animaux/humains – étude disponible ou non disponible ”: l’identification et la quantification des espèces supposeraient une démarche lourde dont le soin doit être laissé aux spécialistes. Il reste cependant quelques traces de ces hésitations dans les rubriques actuelles, que nous tenterons de corriger au cours de la révision générale des données.

15La possibilité de combiner plusieurs réponses dans un même champ nous a semblé indispensable pour le type d’exploitation que nous voulions faire. Il faut cependant être prudent dans la formulation des requêtes et utiliser les opérateurs adéquats (et, ou, sauf) dans la mesure où on a utilisé des rubriques multi-valeurs.

2. Comptages généraux (cf. annexe)

2.1. Nombre de sites par département

16Le fichier compte actuellement 11 377 sites, soit environ un gisement pour 45 km2. La moyenne du nombre de sites par départements est de 131 gisements. Le volume des données nous semble donc suffisant pour autoriser une analyse statistique. Le nombre de sites par département varie de 2 à 736, avec une médiane à 116. Si on écarte le territoire de Belfort (2) et la Marne (736), la fourchette se resserre de 4 à 305. Les nombres inférieurs à 50 s’expliquent par la surface restreinte des départements périphériques de Paris ou par des déficits dans nos dépouillements, surtout dans le sud-ouest au pied des Pyrénées. 78 départements du corpus nous semblent ainsi exploitables avec plus de 50 gisements repérés.

2.2. Comptages sur la rubrique “ Structure 1 ”

17Le premier niveau d’analyse du fichier définit les grandes catégories de site. Il révèle une variété et un équilibre qui n’avait, à notre connaissance, pas encore été mis en évidence. On a ainsi largement dépassé l’époque où l’âge du Fer était totalement ignoré en dehors de zones de recherches traditionnelles, et cantonné aux concentrations de tumulus et de nécropoles de tombes plates. Pourtant tous les habitats isolés connus actuellement ne sont pas ici répertoriés systématiquement, nombre d’entre eux restant inexplorés (notamment les résultats des prospections aériennes), ou plus souvent non publiés. En revanche le nombre des dépôts représente plus du tiers du fichier (40 %). Parmi ceux-ci, les dépôts monétaires atteignent 65 %. Il faudra, pour un certain nombre de calculs, séparer cette catégorie des autres.

18Le nombre des sites “ funéraire ” et “ habitat ” est à peu près équilibré, ce qui permet d’étudier les cultures de l’âge du Fer aussi bien à travers leurs activités quotidiennes qu’à travers leurs rituels et leur représentation symbolique du monde. Le nombre relativement élevé de sanctuaires (242) est un atout récent et spectaculaire de l’archéologie française. Les 32 sites qualifiés de “ mines et carrières ” recensés, quand on sait avec quelle difficulté on parvient à les dater, représentent aussi un score intéressant et significatif.

2.3. Comptages sur la rubrique “ Structure 1b ”

19Cette rubrique apporte une simple précision aux catégories “ habitat ” et “ funéraire ” de la rubrique précédente, ce qui explique son nom. Nous avons été tentés de la supprimer ou de la modifier, parce qu’elle mêle des notions de regroupement (groupé, isolé) et des spécifications (tombe plate, tumulus…), ce qui n’est pas très logique, mais elle se révèle en fait opérationnelle pour une première approche : elle n’épuise pas le sujet et ne satisfait pas les esprits cartésiens, mais elle suit étroitement les dénominations qu’emploient les archéologues pour désigner les gisements. Elle rend donc bien compte de l’état actuel des connaissances.

20Il faut remarquer qu’elle porte sur 3 735 sites seulement : or la somme des sites “ habitats ” et des sites “ funéraires ” de la rubrique “ structure 1 ” atteint près de 7 000 occurrences. Une moitié d’entre eux ne sont donc pas renseignés au-delà dans l’état actuel du fichier, qui est celui des publications. Ce chiffre donne une idée de la qualité de l’information disponible.

21Les “ cimetières ” sont beaucoup plus nombreux que les sépultures isolées, quelle que soit la période de l’âge du Fer. Le regroupement des sépultures à l’écart des habitats constitue donc une caractéristique culturelle dominante. La progression de l’information conduira logiquement à accroître le nombre des nécropoles plutôt que celui des sépultures isolées. Le rapport entre habitat isolé ou groupé d'une part et fortifié d'autre part, confirme la progression des deux premières catégories par rapport aux fortifications, qui dominaient largement le corpus il y a encore trente ans (Buchsenschutz 1984). Le nombre des habitats isolés repérés est sans doute plus grand, comme nous l’avons dit plus haut ; celui des habitats groupés est plus important que nous ne le supposions. La persistance de l’utilisation des grottes constitue aussi une surprise, mais il faudra vérifier s’il s’agit de fréquentations épisodiques, d’habitats ou de sanctuaires. Globalement nous disposons déjà pour chacune de ces catégories de sites d’un corpus significatif ; le panel est presque aussi varié que celui des gisements gallo-romains, exception faite des monuments collectifs. Il sera donc possible dans les années à venir de comparer les modèles d’organisation du territoire de l’âge du Fer à ceux des périodes plus récentes.

2.4. La rubrique “ Typo-chronologie ” et la datation

22La typo-chronologie, et la rubrique “ datation absolue ” qui lui est associée, ont été utilisées dans cet article pour définir trois grands groupes de gisements : ceux qui sont occupés aux périodes les plus anciennes, Bronze final IIIb et/ou Hallstatt C, ceux du premier âge du Fer, c'est-à-dire ceux qui sont codés “ Hallstatt sauf le Hallstatt C ”, ceux qui sont occupés au second âge du Fer, c’est-à-dire tous ceux qui sont codés “ La Tène ”. Nous avons relevé sur les fiches les dénominations employées par les auteurs, qu’elles soient dans une typo-chronologie locale, dans celle de Hatt/Roualet ou dans celle de Reinecke adaptée à la France. Nous avons proposé dans une autre rubrique une équivalence dans le système Reinecke adapté, ainsi qu’une date absolue supérieure, et une date absolue inférieure. Il est évidemment difficile de comparer des gisements attribués simplement au “ Hallstatt ” à ceux qui sont datés au quart de siècle. Les conversions que nous proposons entre les systèmes régionaux et généraux nous obligent à faire des choix. Les ajustements pourront être faits peu à peu, après la correction des erreurs manifestes. Les périodes jusqu’à ces dernières années assez discrètes, Ha D1, LT B et C1, sont finalement assez bien représentées dans l’état actuel des connaissances. Leur réunion autorisera des ajustements chronologiques et régionaux fins, à partir notamment des études sur la céramique des habitats qui vont entraîner une révision de typo-chronologies essentiellement fondées sur le mobilier métallique des sépultures.

2.5. Autres rubriques

23Nous n’avons pas travaillé dans cet essai sur les autres rubriques, sauf pour la carte (Fig. 12) sur les “ incinération/inhumation ” qui relève de la rubrique “ Structure 2 ”. D’une part ces rubriques méritent une vérification qui reste à faire. D’autre part elles doivent à la fois enregistrer des descripteurs assez généraux, par exemple “ artisanat ”, ou très particuliers, par exemple “ murus gallicus ”, ou “ fusaïole ”. Ces derniers sont anecdotiques par rapport à une analyse générale du corpus, mais leur carte de répartition reste néanmoins bien utile. Il faut faire le tri, quitte à exclure de la base générale des renseignements sur les types de fibules ou l’identification des monnaies, qui doivent être triés et synthétisés par les spécialistes avant d’être pris en compte. Enfin, comme nous avons autorisé les réponses multiples, les tableaux de comptages deviennent rapidement illisibles. La réorganisation de cette information foisonnante sera réalisée en même temps que sa vérification.

3. Cartographie et statistiques

24La cartographie en semis de points n'est pas suffisante pour caractériser une répartition. Sans l'utilisation d'un certain nombre d'indicateurs, il est impossible de qualifier la distribution et de comparer des distributions entre elles. Mais un certain nombre d'outils statistiques, aisément utilisables maintenant par les SIG, permettent d'aller au-delà de la cartographie.

3.1. Analyse de la dispersion générale des gisements

25Le nuage de points de l'ensemble des sites de l'âge du Fer est la première image offerte par la base (Fig. 1). Ce type de représentation, bien que classique, est incontournable pour prendre “ contact ” avec la base de données. C'est ainsi que l'on peut observer de fortes densités dans les vallées du Rhône, de la Loire et de l'Allier, mais aussi sur les côtes de Champagne, d'Île-de-France, ainsi que la Beauce, la Brenne. On observe une forte occupation de zones naturelles favorables bien délimitées : la plaine d’Alsace, la Limagne, la bordure sud-ouest du Massif central par exemple. Une activité archéologique plus intense, due aux chercheurs ou aux sauvetages, ou bien des facteurs historiques qu’il conviendrait d’analyser plus en détail, expliqueraient des concentrations comme celle du nord-ouest de l’Île-de-France, de la région de Lille, de la plaine de Caen, de la vallée de l’Yonne, d’une zone qui s’étend au nord-ouest d’Orléans etc. Certaines concentrations sont provoquées par certains types de gisement, comme les dépôts en Bretagne.

Fig. 1 : BaseFer : l'ensemble des sites référencés (cartographie : Ch. Batardy).

Fig. 1 : BaseFer : l'ensemble des sites référencés (cartographie : Ch. Batardy).

26En négatif apparaissent des vides (le sud de la Bretagne, des zones montagneuses ou boisées, le Cotentin), qui ne sont pas seulement les zones montagneuses. Il reste des régions où l’âge du Fer est mal connu. Enfin l’état de la bibliographie, notamment l’existence ou non d’un volume de la “ Carte archéologique de la Gaule ” récent, explique partiellement certains déficits à l’échelle de tout un département. Par rapport aux grandes enquêtes du XIXe s., non seulement le nombre de sites a beaucoup augmenté, mais la répartition des différents types de gisements est beaucoup plus équilibrée.

3.2. L’analyse chronologique

  • 1  (soit 84% des sites qui sont datés).

27Cette analyse porte sur les gisements datés subdivisés en trois catégories assez générales : les sites du Bronze final IIIb - Hallstatt ancien (1 262 sites) ; du premier âge du Fer (2005 sites) ; du 2nd âge du Fer (6 336 sites)1.

3.2.1. Géocentre et ellipse de déviation

28Le géocentre proposé sur plusieurs cartes correspond au calcul de la moyenne des X et de Y de la localisation géographique des sites.

29L’ellipsoïde de déviation visualise un contour englobant les sites dont la localisation s’écarte d’un écart-type, en X et en Y, du géocentre.

30Le géocentre (Fig. 2)de l'ensemble des sites se situe dans l’état actuel du fichier, sans les départements méditerranéens, légèrement au nord du centre de la France. On constate donc un équilibre étonnant de la carte : ce calcul confirme l'impression donnée par la première carte. Toute la Gaule est occupée par les sites de l’âge du Fer, même certain village breton.

31Entre le premier et le second âge du Fer, on observe un déplacement du gradient de 100 km vers le nord. La densité des habitats de La Tène explorés dans le Bassin parisien est responsable de ce mouvement. Ce gradient chronologique est donc plus lié aux conditions de fouille qu’à une réalité historique.

Fig. 2 : BaseFer : géocentres et ellipsoïdes de déviation selon les périodes chronologiques (cartographie : Ch. Batardy).

Fig. 2 : BaseFer : géocentres et ellipsoïdes de déviation selon les périodes chronologiques (cartographie : Ch. Batardy).

32Les ellipses de déviation (Fig. 2)

33Pour le premier âge du Fer on observe un tropisme vers le nord-est/sud-ouest, c'est-à-dire un écart-type plus important pour les longitudes que pour les latitudes. Ceci peut s'expliquer par une tradition de recherche, mais surtout par la conservation et l’étude depuis plus d’un siècle des tumulus dans ces régions. Pour la période du second âge du Fer, l’ellipse se rapproche d’un cercle à cause du poids des découvertes du Bassin parisien qui rééquilibre la distribution générale. Il est difficile de se représenter l’amplitude de ce phénomène, d’autant plus que le maillage par département intervient peut-être dans cette déviation. La carte en cercles proportionnels (Fig. 3), en plus de la mise évidence de la richesse de tel ou tel département, suggère des tendances régionales, que nous pouvons quantifier avec les cartes de tendance.

Fig. 3 : BaseFer : typochronologie (cartographie : Ch. Batardy).

Fig. 3 : BaseFer : typochronologie (cartographie : Ch. Batardy).

3.2.2 Cartes de tendance

34La Fig. 3 qui représente par l'intermédiaire de cercles proportionnels le nombre de sites par département pour telle ou telle période est une représentation cartographique classique. On note tout d'abord l'augmentation du nombre de sites et une géographie différente d'une période à l'autre. D’autre part on observe des gradients géographiques régionaux, mais on ne les mesure pas par une simple approche visuelle. L'inconvénient de ce type de carte est de laisser “ l'œil penser tout seul ” (Françoise Vergneault, “ L'œil qui pense ”) ce qui rend l'appréciation “ aléatoire ”. Les tendances régionales ne sont pas mesurées mais seulement évaluées par le regard du lecteur. Les cartes de tendances peuvent permettre de quantifier l'impression visuelle. Le traitement consiste à chercher l'équation d'une fonction Z = f(X,Y) qui s'ajuste le mieux aux informations connues, puis à extrapoler les résultats à l'ensemble de l'espace étudié. Les coordonnées géographiques (X,Y) sont les variables explicatives d’une variable Z à représenter. L'hypothèse préalable à ce type de traitement suppose que la variation des mesures statistiques présente une certaine continuité dans l'espace. Le calcul cherche ainsi à mettre en évidence la progression de la concentration des sites d’une même période en lissant les différences départementales. L’échelle choisie pour représenter la concentration déborde légèrement des valeurs obtenues. C'est pourquoi dans la légende de la Fig. 4, pour prendre un exemple, la valeur de 52 est la valeur la plus importante alors que le maximum réel est de 48 sites pour un département. Il faut attirer l’attention sur le fait que les gradients géographiques mis en évidence par ces cartes ne résument que 40% de l’information totale. Il s’agit donc, pour les trois périodes, essentiellement d’une répartition homogène des valeurs.

35Malgré tout, pour la période du Bronze Final (Fig. 4), la surface de tendance met en évidence deux gradients, l’un en direction d’un pôle est, l’autre d’un pôle ouest.

Fig. 4 : BaseFer : répartition des sites du Bronze final (cartographie : Ch. Batardy).

Fig. 4 : BaseFer : répartition des sites du Bronze final (cartographie : Ch. Batardy).

36Au 1er âge du Fer (Fig. 5), un premier gradient s’oriente vers l 'Alsace, un autre en direction du littoral ouest, mais il est moins prononcé. Une écharpe avec peu de sites pour cette période s'observe du nord à l'estuaire de la Loire. Au 2nd âge du Fer (Fig. 6) le gradient atlantique s’efface au profit d'un gradient nord-sud. Le poids des travaux récents dans le Bassin parisien ajouté à l’acquis plus ancien du département de la Marne est responsable de ce retournement de tendance spectaculaire. Bien sûr cette évolution n’est pas une surprise pour les spécialistes. Mais ce type de représentation permet de la mesurer clairement et, quand on poursuivra l’exploration département par département, ou par exemple bassin-versant par bassin-versant, la progression des exploitations agricoles isolées, des batteries de silos de La Tène B, des premières grandes nécropoles “ de tombes plates ”, pourront ainsi être suivies dans le détail.

Fig. 5 : BaseFer : répartition des sites du premier âge du Fer (cartographie : Ch. Batardy).

Fig. 5 : BaseFer : répartition des sites du premier âge du Fer (cartographie : Ch. Batardy).

Fig. 6 : BaseFer : répartition des sites du second âge du Fer (cartographie : Ch. Batardy).

Fig. 6 : BaseFer : répartition des sites du second âge du Fer (cartographie : Ch. Batardy).

3.2.3. Analyse de la répartition comparée pour chaque période.

37Après une analyse sur les statistiques départementales qui nous a permis de caractériser des tendances générales, il est important de changer d'échelle en évaluant les concentrations ou dispersions de l'ensemble des sites par la comparaison de chaque répartition à une distribution aléatoire.

38Pour l'ensemble des sites la distance théorique au plus proche voisin (Rr) est de 3,31 km. La distance réelle observée (Ro) est de 1,69 km, soit un ratio (R) de 0,51.

39On calcule le même indice pour les différentes périodes et on obtient les résultats suivants pour l'indice R : Bronze final R = 0,65, premier âge du Fer R = 0,60 et second âge du Fer R = 0,61.

40Les résultats obtenus montrent une concentration de la répartition des sites entre le Bronze final et le premier âge du Fer et une stabilité entre les deux périodes de l'âge du Fer. À partir du premier âge du Fer les sites sont plus groupés, les sites isolés plus rares. Le territoire n'est pas structuré de la même façon. Une autre manière d'habiter semble se dessiner.

3.3. Analyse de la rubrique “ Structure 1 ” (funéraire, habitat, dépôt) (Fig. 7)

41Le traitement des trois grandes catégories de sites, habitat, funéraire, dépôt, par la méthode des géocentres et des ellipses de déviation souligne aussi l’équilibre global de la base de données. Le géocentre pour “ habitat ” et “ dépôt ” est en effet quasiment au même endroit, quelque 100 km au nord du centre géométrique de l’hexagone, et celui de “ funéraire ” est décalé de moins de 100 km vers l’est. Nous n’avons plus des provinces entières de nécropoles opposées à des zones d’habitat. Partout les grandes catégories de découvertes sont représentées, ce qui autorise à construire une analyse assez complète des sociétés de l’âge du Fer, au-delà de faciès archéologiques limités ici à un rituel funéraire, là à la répartition d’un artefact particulier.

Fig. 7 : BaseFer : structure 1, types de site (cartographie : Ch. Batardy).

Fig. 7 : BaseFer : structure 1, types de site (cartographie : Ch. Batardy).

42Les ellipses de déviation, presque circulaires pour les dépôts et les habitats, soulignent encore la régularité de la répartition. L’inclinaison nord-est/sud-ouest de l’ellipse du “ funéraire ” rappelle la concentration en écharpe des gisements du 1er âge du Fer.

43Quelle signification revêt une analyse à une échelle aussi petite ? Il est clair que ces conclusions ne sont pas directement applicables à une analyse historique. Elles nous semblent cependant utiles pour garder dans notre mémoire une image des grandes tendances, dont l’équilibre autorise une analyse spatiale ou statistique du corpus. Non seulement le nombre de gisements est bien réparti, mais les grandes catégories (habitats, sépultures, dépôts) sont, elles aussi, équilibrées. À plus grande échelle on pourra constater des irrégularités de distribution gênantes pour la reconstitution des territoires de l’âge du Fer. L’échelle utilisée donne une image très globale, mais sa principale qualité est son homogénéité.

3.4. Monnaies et dépôts (Rubrique “ Structure 1 ” [dépôt] et Rubrique “ Catégorie mobilier ”)

44Dépôts/monnaies

45La manière dont sont référencés les objets en dépôt dans la littérature archéologique est caractéristique du flou qui entoure ce terme. Dans la base, il réunit des objets divers et toutes les monnaies trouvées hors contexte archéologique, qu’elles soient isolées ou en lot. Malgré cette ambiguïté les cartes obtenues sont révélatrices.

Fig. 8 : BaseFer : répartition des monnaies (cartographie : Ch. Batardy) (cartographie : Ch. Batardy).

Fig. 8 : BaseFer : répartition des monnaies (cartographie : Ch. Batardy) (cartographie : Ch. Batardy).

46Fig. 8,1 : Nombre de sites avec dépôts : cette première carte montre une répartition assez homogène avec des données statistiquement intéressantes puisque l’on va de 1 à 167 occurrences par département. La carte de tendance correspondante (Fig. 9,1) rend plutôt compte de l’opposition Nord/Sud, Gaule septentrionale/Narbonnaise.

Fig. 9 : BaseFer : cartes de tendance, dépôts et monnaies (cartographie : Ch. Batardy).

Fig. 9 : BaseFer : cartes de tendance, dépôts et monnaies (cartographie : Ch. Batardy).

47Fig. 8, 2 et 9,2 : Les dépôts non monétaires présents dans tous les départements prennent une ampleur particulière en Armorique sans doute du fait des dépôts de haches à douille de l’âge du bronze et dans une moindre mesure des dépôts dans l’Est.

48Fig. 8,3 : Nombre de sites avec monnaies : Lorsqu’on ne prend que les monnaies, on observe une concentration sur l’axe de la Seine, celui de la Loire et celui de la Saône et une contribution forte des pièces en base cuivre (potins) sur une échelle de 1 à 113 par département.

49Fig. 8,4 : Les monnaies en contexte archéologique sont beaucoup moins nombreuses et montrent la faiblesse des monnaies dans les sites sur la façade atlantique. Il ne s’agit pas uniquement d’un déficit de fouilles, mais bien d’un usage différent de la monnaie en particulier dans les sites d’habitats armoricains.

50Fig. 8,5 à 8,8 : Si on affine un peu ces répartitions monétaires, en descend au niveau de la répartition or, argent bronze et potin. Les monnaies dont on ignore le plus souvent le contexte sont les monnaies d’or et celles-ci se concentrent dans une grande moitié nord-ouest de la Gaule à laquelle s’ajoute un pic en Auvergne. La carte de tendance fait ressortir le poids des monnaies d’or en Gaule Belgique. Les monnaies d’argent s’éloignent peu de la répartition moyenne et assez uniforme de la carte 8.4. Les monnaies d’argent sont plus nombreuses dans la moitié sud de la Gaule, ce qui s’explique par un alignement plus précoce sur la drachme, puis le denier d’argent. La très faible quantité de monnaies d’argent localisées en Armorique montre que les trésors de billons armoricains en argent-cuivre ne sont pas référencés ici. Les deux dernières cartes montrent la forte présence des potins et des bronzes dans le quart nord est de la Gaule Les potins sont inexistants sur les façades atlantique et méditerranéenne, très présents en Gaule Belgique de la Seine à la Moselle et dans le Centre Est. Les cartes de tendance (Fig. 9,3 à 9,8) renforcent cette image, accentuant encore l’impact des potins belges sur la répartition. Les bronzes comme l’argent contribuent fortement à la Fig. 8,4. Ils soulignent l’axe ligérien et sont particulièrement nombreux dans le bassin de la Seine. Cependant, contrairement aux potins, ils circulent partout et sont souvent plus tardifs sauf justement en Loire moyenne où ils apparaissent dès La Tène C2/D1.

51La corrélation entre le nombre de sites par département avec monnaies (Fig. 8.4), et le nombre de sites par département du second âge du Fer (Fig. 6) est de 77 % (Fig. 10, 1) résultat bien évidemment attendu puisque les monnaies circulent au plus tôt en Gaule à partir du IIIe s. avant J.-C. En revanche, contrairement à la vision traditionnelle, la corrélation sanctuaires-potins est très faible à l’échelle du département (23 %) (Fig. 10, 2). Ceci signifie que le phénomène des sanctuaires à monnaies, observé en Gaule Belgique essentiellement, ne doit pas être systématiquement généralisé à l’ensemble de la Gaule comme on a parfois tendance à le faire.

Fig. 10 : Analyse spatiale et statistique de l'âge du Fer en France. L'exemple de la " BaseFer "

Fig. 10 : Analyse spatiale et statistique de l'âge du Fer en France. L'exemple de la " BaseFer "

3.5. Exemple d’analyse sur les rubriques “ Structure 1b ”, et “ Structure 2 ” dans le domaine du funéraire

52Pour montrer que cette base peut répondre à des questions plus fines, nous avons choisi d’analyser deux grandes oppositions dans les pratiques funéraires de l’âge du Fer : les tombes plates opposées aux tumulus (Fig. 11), et la pratique de l’incinération par rapport à l’inhumation. (Fig. 12).

Fig. 11 : BaseFer : les cimetières à tombes plates et les cimetières tumulaires (cartographie : Ch. Batardy).

Fig. 11 : BaseFer : les cimetières à tombes plates et les cimetières tumulaires (cartographie : Ch. Batardy).

Fig. 12 : BaseFer : les sites funéraires (cartographie : Ch. Batardy).

Fig. 12 : BaseFer : les sites funéraires (cartographie : Ch. Batardy).

53Le nombre de tumulus et de tombes plates par département est figuré ici par des cercles proportionnels rouges (tumulus) et bleus (tombes plates). L’écharpe de tumulus, de Haguenau à Biarritz, que nous avions déjà remarquée, est bien visible. Les cimetières à tombes plates occupent une position très majoritaire dans le nord. Au-delà des différences chronologiques, nous constatons que certaines régions ont pratiqué les deux types de rituel, successivement dans la plupart des cas, tandis que d’autres ont nettement préféré l’un des deux.

54La Fig. 12propose de visualiser les sites avec inhumations exclusives, incinérations exclusives, ou avec un mélange des deux, toutes périodes confondues.

55On constate qu'il y a très peu de nécropoles à inhumation au nord de l’Oise, peu d’incinérations dans le quart sud-est du pays, peu d’inhumations sur l’ensemble de la façade atlantique, et pas seulement dans la Bretagne au sol acide. Il existe un nombre non négligeable de nécropoles où les deux rituels ont été pratiqués, selon une répartition qui ne se calque pas complètement sur celles des nécropoles où seul l’un des deux rituels est attesté. Nous ne savons à cette étape de l’analyse si les deux rituels ont coexisté ou se sont succédé sur la même nécropole. Il faudrait croiser cette information avec la chronologie pour avancer dans l’interprétation, mais ce document met déjà en évidence des particularités régionales fortes.

4. Analyse multivariée

56Pour aller au-delà, l'analyse multivariée est indispensable pour avoir une vue d'ensemble des 86 départements et des 12 caractères qui les qualifient : on se base ici sur le nombre de sites (par département) qualifiés par les descripteurs suivants : funéraire, habitat, sanctuaire, cimetières tombes plates, cimetières tumulaires, habitat fortifié, habitat isolé, tombe isolée, habitat groupé, Bronze final, 1er âge du Fer, 2nd âge du Fer.

57L’Analyse Factorielle des Correspondances fait ressortir les caractères les plus discriminants, ceux qui singularisent le plus les départements les uns par rapport aux autres.

58La Classification Ascendante Hiérarchique (CAH) permet de réduire le nombre d'individus (les départements) en les regroupant pour aboutir à une typologie “ régionale ”.

59Il s'agit par l'intermédiaire de ces traitements de faire ressortir les tendances générales. Afin que l'effet de masse ne joue pas, la métrique du khi deux est utilisée dans tous les calculs. Le logiciel Philcarto qui permet d’associer cartes et statistiques a été utilisé pour les analyses qui suivent.

4.1. AFC (Fig. 13, 14, 15)

60L'AFC a pour objectif de déterminer les caractères qui concourent le plus à distinguer les départements les uns des autres. Les résultats sont présentés sur la Fig. 15. Seuls les deux premiers facteurs nous ont semblé significatifs.

61Le facteur 1 (38 % de l'information totale) (Fig. 13)

62La première opposition observée correspond aux départements qui ont un profil se caractérisant par un grand nombre de sites “ funéraires ” (ST1), précisés généralement par le descripteur “ cimetière tumulaire ” (ST1b) par opposition aux départements avec des sites “ habitat ” et des sites du “ second âge du Fer ” (pour mémoire cf. Fig. 3). Les départements dominés par les descripteurs “ habitat ” et “ second âge du Fer ” occupent le quart nord-ouest, alors qu'une écharpe de départements dans un axe nord-est sud-ouest est dominée par des sites “ funéraires ”.

Fig. 13 : BaseFer : analyse factorielle des correspondances Facteur 1 (cartographie : Ch. Batardy).

Fig. 13 : BaseFer : analyse factorielle des correspondances Facteur 1 (cartographie : Ch. Batardy).

63Le facteur 2 (16 % de l'information totale) (Fig. 14)

64Ce facteur isole le descripteur “ habitat isolé ” par rapport aux autres. De nombreux départements du nord sont plutôt caractérisés par de nombreux sites avec des cimetières à tombes plates, des sites du second âge du Fer et des sites funéraires.

Fig. 14 : BaseFer : analyse factorielle des correspondances Facteur 2 (cartographie : Ch. Batardy).

Fig. 14 : BaseFer : analyse factorielle des correspondances Facteur 2 (cartographie : Ch. Batardy).

Fig. 15 : BaseFer : analyse factorielle des correspondances : résultats (cartographie : Ch. Batardy).

Fig. 15 : BaseFer : analyse factorielle des correspondances : résultats (cartographie : Ch. Batardy).

4.2. Classification Ascendante Hiérarchique (Fig. 16, 17)

65Cette méthode a pour but de regrouper les départements dans une typologie départementale reprenant les mêmes critères que l'AFC. La CAH a été faite directement à partir du tableau de données. La dernière classification que nous proposons sur la Fig. 16 montre une classification en 7 classes pour la dernière carte, ce qui résume 62 % de la variance totale.

Fig. 16 : BaseFer : Classification Ascendante Hiérarchique (cartographie : Ch. Batardy).

Fig. 16 : BaseFer : Classification Ascendante Hiérarchique (cartographie : Ch. Batardy).

Fig. 17 : BaseFer : typologie régionale (CAH 7 classes : regroupement des départements du même groupe) (cartographie : Ch. Batardy).

Fig. 17 : BaseFer : typologie régionale (CAH 7 classes : regroupement des départements du même groupe) (cartographie : Ch. Batardy).

66La Fig. 17 synthétise cette CAH en sept classes en rendant plus lisibles les regroupements par la disparition des limites départementales pour les départements contigüs qui appartiennent à la même classe. Des “ régions ” apparaissent, qui associent des départements dans un découpage différent de ceux dont nous avons l’habitude. L’opposition culturelle entre les régions “ atlantiques ” et “ orientales ” est soulignée. L’écharpe bleue dominée par les sites “ funéraire ” et “ tumulus ”, de l’Alsace au Sud-Ouest, reste bien visible. Le Sud-Est apparaît comme une mosaïque complexe. Pourquoi le Morbihan s’individualise-t-il dans le groupe breton ? C’est peut-être la mise en évidence et l’explication de ces particularités qui permettra d’aller plus loin dans la critique des sources et la construction de groupes culturels. Pour appréhender ces derniers, il faudra bien sûr construire des cartes par période en oubliant les départements, exercice que nous n’avons pas tenté ici. Cette carte-ci synthétise en fait la critique des sources, en désignant les caractères taphonomiques régionaux, et le rôle des sociétés savantes départementales qui ont sur- ou sous-exploité la documentation disponible.

5. Perspectives

67Ce premier survol du corpus “ BaseFer ” vise surtout à montrer l’utilité de l’analyse statistique et spatiale, et la richesse des données disponibles dans les publications sur l’âge du Fer en France.

68Les tests statistiques que nous proposons permettent de dépasser les limites de la simple lecture visuelle des cartes de répartition. La traduction des analyses statistiques en cartes nous semble en revanche indispensable pour expliciter ces calculs et privilégier le facteur géographique qui nous intéresse ici en premier lieu.

69Nous espérons avoir démontré que l’information était également répartie sur tout le territoire. Les manuels, les colloques, et les atlas internationaux, se contentent en général de sélectionner parmi les sites fouillés ceux qui semblent les plus significatifs, c’est-à-dire au mieux une centaine pour l’ensemble de l’hexagone (Guilaine, 1976 ; Leroi-Gourhan 1988 ; Koch 2007 ; Buchwaldeck 2007). Même si nous n’avons pas retenu ici les données non publiées, qui sont nombreuses depuis les développements récents de l’archéologie de sauvetage, une base de plus de 10 000 sites donne déjà une image fidèle de l’état des connaissances. En effet elle cumule par exemple les sites bien conservés dans des zones de moyenne montagne avec ceux dont l’exploration est liée aux aménagements modernes des villes et des grands axes d’échange actuels.

70L’équilibre des répartitions confirme à notre avis celui des différentes sources disponibles. Il montre qu’on peut effectivement commencer à dessiner une carte des groupes culturels de l’âge du Fer, même si les calculs que nous avons présentés ici soulignent surtout les biais dus aux conditions de conservation dans les différentes régions naturelles, et à l’activité des chercheurs dans les différents départements.

71Les rubriques plus détaillées que nous n’avons pas utilisées dans cette communication permettent de répondre à des questions très variées. Les pistes d’exploitation qui ont été ouvertes sur les monnaies montrent la diversité des analyses possibles. Nous souhaitons maintenant les vérifier avec des spécialistes d’une région, d’une période, d’un type de gisement ou d’objet, qui voudront bien s’associer au projet, avant d’ouvrir la base à tous les chercheurs.

Haut de page

Bibliographie

Athis
Projet ATHIS : Atelier n° 5, Rome 2007
, 2008. L’historien, l’espace et l’ordinateur, Menestrel, http://menestrel.in2p3.fr/

Buchsenschutz 1984
Buchsenschutz O. - Structures d'habitat et fortifications en France septentrionale. Paris : Société préhistorique française, 1984. 247 p., 109 fig., (Mémoires de la Société préhistorique française ; 18).

Buchsenschutz 2006
Buchsenschutz O. - L’apport de la cartographie à l’étude des sociétés sans écriture : l’exemple des Celtes de l’âge du Fer. Mappemonde, 2006, 83, 3, 14 p., 12 fig., bibliogr. (1 p.), rés. en fr., angl., esp. [En ligne].

URL : http://mappemonde.mgm.fr/num11/articles/art06305.html.

Buchwaldeck, Lippert, Kosnar 2007
Buchwaldeck M., Lippert A., Kosnar L. - Atlas archéologique de l’Europe préhistorique, Université Charles, Prague, 2 volumes.

Guilaine 1976
Guilaine J. dir. - La préhistoire française, tome II, Les civilisations néolithiques et protohistoriques de la France, CNRS, Paris.

Hagget 1973
Hagget P. - L'analyse spatiale en géographie humaine, A. Colin, Paris.

Histoire et Mesure, vol. XIX – no 3/4 | 2004

Numéro thématique : Systèmes d’information géographique, archéologie et histoire

Leroi-Gourhan 1988
Leroi-Gourhan A. - Dictionnaire de préhistoire, Presses Universitaires de France, Paris.

Koch et al. 2007
Koch J. T., Karl R., Minard A., O Faolain S. - An atlas for Celtic studies: archaeology and names in ancient Europe and Early Medieval Ireland, Britain, and Brittany. 215 pages, cartes, Oxford.

Nakoinz 2005
Nakoinz O. - Studien zur räumlichen Abgrenzung und Strukturierung der älteren Hunsrück-Eifel-Kultur, Ur- Forschungen zur prähistorischen Archäologie, Bonn, 118, 363 p. e-diss.uni-kiel.de/diss_1131.

Vergneault-Belmont 1998
Françoise Vergneault-Belmont - L’œil qui pense. Méthodes graphiques pour la recherche en sciences de l’homme, Paris, L’Harmattan, 1998, 348 p.

Waniez Ph.
philcarto.free.fr

Haut de page

Annexe

Comptages du nombre de sites correspondant à l’état de la BaseFer au premier janvier 2008

Un même site peut être compté deux fois. Il peut par exemple être un site “ dépôt ” et en même temps un site “ funéraire ”. Le nombre total de sites, si on totalise le score de chaque rubrique, peut donc être supérieur au nombre total de sites de la base.

Rubrique “ Structure 1 ”

Rubrique “ Structure 1 ”

Rubrique “ Structure 1b ” : précision sur ST1

Rubrique “ Structure 1b ” : précision sur ST1

Rubrique “ Structure 2 ”

Rubrique “ Structure 2 ”

Rubrique “ Structure 3 ” : (extraits)

Rubrique “ Structure 3 ” : (extraits)

Typochronologie :

Typochronologie :

Catégorie mobilier : (comptages uniquement pour les sites avec monnaies)

Catégorie mobilier : (comptages uniquement pour les sites avec monnaies)
Haut de page

Notes

1  (soit 84% des sites qui sont datés).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : BaseFer : l'ensemble des sites référencés (cartographie : Ch. Batardy).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1159/img-1.png
Fichier image/png, 302k
Titre Fig. 2 : BaseFer : géocentres et ellipsoïdes de déviation selon les périodes chronologiques (cartographie : Ch. Batardy).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1159/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig. 3 : BaseFer : typochronologie (cartographie : Ch. Batardy).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1159/img-3.png
Fichier image/png, 84k
Titre Fig. 4 : BaseFer : répartition des sites du Bronze final (cartographie : Ch. Batardy).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1159/img-4.png
Fichier image/png, 83k
Titre Fig. 5 : BaseFer : répartition des sites du premier âge du Fer (cartographie : Ch. Batardy).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1159/img-5.png
Fichier image/png, 78k
Titre Fig. 6 : BaseFer : répartition des sites du second âge du Fer (cartographie : Ch. Batardy).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1159/img-6.png
Fichier image/png, 74k
Titre Fig. 7 : BaseFer : structure 1, types de site (cartographie : Ch. Batardy).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1159/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 8 : BaseFer : répartition des monnaies (cartographie : Ch. Batardy) (cartographie : Ch. Batardy).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1159/img-8.png
Fichier image/png, 113k
Titre Fig. 9 : BaseFer : cartes de tendance, dépôts et monnaies (cartographie : Ch. Batardy).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1159/img-9.png
Fichier image/png, 136k
Titre Fig. 10 : Analyse spatiale et statistique de l'âge du Fer en France. L'exemple de la " BaseFer "
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1159/img-10.png
Fichier image/png, 30k
Titre Fig. 11 : BaseFer : les cimetières à tombes plates et les cimetières tumulaires (cartographie : Ch. Batardy).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1159/img-11.png
Fichier image/png, 74k
Titre Fig. 12 : BaseFer : les sites funéraires (cartographie : Ch. Batardy).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1159/img-12.png
Fichier image/png, 95k
Titre Fig. 13 : BaseFer : analyse factorielle des correspondances Facteur 1 (cartographie : Ch. Batardy).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1159/img-13.png
Fichier image/png, 88k
Titre Fig. 14 : BaseFer : analyse factorielle des correspondances Facteur 2 (cartographie : Ch. Batardy).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1159/img-14.png
Fichier image/png, 99k
Titre Fig. 15 : BaseFer : analyse factorielle des correspondances : résultats (cartographie : Ch. Batardy).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1159/img-15.png
Fichier image/png, 91k
Titre Fig. 16 : BaseFer : Classification Ascendante Hiérarchique (cartographie : Ch. Batardy).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1159/img-16.png
Fichier image/png, 94k
Titre Fig. 17 : BaseFer : typologie régionale (CAH 7 classes : regroupement des départements du même groupe) (cartographie : Ch. Batardy).
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1159/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Rubrique “ Structure 1 ”
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1159/img-18.png
Fichier image/png, 7,5k
Titre Rubrique “ Structure 1b ” : précision sur ST1
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1159/img-19.png
Fichier image/png, 11k
Titre Rubrique “ Structure 2 ”
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1159/img-20.png
Fichier image/png, 7,3k
Titre Rubrique “ Structure 3 ” : (extraits)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1159/img-21.png
Fichier image/png, 5,2k
Titre Typochronologie :
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1159/img-22.png
Fichier image/png, 9,3k
Titre Catégorie mobilier : (comptages uniquement pour les sites avec monnaies)
URL http://racf.revues.org/docannexe/image/1159/img-23.png
Fichier image/png, 4,6k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Batardy, Olivier Buchsenschutz, Katherine Gruel et Marc Levéry, « Analyse spatiale et statistique de l’âge du Fer en France. L’exemple de la “ BaseFer ” », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 47 | 2008, mis en ligne le 19 mai 2009, consulté le 30 avril 2017. URL : http://racf.revues.org/1159

Haut de page

Auteurs

Christophe Batardy

Ministère de la Culture

Articles du même auteur

Olivier Buchsenschutz

UMR 8546 Archéologie d’Orient et d’Occident, CNRS/ENS, Paris.

Articles du même auteur

Katherine Gruel

UMR 8546 Archéologie d’Orient et d’Occident, CNRS/ENS, Paris.

Articles du même auteur

Marc Levéry

UMR 8546 Archéologie d’Orient et d’Occident, CNRS/ENS, Paris.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page